Décryptage : Benchmark, des bancs d’essai pour tester votre smartphone

De plus en plus bourrés d’électronique et de plus en plus puissants, vos smartphones sont des concentrés de technologie. Mais le système Android ne fait pas tout et, en fonction du fabricant et du modèle, les capacités de nos compagnons peuvent varier. Que l’on veuille faire son malin auprès des copains ou se tenir au courant des évolutions technologiques, quelles sont les caractéristiques que l’on peut jauger ?

Dans nos pages de test matériel, nous utilisons des programmes pour comparer la puissance, la rapidité et les capacités d’affichage des téléphones. Même si l’ergonomie et le côté «affectif» de nos appareils sont importants, certains ne jurent que par la technique. Il faut reconnaître que les accros aux smartphones, qui peuvent mettre des centaines d’euros dans leurs joujoux, aiment avoir l’appareil le plus puissant, le plus rapide, etc. Car les smartphones et les tablettes ont maintenant une structure proche des ordinateurs avec un processeur (parfois multi-cœurs), de la mémoire vive, une puce graphique, etc. Ils peuvent aussi afficher des jeux en 3D ou des vidéos HD. La puissance est alors primordiale.

La puissance brute

Il existe différentes manières de tester la compétitivité d’un téléphone. On trouve, par exemple, des applications qui vont seulement vous rencarder sur la puissance de la batterie, les processus en cours et le pourcentage d’utilisation du processeur ou de la mémoire. En cas de doutes sur certains composants, on trouve aussi des tests pour vérifier le fonctionnement du module GPS, du Bluetooth ou du Wi-Fi. Mais il ne s’agit ici que d’analyser le système pas de l’étalonner. On utilisera donc des benchmarks pour calculer la vitesse de calcul de votre téléphone par exemple. On pourra lui faire calculer des équations complexes (avec un résultat en MFLOPS ou million d’opérations à virgule flottante par seconde) ou de lui faire calculer X décimales de Pi le plus rapidement possible. Attention, calculer la puissance de calcul du processeur ne reflète pas la véritable puissance de l’appareil.

Les autres aspects

Certains benchmarks se concentrent plus sur l’aspect graphique en calculant la puissance de la puce vidéo et de la rapidité de la mémoire. On pourra, par exemple, faire tourner une vidéo ou un décor en 3D tout en calculant la rapidité, le nombre de détails affichés, la fluidité avec le nombre de FPS (frame par seconde), etc. On a ensuite les benchmarks dédiés aux bidouilleurs. Si vous avez rooté votre téléphone, mis une nouvelle ROM ou overclocké la bête (accélérer la cadence des composants pour obtenir de meilleures performances), vous aimeriez peut-être tester la fiabilité du système et les gains de puissance. On trouve donc des «stress test», un processus qui va pousser votre appareil dans ses derniers retranchements pour voir s’il tient le coup face à des événements perturbateurs (gros calcul, génération de bug, test de stabilité, etc.) On trouve aussi des benchmarks permettant de suivre les évolutions des modifications que votre appareil subit : Combien de puissance de calcul je gagne si le processeur tourne à 1,5 GHz au lieu de 1,2 ? Et qu’en sera-t-il de l’espérance de vie de la batterie dans ce cas ? Et si je change pour la dernière ROM Cyanogen ?

N’hésitez pas à rechercher le mot clef Benchmark sur notre site pour découvrir des applications Android permettant d’évaluer les performances de votre appareil.