• Rechercher
Accueil ► News ► Decryptage ► ClearView, la reconnaissance faciale qui va tuer l’anonymat

ClearView, la reconnaissance faciale qui va tuer l’anonymat

Crédits : Pixabay

Cette application est déjà utilisée par de nombreuses forces de l’ordre à travers le monde. Elle possède plus de 3 milliards de visages dans sa base de données.

On pense que ce genre de technologies n’existe que dans les films à la Minority Report par exemple. Et pourtant, ClearView en est la preuve vivante. Ce système de reconnaissance faciale, crée par un développeur australien, possède aujourd’hui pas moins de trois milliards de visages dans sa base de données. Vous vous en doutez bien, cette application est d’ores et déjà utilisée par de nombreuses forces de police et agences gouvernementales à travers le monde.

« Des centaines d’agences de renseignements et des forces de l’ordre l’utilisent, de la police locale au FBI en passant par la Sécurité Intérieure (Homeland) », raconte le journal The New York Times. Comment cela fonctionne et comment atteindre une base de données aussi vaste ? En comparaison, celle du FBI parait ridicule, avec seulement 641 millions de visages.

Une base de données qui puise dans tout Internet

ClearView se sert en réalité de toutes les photos disponibles sur le net : Youtube, réseaux sociaux classiques et professionnelles, photos de classes, etc. Si une photo de vous existe sur Internet, ClearView la trouvera. Grâce à cette technologie, les autorités peuvent désormais lancer une recherche de reconnaissance faciale beaucoup plus large, et plus seulement basée sur les fichiers de la police par exemple.

En outre, ClearView prodigue également des liens vers les différents sites où la personne recherchée a l’habitude d’aller. Cette fonctionnalité donne encore davantage de renseignements aux forces de l’ordre. En plus du grave danger que représente ClearView pour la vie privée, il y a également la question du pouvoir accordée à l’entreprise ClearView (qui est propriétaire de l’application).

Selon le NY Times, les autorités témoignent qu’elles ne savent pas vraiment comment fonctionne ce système de reconnaissance faciale. De fait, quand ils en ont besoin, les forces de l’ordre demandent de l’aide aux salariés de ClearView, qui les assistent pendant toutes les recherches… Cerise sur le gâteau, l’entreprise envisage d’ouvrir l’accès à sa technologie au grand public, via une application Android et iOS. V pour Vendetta n’est pas très loin.

Source : Digital Trends


Auteur
Kevin Dachez

À la rédaction, Kevin s'occupe des News. Il est tellement bon le bougre qu'on a essayé de nous le voler plusieurs fois. Bon, à chaque enlèvement on nous le ramène. Il faut dire que, malgré ses qualités, Kevin est adepte des dégradés sous Photoshop qui sentent bon la crise d'épilepsie et la rupture d'anévrisme...

Tous les articles
Auteur Kevin Dachez