• Rechercher
Accueil ► News ► Étude : modèle Freemium, le bon filon pour les développeurs

Étude : modèle Freemium, le bon filon pour les développeurs

Une étude menée par App Annie, cabinet d’intelligence stratégique spécialisé dans les applications, met en avant la croissance exponentielle des applications adoptant un modèle Freemium. Ces dernières distancent, en termes de revenus générés, les applis dites Premium.

Le modèle Freemium, adopté par bon nombre d’applications, agace beaucoup de monde (surtout Pierre). Être obligé de passer à la caisse pour pouvoir utiliser, dans les meilleures conditions, une application, c’est vraiment frustrant. Ces achats in-app, pourtant, sont loin d’être démotivant pour les acheteurs. Une étude dirigée par App Annie, un cabinet surveillant la stratégie de développeurs de près de 700 000 applications de par le monde, démontre que c’est ce modèle économique qui génère le plus de revenus sur les plates-formes mobiles (Android et iOS).

Pour le petit droid vert, entre janvier et septembre 2012, les revenus générés par les applications adoptant un modèle économique Freemium ont été multipliés par 3,5. Ces applications se targuant de produire, à elles seules, 75 % des revenus issus des ventes d’applications sur le Google Play Store. Le modèle Premium (payer une fois pour avoir une application complète) est au tapis.

Ces chiffres font écho à une étude publiée en avril qui démontrait que 40 % des utilisateurs d’applications Freemium mettaient la main au portefeuille.

La croissance des revenus générés par les deux modèles (Freemium et Premium) sur le Google Play

Sur iOS aussi le Freemium a la cote

Du côté de la firme à la pomme, le Freemium se taille aussi une bonne part du gâteau. Sur iOS, les applis Freemium génèrent 69 % du revenus des applications vendues sur l’App Store. Sur une période plus étalée, de janvier 2011 à septembre 2012, ces revenus ont été multipliés par 4. Tout comme pour le robot vert de Mountain View, les applications adoptant un modèle dit Premium ont vu leurs revenus stagner. Il en résulte un écart qui n’a de cesse de se creuser entre les deux modèles. Les développeurs l’ont bien senti (et notamment pour les jeux) le Freemium est la poule aux oeufs d’or. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à plébisciter ce modèle pour assurer la rentabilité de leurs applications.


Auteur
Yann Peyrot

Mon téléphone : Samsung Galaxy Nexus
Ma tablette Android : La Samsung Galaxy Tab 7.7 parce qu'elle est petite
Mon jeu préféré : Temple Run
Mon appli préférée : 9gag ça fait passer le temps
Mon robot préféré : Bishop dans Alien 2 (j'avoue il y a mieux)
Mon objet fétiche : Ma clef USB, toujours sur moi.
Citation : « Smokey on est pas au Vietnam, on est au Bowling, on joue selon les règles » Walter, the Big Lebowsky.

Tous les articles
Auteur Yann Peyrot