Decryptage News

Huawei : l’incompréhension après des collaborations autorisées par Washington

Trump Huawei revirement
À quoi joue la Maison Blanche ? L'administration Trump vient soudainement d'autoriser certaines entreprises à collaborer avec Huawei. Le constructeur n'y comprend plus rien.

Mis à part si vous avez passé ces six derniers mois dans une grotte sans Wi-Fi, vous êtes courant des « tensions » entre Huawei et le gouvernement américain (bon, si c’est le cas cliquez ici pour le récap). Le second fabricant mondial est toujours sur liste noire, et les entreprises américaines doivent demander une dérogation pour travailler avec Huawei. Ce qui a ralentit sévèrement la production et le développement des prochains appareils de la marque.

Un coup oui, un coup non

Aujourd’hui le New York Times rapporte que le Président Trump a donné le feu vert pour approuver les licences de certaines sociétés américaines qui souhaitent collaborer avec la firme de Shenzhen. Selon le journal, ces passe-droits autoriseraient ces compagnies à fournir du matériel « non-sensible » à Huawei.

Pas plus de précision sur le pourquoi du comment, ni même ce qu’entend la Maison Blanche par « non-sensible ». La publication new-yorkaise est partie en quête d’information auprès du Département du Commerce américain : « Pour le moment, le status quo est maintenu », a répondu l’institution par mail.

Huawei Mate 30 Pro
Le Mate 30 est l’une des principales victimes du Huawei Ban. Pour l’instant, le smartphone est condamné à sortir sans Android, ni application Google.

Résultat, personne ne sait sur quel pied danser. Ce n’est pas la première fois que l’administration Trump fait la girouette concernant Huawei et les autres entreprises chinoises. D’un côté, Potus confirme lors d’une conférence la reprise des partenariats, et de l’autre rien ne change administrativement. La liste noire reste d’actualité, tout comme les noms inscrits dessus.

La rédaction d’Android Authority a contacté Google et Huawei pour connaître leurs positions sur cette nouvelle déclaration du président. Pour l’heure, seul Huawei a daigné répondre : « Nous n’avons rien à dire sur le sujet ». Visiblement chez Huawei, on commence à s’habituer aux soi-disant revirements de situation.