Google livre les utilisateurs Android à la concurrence

Les responsables d’Android vont proposer à leurs utilisateurs de choisir leur navigateur Web et leurs applications de recherche préférés, a annoncé Kent Walker, vice-président senior de Google et ce afin d’éviter de nouvelles sanctions anticoncurrentielles de l’UE.

En effet, après trois amendes, dont la dernière en date pour abus de position dominante, Google semble disposé à répondre aux allégeances de l’UE qui déclare que les accords de Google avec des fabricants de téléphones tels que Huawei, Samsung et LG désavantagent ces entreprises car elles sont totalement dépendantes d’Android.

Google avait déjà lancé des changements en octobre dernier, suite à une condamnation à une amende record de 5 milliards de dollars par les régulateurs européens pour violation des lois anticoncurrentielles, en cessant la vente liée, «illégale», de Chrome et de son application de recherche à Android. La réponse initiale de Google a été de commencer à facturer les frais de licence des fabricants pour le Play Store et d’autres applications, tout en offrant la possibilité d’inclure gratuitement un pack comprenant Chrome et l’application de recherche Google.

Comme indiqué par Kent Walker dans un billet, il s’agit de « s’assurer que les propriétaires de téléphones Android connaissent le large choix de navigateurs et de moteurs de recherche disponibles en téléchargement sur leurs téléphones ». Bien que les utilisateurs avaient déjà la possibilité de faire ce choix, le géant américain va désormais mettre en « évidence » les choix possibles.

Google n’a pas précisé quand cela se produirait au-delà de « dans les prochains mois », ni quels produits concurrents seraient mis en avant
. Cette décision établira une comparaison inévitable avec la page Web de Microsoft relative au « vote par navigateur » affichée aux utilisateurs d’Internet Explorer en 2010 pour se conformer à une décision similaire de la Commission européenne. Microsoft a retiré ladite page en 2014 après l’expiration de son obligation.