Coronavirus : Trump se moque de la solution de pistage de Google et Apple

Alors que ce partenariat est plutôt bien accueilli par les gouvernements et l’opinion publique, le président Donal Trump juge cette initiative « inconstitutionnelle ».

Vous l’avez lu dans nos colonnes récemment, Google et Apple travaillent ensemble sur une solution pour suivre vos données. Plus précisément, les deux géants du web collaborent pour développer une API de pistage de contacts. Une fois intégrée dans une application mobile de santé, cette interface de programmation permettra d’utiliser la connexion Bluetooth des smartphones pour tracer vos contacts.

Ainsi, les gouvernements pourront savoir quels utilisateurs ont le virus, tandis que les utilisateurs sains seront alertés de la présence proche d’une personne infectée et pourront l’éviter le cas échéant. En outre, le temps passé près d’un malade potentiel sera affiché. Une information essentielle puisque plus le durée d’exposition est long, plus les chances d’être contaminé augmentent.

Quoiqu’il en soit, cette API est donc destinée aux autorités sanitaires et aux gouvernements désireux de développer des applications de santé et de pistage médical rapidement. Et sans surprise, l’annonce de ce partenariat a été plutôt applaudie et plusieurs gouvernements ont manifesté leur intérêt pour cette solution. La France pourrait l’utiliser dans StopCovid, l’application de pistage médical développée par le gouvernement français.

Le président de la République Emmanuel Macron l’a d’ailleurs évoqué hier pendant son allocution télévisée. Mais, comme il y a toujours un mais, la fête ne pouvait pas durer sans une avalanche de critiques signée Donald Trump.

À lire également : Coronavirus – Apple Plans affichera bientôt les centres de dépistage

Une solution « inconstitutionnelle »

Comme à son habitude, le locataire de la Maison Blanche a surpris son monde en tirant à boulet rouge sur l’initiative des deux entreprises américaines : « c’est un truc génial, mais beaucoup de gens ont quelques très gros problèmes constitutionnels avec cela vous le savez », déclarait Potus lors de son point presse quotidien.

Il poursuit : « D’autres pays pensent utiliser quelque chose de semblable mais pas aussi bon […] nous avons plus un problème constitutionnel qu’un problème mécanique (sic), mais nous établirons une décision sur cela. C’est quelque chose que nous allons discuter avec beaucoup de monde ces prochaines quatre semaines. Cela serait une manière très précise de le faire mais beaucoup de gens ont des problèmes avec cela ». 

À lire également : Christophe Castaner assure que les Français vont soutenir le « tracking »

Vous aurez là reconnu le style inimitable de Donald Trump, avec des critiques sans queue ni tête. Quel souci constitutionnel et qui sont les gens qui ont un problème avec ça ? Pour rappel, cette API est une aide pour les autorités sanitaires. Son utilisation restera facultative et ouverte sur le volontariat, et de fait la collecte de données ne se fera pas sans le consentement de l’usager.

En bref, espérons que la prise de parole de Donal Trump ne vienne pas retarder l’arrivée de cette solution qui pourrait aider non seulement les Etats-Unis mais aussi de nombreux pays dans le monde pour accélérer le déconfinement.

Source : 9To5Mac