Google Chrome : un mode incognito pas si efficace que ça

La firme de Moutain View a beau optimiser son mode incognito, certains sites seraient encore capables de vous détecter…

Naviguer sur Internet en tout anonymat, une fonctionnalité de plus en plus demandée par les internautes, à juste titre. Fort de sa place de leader, et histoire peut-être de redorer son blason après bon nombre de scandales d’écoutes non-autorisées et de vol de données personnelles, Google a décidé de créer le mode incognito à destination de son navigateur phare : Google Chrome.

Une fonctionnalité pas tout à fait au point…

L’idée est accueillie chaleureusement par les utilisateurs, et ce mode « discret » fait son entrée avec sur Chrome 76, la dernière version en date. Pour se faire, la compagnie avait modifié l’API officielle afin qu’un internaute soit totalement indétectable en navigation privée.

Seulement, comme l’explique nos confrères de Tom’s Hardware, deux chercheurs en cybersécurité ont trouvé plusieurs moyens de traquer les usagers passés en mode incognito.

  • Première méthode : analyser le volume utilisé du système de fichiers. L’expert informatique Vikas Mishra s’est rendu compte que le poids des données transmises différaient drastiquement, entre une navigation traditionnelle et cachée : de 120 Mo à 2,4 Go ! De fait, le scientifique a profité de cette variante pour mettre en place un script pour certains sites. Ce piège détecte automatiquement les internautes en mode incognito, et leur envoie un message pour leur signaler qu’ils ont été démasqué.
  • Deuxième méthode : Quant à Jesse Li, un autre chercheur en sécurité informatique, il s’est lui penché sur la détection du mode de Google. D’après lui, la vitesse d’écriture du système de fichiers est plus bien rapide en incognito qu’en navigation normale. Cette différence permet là aussi de faire le distinguo entre les usagers couverts « d’anonymat » et les autres.

Comme le précise le journaliste de Tom’s Hardware, le mode incognito est un obstacle pour les affaires de plusieurs sites. Explications. Des titres de presse comme le New York Times ou Le Parisien autorisent les lecteurs non-abonnés à consulter gratuitement 5 articles de leur choix. Passé ce nombre, vous n’avez normalement plus accès aux autres contenus. Sauf qu’il suffit de passer en mode incognito pour remettre le compteur à zéro, et profiter à nouveau de 5 lectures.

Dommage pour Google. La compagnie voulait juste donner des outils à ses usagers pour rester anonyme sur la toile. Elle récolte la colère légitime des éditeurs et sites de presses, qui feront probablement tout pour lutter contre ce mode incognito, responsable d’un manque à gagner non-négligeable pour ces sociétés.