Decryptage News

La fin de Facebook ? Le gouvernement US prend les armes

Facebook cassé
Après une tornade de scandales en tout genre, les autorités américaines envisagent des sanctions contre le réseau social. Au programme, amende record et surveillance gouvernementale.

Nous vous en parlions dans nos colonnes il y a quelques jours. Mark Zuckerberg se trouve sur un siège éjectable. Les actionnaires doivent déterminer le 30 mai prochain si le créateur de Facebook a encore sa place ou non comme PDG du réseau social.

En attendant cette date butoir, la justice poursuit son office. La Federal Trade Commission (l’agence fédérale américaine de régulation du commerce) mène actuellement une enquête afin de déterminer si Facebook a volontairement violé une entente actée en 2011 avec le gouvernement. Entente dans laquelle la firme s’engageait à préserver et protéger la confidentialité des données de ses utilisateurs. Le décret précisait d’ailleurs que l’entreprise devait obtenir la permission de ces usagers avant de partager leurs données avec des tiers. Et pour bien s’assurer que tout ça était respectée à la lettre, le gouvernement américain avait le droit de procéder à des vérifications tous les deux ans, pendant 20 ans.

Les scandales précipitent les choses

Seulement voilà, entre temps Facebook s’est retrouvé au centre d’une multitude de scandales : Cambridge Analytica, l’appel au démantèlement par son cofondateur, les mots de passes en libre-service, la vente des données personnelles… Ce qui a motivé la FTC (Federal Trade Commission) à ouvrir cette enquête sur ce décret de 2011. L’autorité américaine serait en pourparlers depuis plusieurs mois avec le réseau social, pour trouver un accord. On le sait depuis quelques semaines, Facebook a mis des liquidités de côté, dans l’attente d’une amende record infligée par cette même FTC. On estime le montant de cette amende entre 3 à 5 milliard de dollars, ce qui en ferait la sanction financière la plus élevée jamais imposée à un géant du web. Google avait jusque là la palme, avec 22,5 millions de dollars en 2012.

Ces montants, qui peuvent paraître mirobolants pour le commun des mortels, paraissent bien faibles selon deux sénateurs américains, le démocrate Richard Blumenthal et le républicain Josh Hawley. Selon les deux politiques, cette amende n’est pas une punition assez forte, au regard du chiffre d’affaires de la firme, constamment en hausse (40,65 milliard de dollars en 2017). Pour ces hauts fonctionnaires, il est temps de tenir pénalement responsables certains grands pontes de Facebook, Zuckerberg en tête.

Pour l’heure, l’enquête de la FTC suit toujours son cours et on ne connaît pas les mesures qui pourraient émerger de cette investigation. Néanmoins si l’on devait spéculer, une surveillance gouvernementale accrue et renouvelée sur 20 ans pourrait-être une des solutions envisagées.