Facebook : déjà 35 millions de morts et ça continue…

Facebook n’est pas encore un réseau social mort mais il en accueille pourtant de très nombreux. De quoi se poser la question de savoir s’il y aura bientôt plus de morts que de vivants parmi ses abonnés.

Facebook a été le réseau social roi pendant très longtemps. Il faut dire qu’il était à ce moment totalement seul. Depuis, il subit la concurrence d’Instagram, TikTok et autre Snapchat et essaie tant bien que mal de relancer la machine. L’affaire est un peu compliquée et pourrait donner naissance à une drôle de situation alors que les morts pourraient être dans quelques décennies plus nombreux que les vivants à peupler le royaume macabre de Zuckerberg.

Facebook : prolongement de la période décès

Avec la popularité grandissante des réseaux sociaux, ces derniers ne sont plus l’apanage de la jeunesse. Ainsi, plus les abonnés sont âgés, plus il y a de chance qu’ils finissent logiquement par mourir. Sur Facebook, quand c’est le cas, vous pouvez alors changer son profil en compte de  commémoration. Il faut pour cela qu’un proche remplisse le formulaire spécifique et donne une preuve du décès de la personne : « une photo de la nécrologie, de son certificat de décès, d’une carte commémorative ou de tout autre documentation confirmant le décès ». Si le défunt a désigné un contact légataire de son vivant, le compte peut être gérer par ce dernier. Dans le cas contraire, le compte ne sera gérer par personne. Le disparu peut aussi demander à ce que son compte soit supprimé à son décès.

Compte commémoratif Facebook
Une fois transformé en compte commémoratif, les amis peuvent laisser un mot, voir les photos et publications du défunt… Une manière 2.0 de supporter la disparition d’une personne.

Un compte commémoratif ?

Mais que se passe-t-il quand un compte Facebook est transformé en compte commémoratif ? Premièrement, la mention « En souvenir de… » est affichée à côté du nom de la personne sur son profil et ses amis peuvent partager leurs souvenirs sur le journal de commémoration. Les contenus partagés par le défunt (photos ou publications) restent sur Facebook et sont visibles pour les personnes avec qui ils ont été partagés, mais les profils commémoratifs n’apparaissent pas dans les suggestions dans la section « Vous connaissez peut-être… », les rappels d’anniversaire ou les publicités.

8000 morts par jour sur Facebook

Là où la chose devient préoccupante, c’est que de nombreuses études annonces que, dans un futur très proche, vers 2070, il y aura plus de morts que de vivants sur le réseau social. Une publiée en 2019 par l’université d’Oxford prédit qu’avant la fin du siècle, on y trouvera au moins 1,4 milliards de personnes décédées. En prenant en compte que les abonnés pourraient continuer à augmenter graduellement, ce nombre pourrait même monter à 4,9 milliards.

En ce moment même, ce serait 30 millions de morts qui se baladeraient librement sur Facebook. Comme ces chiffres date de 2020 et qu’on compterait 8000 décès de plus tous les jours, le chiffre serait plus proche de 35 millions à l’heure actuelle.

Et vous, vous voulez mourir comment ? Tombe ? Incinération ? Compte commémoratif Facebook dans le plus grand cimetière au monde ? Il est grand temps d’y réfléchir !