Android Wear, décryptage d’un OS qui redistribue les cartes de la mobilité

Android Wear le nouveau système d’exploitation de Google vient s’attaquer au marché des objets connectés. Il vient également essayer de mettre un coup de fouet à celui des smartwatch. Coup de projecteur sur ce nouveau système et analyse de cette annonce et des enjeux à venir.


Hier, Google a annoncé un Android retaillé pour une nouvelle gamme de produits, les objets connectés. Avec Android Wear, Google part à l’assaut d’une nouvelle génération d’objets high-tech. Une occasion pour la firme de guider les constructeurs à rectifier le tir des premières smartwatch. Il s’agit également d’être omniprésent et d’enrichir ses informations sur nous. Décryptage sur l’arrivée de Google Android Wear.

Ne plus essayer de faire n’importe quoi avec Android

Les smartwatches de Sony, la première Galaxy Gear, les produits de Shenzen. L’idée de se servir d’Android pour l’adapter sur tout et n’importe quoi a fait son chemin. Avec Android Wear, le message que semble véhiculer Google est « STOP ». Google n’apprécie guère le jeu des constructeurs avec l’image de marque d’Android façon Google (les forks sont une autre histoire). Pour preuve, la smartwatch de la petite start-up d’Omate la Truesmart s’est vu refuser l’accès au Play Store.

Le géant américain a bien senti que le succès des constructeurs n’était pas au rendez-vous, même Samsung avec sa première Galaxy Gear a dû revoir sa copie. Google a d’ailleurs conscience que l’image d’Android peut être associée à cet échec, surtout si une éventuelle « Iwatch » d’Apple voit le jour. Il a donc fallu que Google se plie à l’exercice pour remettre les constructeurs face à leur cœur de métiers, celui de concevoir le hardware. Cette annonce a sûrement évité à des marques comme Asus ou HTC de devoir s’essayer à une mission plus que délicate. Aujourd’hui, les choses sont claires Android Wear sera la voie logicielle à emprunter. Il ne reste qu’à concevoir le châssis et, pourquoi pas, apporter quelques fonctionnalités supplémentaires voir même de la customisation.

Android Wear
Google vient compliquer la tâche de la start-up Omate dont l'activité est dans l'adaptation d'Android pour le "wearable".

Le R&D de Motorola et Moto 360 vitrines d’Android Wear

Lors de l’annonce, une vidéo dévoile la montre Moto 360 de Motorola en action. On y voit des personnes comme Jim Wicks ou Dickon Isaacs, ce qui montre bien que les cerveaux de la recherche et développement restent dans le giron de Mountain View, malgré le rachat par Lenovo. La sortie d’Android Wear est le meilleur exemple qui permet à Google d’indiquer, que ce soit au niveau logiciel ou matériel, la direction à prendre. Depuis un an ou deux, Google souhaite se défaire de l’image d’un Android bidouillé équipant des produits laids.

[youtube id= »dnerqDWwVgg »]

LG l’Androidépendance ?

LG en a également profité pour annoncer sa smartwatch, la LG G Watch. Le coréen semble être comme marié à Google. Après avoir reçu commande de deux Nexus, LG a commencé à renouer avec le succès. Au CES pas de montre connectée, simplement un bracelet connecté pour ne pas venir les mains vides. C’est à se demander si cette proximité n’aurait pas donné lieu à quelques consignes (conseils ?). Android Wear est là et il pourra compter sur le bon soldat LG dans ses rangs.

Android Wear
Après les Nexus l'histoire d'amour se poursuit avec Google et Android Wear.

Samsung s’émancipe sous Tizen !

Qu’il fût au courant ou pas, cela n’aurait sûrement pas changé les plans du constructeur numéro 1 ! Android est clairement à utiliser avec modération. Si sortir un Galaxy S sous Tizen est un pari auquel Samsung ne se risquera pas maintenant. Il est clair qu’il était encore possible de prendre un virage avec sa montre connectée qui fut un bide. Une situation qui, finalement, arrange les affaires de Samsung. Le géant coréen a pu repartir de zéro avec ses Gear 2 et Gear 2 Neo sous Tizen ! Si Google propose l’Android Wear aux constructeurs méritants, Samsung passera son chemin. Preuve en est que la récente poignée de main ne s’est pas fait sans fusil chargé derrière le dos.

Android Wear
Si pour les autres c'est Android Wear, chez Samsung on mise sur Tizen !

Le marché de la smartwatch, une bonne porte d’entrée pour Android Wear

Comme expliqué plus haut, le marché des smartwatches n’a pas encore vraiment réussi à décoller. Si le consommateur n’a pas adhéré, ce n’est pas que l’idée soit totalement mauvaise, mais c’est parce que les gens n’ont pas été convaincus par ce qu’ils ont vu jusqu’à présent. Des produits compliqués sans réelle valeur ajoutée et qui proposent une autonomie déplorable.

C’est là que Google est attendu. Connue pour ses idées révolutionnaires et ses produits à prix attractif, la firme ne peut se permettre de décevoir. Si l’utilité d’un tel produit met du temps à convaincre (comme ce fut le cas pour les tablettes), Google peut jouer la carte du confort et de la simplicité d’utilisation. Une étude faite par le site canalys.com nous explique que l’année 2013 a été soldée par seulement 500 000 unités vendues. En 2014 le marché est estimé à 5 millions d’unités. Si on analyse ces chiffres, on se rend compte que le marché n’est pas encore présent, mais qu’il pourrait se montrer très juteux par la suite. La montre connectée permet d’envisager de grosses ventes pour les constructeurs. Pour Google, c’est un nouveau terrain à conquérir. Le timing semble être le bon puisque Apple n’a toujours rien à proposer et que Microsoft a encore un train de retard.

Android Wear
Prévision de ventes de smartwatch par le site bgr.com

Le site de prévision bgr.com prédit une explosion des montres connectées en 2020. Il ne reste plus qu’à savoir qui du côté des constructeurs s’appropriera la poule aux oeufs d’or !

L’Android Wear ou la promotion de Google Now

Il est trop tôt pour décrypter tous les secrets de l’Android Wear, mais la rapide vidéo de présentation permet de se faire une idée. L’interface est quand même bien loin de l’OS au droid vert. Google+ et surtout Google Now en sont les bases. Google Now en est même la pièce maîtresse. L’assistant intelligent rencontre un succès outre-Atlantique. C’est d’ailleurs pour ça que les produits tels que le Moto 360 est d’abord destiné aux Américains.

Pour le reste du monde, il faudra sûrement attendre que Google Now soit un peu plus au niveau. La montre connectée, à l’image de Google, sera donc le prolongement de Google Now. Si vous l’utilisez, vous savez qu’il connaît vos rendez-vous, le trafic routier de vos futurs déplacements, vos équipes préférées en matière de sport… L’information ne sera plus dans votre poche, mais sur votre poignet.

L’Android Wear pourra aussi se piloter avec des commandes vocales pour dicter des actions telles que rédiger un message, lancer un appel ou faire une recherche. Google nous laisse même entrevoir le futur avec la maison connectée à Android Wear. D’après la vidéo, le smartphone ne sera plus qu’un modem ambulant qui nous permettra de passer des appels et de consommer de la lecture, de la vidéo. Quant à la musique, elle sera sans doute dans le cloud avec Google Play Music.

[youtube id= »QrqZl2QIz0c »]