Cryptomonnaie : la folie des « shitcoin »

Il existe plus de 4000 cryptomonnaies, mais à part les plus connues (Bitcoin, Ethereum, etc.) ou celles réellement prometteuses (Cardano, Polkadot, etc.), il y a aussi celles qu’on appelle les « shitcoin ». On ne va pas vous faire l’affront de traduire. Ces cryptos, destinées à surfer sur la « mode », servent surtout à enrichir leurs créateurs…

Vous connaissez sans doute la reine des cryptos – le Bitcoin – et les principales « altcoins » qui lui ont emboité le pas. On peut notamment citer l’Ethereum qui a multiplié sa valeur par 16 en un an (de 184 € à 3007 €). Mais depuis cette année, c’est la folie des shitcoins : des cryptos qui tentent de percer et qui réussissent à convaincre des investisseurs pour au final s’écrouler d’elles-mêmes ou stagner à des sommes ridicules sans perspective d’avenir. C’est ainsi qu’on voit fleurir des projets aussi farfelus que le « Partouze » de Jacquie et Michel (heu… merci ?), le SafeRich (SAFR), le KimJongMoon (KIMJ) ou le SafeMoon (SAFEMOON). Même Carole Baskin, la folle aux félins – et némésis de Joe Exotic dans le docu Tiger King – a créé son CAT. On se croirait en 2017 avec les ICO ou les jetons tout pétés de Dieudonné.

shitcoin
Haha, trop marrant, je vais mettre 8000 € dessus !

Mais comment est-ce possible ?

Déjà, créer une cryptomonnaie n’est pas si compliqué que ça. Il existe des modèles déterminés et il est possible de faire une crypto à partir d’une blockchain, comme les jetons ERC-20 basés sur la blockchain de l’Ethereum. Sauf que pour le modèle ERC-20 il faut respecter certaines règles et que d’autres modèles sont plus permissifs. Et puis tout a une origine. Et là le fautif c’est le Dogecoin. Une crypto inventée sous forme de blague qui reprend le mème très célèbre du Shiba Inu japonais un peu neuneu. Comme les choses rares sont chères, il a suffi qu’un nombre suffisamment important d’investisseurs un peu farfelus achètent pour faire monter la mayonnaise. Et puis avec la popularisation des cryptos et le bouche-à-oreille, les personnes mal informées se mettent à acheter du Dogecoin sans rien y connaître… Et si Elon Musk en parle alors là, c’est x10 !

À lire aussi : Où et comment acheter du Bitcoin en toute sécurité ?

Elon Musk joue au yoyo avec vos sous

Résultat, le Dogecoin est passé de 5 centimes à 36 centimes en 1 mois. Et des gens se sont forcément enrichis dans l’affaire et c’est tant mieux. Mais ceux qui seront vraiment riches, ce sont les 9 « whales » ou baleines qui détiennent le plus de cette crypto, en particulier la plus grosse qui englobe plus de 20 milliards de dollars au cours actuel. Car en attendant le cours monte et monte. Et quand il sera temps, les cétacés vendront tout pour des milliards de dollars et les petits investisseurs vont se retrouver avec un cours à -30%, -50%, -60% jusqu’à peut-être faire effondrer la monnaie. Imaginez que même le créateur du Dogecoin a récemment expliqué qu’il est effrayé de l’ampleur qu’a pris sa « blague ».

jacquie et michel
Oui oui, Jacquie et Michel ont aussi leur token, dont l’intégralité est détenue par 5 adresses. On pourra bientôt les « farmer » sur PancakeSwap comme des dizaines de jetons sans avenir… Notez que le nom Jacquie et Michel est volé puisqu’il ne s’agit pas d’un projet officiel de la société. Avant de faire des cryptos, il faudrait peut-être pendre des cours de propriété intellectuelle…

Shitcoin to the moon ? Plutôt dans les chiottes.

Et si cette blague devenait un running gag ? Car des malins ont flairé la bonne affaire : faire une crypto avec un nom rigolo, la présenter et la populariser sur Internet puis tenter de faire monter la mayonnaise à leur tour. La palme du moment revient à la monnaie SHIBA qui est carrément pompée sur le Dogecoin en reprenant le totem du chien japonais. Comme dirait Jean-Claude Dusse « Sur un malentendu ça peut marcher »… La morale de l’histoire c’est que quand vous voulez investir dans la crypto, ne déboursez pas de l’argent sur un coup de tête parce que vous avez lu un article d’un « expert » sur Reddit ou vu un mème sur 9gag. C’est un peu compliqué de se contenir dans ce cas là puisque la crypto est un monde où les choses vont vite et on pourrait passer à côté d’une grosse opportunité si on laisse passer le train. Mais il vaut mieux rester sur le quai que de laisser la moitié de ses économies dans un jeton débile…

Ne prenez pas le train si vous n’êtes pas sûr

Vous êtes bien sûr libre d’investir dans les cryptos que vous voulez, mais si vous désirez investir intelligemment, le mieux est de se cantonner aux actifs numériques qui ne datent pas d’hier. Certes de très bons projets sérieux décollent rapidement, mais il faut pour cela s’y connaître, lire, se renseigner et cela prend un temps que vous n’avez sans doute pas. Il vaut mieux laisser les pros décider quelle monnaie est digne de confiance et quelle monnaie de l’est pas. Pour cela, de nombreux investisseurs font confiance à Coinhouse, une société française enregistrée auprès de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) qui permet d’acheter des cryptos qui ont fait leurs preuves : les classiques Bitcoin, Ethereum, mais aussi des projets très sympas comme le Stellar, le Cardano ou le nouveau EUR-L, un stablecoin adossé à l’Euro. Comme tous les sites de ce type, Coinhouse prend une commission sur les achats (3% ici), mais vous pouvez garder vos cryptos gratuitement sur le site pour échanger ou vendre. Attention, au-dessus d’une certaine somme, nous vous conseillons les wallets Ledger Nano au format USB ou Bluetooth pour sécuriser votre capital.

coinhouse
Sur Coinhouse, il n’y a que des cryptomonnaies triées sur le volet : pas de choses farfelues, mais des possibilités d’investissements sérieuses

La version payante de Coinhouse

Coinhouse est gratuit, mais il est possible d’accéder à un service Premium très intéressant. Celui-ci donne l’accès à 32 cryptomonnaies supplémentaires à très fort potentiel, des conseils exclusifs pour mieux investir et des guides pratiques. Si vous souhaitez investir pour une société ou si vous voulez investir un gros capital, vous pourrez aussi profiter d’une consultation gratuite avec un avocat fiscaliste. Le prix de cette formule Premium est de 468 €/an (soit 39 €/mois), mais si vous venez de notre part, vous bénéficiez d’une réduction de 50 €. Vous n’avez qu’à mentionner Android-MT lors de votre rendez-vous.

À lire aussi : Cryptomonnaie : et si la vraie star c’était l’Ethereum ?