Applis Decryptage News

Google Play Store : des milliers d’applications pistent les utilisateurs

pistage google
Google a récemment mis en place une stricte réglementation quant à la collecte de données des utilisateurs sur le Play Store. Une récente étude révèle pourtant que des milliers d’applications sont en infraction. Celles-ci pratiquent toujours le pistage, pourtant désormais interdit.

Pendant plusieurs années, la publicité en ligne a reposé sur la collecte de données personnelles des utilisateurs depuis une application ou un service. Cette pratique permet aux annonceurs de proposer des publicités mieux ciblées et donc plus efficaces. Il faut ensuite savoir que ce n’est pas la collecte de données personnelles qui pose un problème. C’est plutôt son exécution. En effet, prendre les informations personnelles des utilisateurs se faisait en partie sans consentement et donc dans l’illégalité.

Suite aux récents scandales quant à la collecte sans consentement de données personnelles des utilisateurs, Google a pris des mesures sur le Play Store. Le géant de la recherche en ligne n’autorise plus la pratique sur sa boutique d’applications. Seule la collecte des identifiants publicitaires associés aux utilisateurs reste permise.

Une récente étude de l’International Computer Science Institute révèle que des milliers d’applications dans Play Store ne respectent pas la nouvelle réglementation. L’ONG californienne indique que celles-ci continuent de pratiquer le pistage. Outre les identifiants publicitaires, ces applications enregistrent aussi d’autres identifiants, comme l’Android ID ou encore l’IMEI du téléphone. On rappelle que ces données permettent de pister un appareil mobile sur toute sa durée de vie. Parmi les applications incriminées, on retrouve celles de grandes entreprises et certaines proviennent d’éditeurs assez réputés sur Google Play Store.

Par ailleurs, ces applications seraient installées sur plus de 100 millions de terminaux. Google a annoncé déjà avoir pris des mesures pour régler le problème. Le géant de la recherche en ligne n’a toutefois pas souhaité divulguer le nombre précis des applications concernées.