Decryptage News

Huawei se débarrasse de l’employé arrêté pour espionnage en Pologne

huawei
Huawei a annoncé avoir mis un terme au contrat de son employé arrêté en Pologne, la semaine dernière, pour espionnage. Une affaire dont ce serait bien passé le géant chinois des télécommunications.

« Huawei a toujours respecté les lois et les réglementations en vigueur dans le pays où il se trouve (…) et requiert de tous ses employés le respect des lois et réglementations du pays », a expliqué la compagnie de Shenzhen dans un communiqué. Celle-ci a ensuite justifié le licenciement de son salarié, retenu par les autorités polonaises depuis plusieurs jours. « Cet incident a eu des effets néfastes sur la réputation mondiale de Huawei », peut-on également lire dans le communiqué.

Le géant chinois des télécommunications a obtenu des chiffres impressionnants sur le marché des smartphones, l’an dernier. Le constructeur de Shenzhen se positionne désormais comme le numéro deux mondial. Cette année, son objectif est évidemment de prendre la place de leader au Sud-coréen, Samsung. Mais la sulfureuse réputation que traîne la marque chinoise risque de nuire à ce projet. En effet, Huawei est, depuis plusieurs mois, pointé du doigt par les États-Unis et d’autres pays occidentaux pour sa proximité avec les services de renseignements chinois. Certains gouvernements craignent ainsi que la Chine se serve de la compagnie des télécommunications comme plate-forme d’espionnage.

Conséquence de ces suspicions, Huawei perd déjà quelques clients en Europe. Prenons le cas de la France. Orange a annoncé le mois dernier qu’il ne comptera pas sur la firme chinoise pour mettre en place son réseau mobile de cinquième génération. L’opérateur français continuera toutefois de collaborer avec celle-ci sur d’autres projets moins sensibles. De son côté, Huawei s’est toujours défendu d’être une extension des services de renseignements chinois.

Cette affaire en Pologne est la deuxième du genre en l’espace de quelques mois. Pour rappel, la directrice financière du groupe avait été arrêtée au Canada pour collusion avec les autorités iraniennes.