Crypto News n°2 : le Bitcoin fait pousser des fraises et réfléchir la Chine

Le monde des cryptomonnaies est toujours en mouvement. Chaque semaine, nous décryptons l’actualité sérieuse et insolite liée à nos monnaies virtuelles chéries. Accrochez vos blockchains et en route pour l’épisode 2 !

Le Bitcoin ramène sa fraise

Au Québec, l’entreprise Heatmine s’est lancée dans la récupération de la chaleur émise par le minage de cryptomonnaies. Elle a développé une technologie qui permet de rediriger la chaleur qui s’en dégage et d’en faire une réelle utilisation plutôt que de la voir se perdre pour rien. La société basée à Lévis teste donc son précédé sur l’exploitation du Caveau à légumes, un maraîcher de la région. Enfermés en extérieurs dans ce qui ressemble à deux gros réfrigérateurs, 63 processeurs minent des monnaies virtuelles 24h/24. Un système de tuyau redirige la chaleur à l’intérieur de la serre pour en chauffer le sol. Résultat ? Les Québécois feront pousser des fraises en hiver ! À quand le chauffage gratuit dans nos chaumières grâce au Bitcoin ?

La Chine prête à faire demi-tour ?

Il y a quelques mois, le gouvernement chinois a banni le minage de cryptomonnaies sur son territoire. La belle aubaine pour les États-Unis qui ont récupéré les mineurs et représentent aujourd’hui 35% de la puissance de calcul totale de la blockchain de Bitcoin. Conscient que cette situation pourrait ressembler à une perte d’influence sur l’échiquier mondial, la Commission nationale du développement et de la réforme (NDRC) de la Chine s’interroge sur le bienfondé de la directive. C’est pour cela que l’organisme a mis en ligne sur son site officiel un formulaire auquel peuvent répondre les entrepreneurs jusqu’au 31 novembre. Le NDRC analysera alors les réponses et prendra la décision qui s’impose. Va-t-on voir un rétropédalage du pays et la réouverture des fermes tant décriées ?  Ce ne serait pas une surprise tellement la décision initiale de l’interdiction nous sembla à tous un peu arbitraire.

La Chine a laissé le champ libre aux USA dans la course au minage alors qu’elle était jusque là n°1 grâce à ces grandes « fermes » et à une électricité pas chère…

Retrait de la vie publique

Avec la généralisation du paiement par carte bancaire, régler avec des billets est devenu de plus en plus rare. Quid alors des distributeurs de monnaie fiduciaire ? Ils devraient peu à peu disparaître ou être recyclés. On a vu en effet dernièrement apparaître dans de nombreux pays de nouvelles machines qui permettent, sans effort et avec pignon sur rue, d’acheter des cryptomonnaies sans passer par un service. Simple comme bonjour. Si la France est encore à la ramasse avec seulement 9 machines sur l’Hexagone, d’autres pays ont pris de l’avance. 23 000 automates aux États-Unis et 1 800 au Canada, voilà les champions mondiaux. Le Royaume-Uni, l’Autriche et l’Espagne complètent le top 5 mondial mais sont bien loin dans les tréfonds avec un parc d’à peu près 150 machines chacun.

Sur le continent américain, on croit vraiment à cette nouvelle économie des cryptomonnaies puisque même Walmart, géant de la distribution équivalant de nos Leclerc, a annoncé la semaine dernière que 200 distributeurs Coinstar étaient maintenant en service dans leur réseau. Ce projet pilote, s’il rencontre son public, pourrait être étendu à d’autres magasins. Sachant que Walmart en possède 4 700 au pays de l’oncle Sam, cela pourrait être un sacré coup de pousse à la démocratisation des cryptomonnaies dans les portefeuilles de Monsieur et Madame Tout-le-monde.

En gros, sur ta liste de course, t’auras du beurre, des chips, du saucisson, du pain et des crypto.

À lire également : Crypto News n°1 : Tesla gagne un milliard de Bitcoin et Binance brûle ses dollars

Soirée crypto et lingots !

Quand quelqu’un déjà détenu est en plus mis en garde à vue par les cybergendarmes du Nord, on sent l’affaire un peu louche. En prison pour une histoire routière, l’homme est aujourd’hui soupçonné de fraude fiscale. Lui et son épouse menaient la belle vie sans vraiment pouvoir le justifier par les revenus qu’ils déclaraient. Déjà propriétaires de plusieurs bien immobiliers, il a été trouvé 10 kg de lingots d’or ainsi que 250 pièces d’or et d’argent lors d’une perquisition à leur domicile. Enfin, et c’est quand même le sujet qui nous intéresse au départ, les époux étaient également fans de cryptomonnaies puisqu’ils en avaient pour près d’1,5 million d’euros. Rois du business ou blanchisseurs d’argent sale à la main lourde sur la lessive ? Si vous vous posez la question, on ne peut plus rien pour vous.

Vous n’êtes pas encore monté dans le train « crypto » ?

Vous ne voulez pas rater le train en marche ? Faire partie des investisseurs en cryptomonnaie n’a jamais été aussi simple et sécurisé avec Coinhouse. Ce site français enregistré auprès de l’Autorité des Marchés Financiers est la destination idéale pour les débutants qui ne comptent pas le rester. Sur cette plate-forme on pourra obtenir des conseils, mais aussi acquérir des cryptoactifs à fort potentiel : Bitcoin et Ethereum bien sûr, mais aussi VeChain, Ripple , Litecoin, Cardano, Polkadot, etc. L’inscription se fait en quelques clics et il est possible de conserver vos achats gratuitement sur la plate-forme (même si pour des raison de sécurité, nous vous conseillons d’opter pour une solution logicielle et gratuite comme Metamask). Sur Coinhouse, les commissions sont avantageuses et vous pouvez profiter de cryptomonnaie d’avenir comme l’EUR-L, un stablecoin indexé sur l’euro qui permet de simplifier votre déclaration d’impôt le jour où vous devrez déclarer des plus-values.

Le Bitcoin a dépassé son record historique, mais l’Ethereum va sans doute lui emboiter le pas cette année. Il faut dire que cette crypto est boostée par la DeFi et est très bien accueillie par les investisseurs grâce à sa blockchain définitivement tournée vers l’avenir…