Google Maps : ces endroits sensibles ou insolites que l’on nous cache

Google Maps est un outil de cartographie qui semble sans limites, même si certains endroits n’ont pas droit d’y apparaître.

La société américaine Google ne fait pas l’unanimité quand il s’agit de parler de la protection des données personnelles. Pourtant, force est de constater que quelques-uns des produits qu’elle propose sont assez fabuleux. Google Maps en fait partie. Le programme en ligne également disponible en application sur téléphone n’est autre qu’une cartographie du monde entier vu du ciel. Il a été lancé dès février 2005 sur le continent nord-américain avant de s’étendre l’année d’après à certains pays d’Europe, dont la France. La prouesse technique est telle que l’on peut zoomer à hauteur d’habitation avec une qualité d’image fort défendable. Poussant la technique toujours plus loin, le service intègre quelques années plus tard la fonctionnalité Google Street View qui permet de carrément se promener dans les rues de la plupart des villes comme si on y était à pied. La précision des images est encore plus incroyable et l’on peut pratiquement faire du tourisme sans quitter son écran des yeux.

La liberté de découverte connaît néanmoins quelques zones qui lui sont interdites.

Flou de vous

Les gouvernements ont en effet la possibilité de demander à Google de ne pas y faire apparaître les photos aériennes de certains endroits de leur territoire, à commencer par la France. Les zones sont alors floutées et il est impossible d’en voir les détails. C’est le cas, par exemple, dans l’Hexagone, de tout ce qui est, entre autres, bases militaires, prisons, usines de traitement de minerai d’uranium ou centrales nucléaires. La Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis fait partie des floutés, tout comme le Centre Nucléaire de Production d’Électricité de Cattenom, qui n’est autre que la neuvième plus grande centrale nucléaire au monde.

©Google Maps

Vous trouverez cette pixellisation sur tous les bâtiments de ce genre dans le monde entier. Même la zone 51 dans le Nevada, supposée base américaine où l’on dissèque des aliens, n’est rien d’autre qu’une grosse flaque blanche tandis que tout ce qui concerne la Maison Blanche est daté et approuvé par la sécurité intérieure. On peut en effet comprendre qu’une question de sécurité nationale puisse justifier ces décisions de ne pas faire apparaître ces bâtiments sur la carte.

D’autres endroits ont droit à cette attention pour des raisons parfois bien plus obscures.

Pixel (c-)art(-e)

La Corée du Nord propose, sans surprise, très peu de villes et de routes, et la plupart du territoire n’est pas accessible sur Maps. Il faut dire que les Coréen du Sud ont refusé de fournir leurs données cartographiques à Google de peur d’une nouvelle escalade de violence. En phase avec leur politique de préservation de la vie privée, vous trouverez également de nombreuses maisons floutées sur les cartes allemandes, les propriétaires ayant le droit de demander à Google de ne pas faire apparaître leurs foyers sur Street View. L’île de Mururoa, tristement célèbre pour avoir été le lieu de 138 essais nucléaires français entre les années 60 et 90, est à moitié floue, ce qui ne présage rien de bon sur son état actuel.

©Google Maps

Sandy Island, recouverte de pixels noirs, est une « île fantôme » qui n’a en fait jamais existé et qui a été « dé-découverte » en 1979. De quoi justement lui donner un intérêt pour qui veut faire naître une conspiration. C’est exactement le même cas pour les Iles Féroé, territoire danois dont on ne peut pas distinguer grand-chose.

©Google Maps

Bien plus glauque, Google Street View a décidé de flouter le 2207 Seymour Avenue de Cleveland, autre lieu tristement célèbre où un homme a retenu captives trois femmes pendant 10 ans. Même si la maison où a eu lieu le crime a été détruite depuis, la nouvelle a tout de même droit à une censure.

©Google Street View

Dans le même style, mais totalement injustifié, deux maisons de Princeport Road dans le quartier anglais de Stockton-on-Tees sont floutées dans Google Street View. Les locataires n’ont absolument aucune idée du pourquoi du comment.

Et vous, vous connaissez d’autres endroits insolites invisibles ?