News

Google s’invite dans nos maisons

Après avoir racheté 7 des plus grandes sociétés de robotiques du Monde, Google s'attaque à la domotique. Il a ainsi signé cette semaine la troisième plus grosse acquisition de son histoire, après Motorola et DoubleClick : Nest Labs.
Comment ça, vous ne connaissez pas Nest Labs ? Mais si : cette société spécialisée dans les thermostats et détecteurs de fumées intelligents ! Non ? Toujours pas ? Normal, les produits de Nest Labs ne sont jusqu’à présent vendus qu’aux États-Unis et au Canada.

Bien qu’on ne remette pas en question la qualité ni l’utilité des appareils Nest, on s’étonne tout de même de voir la firme rachetée à 3,2 milliards de dollars. À titre de comparaison, Youtube n’avait été racheté en 2006 qu’à 1,65 milliard. Certes, le temps a passé et les prix du web ont flambé, mais tout de même : 1,665milliard pour des thermostats…

C’est en creusant un peu qu’on commence à comprendre : les cofondateurs de Nest ne sont autres que Tony Fadell et Matt Rogers, deux ex-ingénieurs de chez Apple, papas de l’iPod et contributeurs du succès de l’iPhone. Tout comme ils l’ont fait pour le lecteur mp3 et le smartphone, ceux-là sont parvenus à rendre le thermostat, et par extension la domotique, « sexy ». Et rendre un produit sexy, c’est un premier pas vers son adoption massive par le grand public.

Comme le CES nous le laissait présager, 2014 sera donc l’année de la domotique, et c’est une fois de plus Google qui mènera le bal. Faut-il s’en réjouir ? Pas si sûr. Si la perspective d’objets intelligents facilitant notre quotidien n’est pas pour nous déplaire, celle d’objets connectés à Google + et analysant nos habitudes quotidiennes est tout de suite plus angoissante. Sur le marché, ces données personnelles là s’arracheraient comme des petits pains, ne serait-ce qu’aux assureurs ou aux marchands électroménagers.

Etiquettes