Chute du Bitcoin : entre espoir et désespoir, où en est la cryptomonnaie ?

Ceux qui possèdent des Bitcoins ne savent plus sur quel pied danser depuis quelques mois. Et si l’heure était venue de quitter la piste et de ranger ses ballerines ?

Le 29 janvier 2021, ce diable d’Elon Musk secouait la planète crypto en twittant le plus nonchalamment du monde « #Bitcoin ». Les aficionados de la monnaie reine de sa catégorie y voyaient un signe de confiance et la valeur prenait 14% en une journée pour passer pour la première fois de son histoire au-dessus des 37 000$. Derrière, ce fut l’escalade fantastique avec un pic historique le 12 avril à 63 506$. Les analystes se mirent alors à fantasmer sur le franchissement probable de la barre des 100 000, voire 200 000$ !

Hélas pour les supporters de l’idée d’un Bitcoin fort, la Chine est venue jouer les trouble-fêtes en mai en annonçant une répression des activités liées à la monnaie. Les fermes de minage devenaient par exemple interdites sur le territoire chinois alors que ce dernier hébergeait 65% de l’activité au niveau mondial. Là aussi, la sanction ne se fit pas attendre et le cours perdit 14% en une journée. La chute continua, et la crypto passa même sous les 29 000$ fin juin.

Aujourd’hui, le Bitcoin fait le yoyo entre 32 000 et 35 000$ sans vraiment montrer de tendance permettant de savoir avec certitude de quoi le futur sera fait. Au moment d’écrire cet article, il se négocie à 32 349$.

Certains analystes ne se montrent néanmoins pas très optimistes pour l’avenir. L’investisseur très suivi Scott Minerd, président de Guggenheim Investments, a déjà pronostiqué que la monnaie virtuelle pourrait rapidement atteindre une valeur entre 10 000 et 15 000$. Sachant qu’il avait annoncé la chute qui arriva en mai, il n’y a qu’un pas à franchir pour oublier toute idée de rebond.

Cette situation particulière a toutefois des effets positifs dont certains assez inattendus.

Daily Mineurs

La Chine est vraiment allée très loin dans sa chasse aux sorcières. Les autorités ont même fait couper l’électricité de certains centres de données, sous le prétexte fallacieux de lutter en faveur de l’environnement. Quand quasiment les 2/3 des mineurs se retrouvent sans jus, c’est le dernier tiers qui reste qui se frotte les mains.

En effet, afin de ne pas créer trop de Bitcoin, le taux de hachage est très élevé si le nombre de mineurs l’est lui aussi. En toute logique, si celui-ci descend, il est donc plus facile de miner. Le hashrate a donc baissé de près de 29% entre mai et juin. Hors territoire chinois, certaines sociétés spécialisées ont donc vu leur fabrication de Bitcoin augmenter de 40%.

Ceci ne signifie pas pour autant qu’il faut vous lancer dans cette aventure tout de suite car il est très onéreux de s’équiper pour miner de manière efficace. Cependant, la conjoncture actuelle pourrait là aussi vous pousser à le faire.

L’occasion qui fait le Bitcoin

le marché du matériel d’occasion a été inondé de produits à des prix défiant toutes concurrence.
Le marché du matériel d’occasion a été inondé de produits à des prix défiant toute concurrence.

C’est en effet également une conséquence pour laquelle on peut remercier le gouvernement chinois. Les fermes du pays mettant la clé sous la porte les unes après les autres, le marché du matériel d’occasion a été inondé de produits à des prix défiant toute concurrence.

Il est en effet possible de trouver des GeForce RTX 3060 à des prix oscillant entre 280 et 380€. La même carte graphique est facturée plus de 530€ en France. Certains mineurs vendent même leurs ordinateurs complets pour des sommes dérisoires.

Il faut tout de même garder à l’esprit que tout ce matériel a été mis à rude épreuve en tournant 24/7. Il est donc potentiellement très fatigué.

L’étranger : la bonne pioche pour les mineurs chinois ?

Dans le style de statistiques absurdes, sachez que, quand les fermes de minages chinoises étaient encore fonctionnelles, et le selon une estimation venu de l’Université de Cambridge, le minage de Bitcoin représentait 0,6% de la consommation d’électricité mondiale.

Leurs ordinateurs débranchés sur leurs propres terres, les Chinois cherchent donc de nouvelles prises à l’étranger.

Plusieurs pistes semblent privilégiées où l’électricité est la moins onéreuse. Le Kazakhstan tout d’abord semble de celles-là, tout comme celle qui mène au Texas. Plus étonnant, le Canada se serait également montré ouvert à prêter ses rallonges. En Ukraine, le marché est déjà pris !

Autant vous dire que la France est bien loin de toutes ces considérations. Tous ceux qui ont une facture EDF sous les yeux savent bien pourquoi.

Le chant des mauvais signes pour le Bitcoin ?

Est-ce que tout cela permettra une relance totale de la hype sur la cryptomonnaie ?
Est-ce que tout cela permettra une relance totale de la hype sur la cryptomonnaie ?

Est-ce que tout cela permettra une relance totale de la hype sur la cryptomonnaie ? Rien n’est moins sûr. Il suffit de voir la situation précaire de Binance.

La plus grande plateforme au monde d’échange de crypto avait déjà vacillé en mai lors du premier crash. Les serveurs, surchargés de connexions, s’étaient montrés incapables de gérer le trafic et inaccessibles pour nombres de personnes qui auraient bien aimé vendre leurs biens immatériaux. Résultat : des pertes énormes pour les clients et plusieurs actions collectives lancées contre la plateforme par les plus énervés pour récupérer une partie des sommes envolées.

Comme si elle avait besoin de ça, Binance est également sous le coup d’une vigilance accrue des gouvernements mondiaux. Aux Royaume-Uni, les autorités ont déjà annoncé qu’elles souhaitaient interdire en partie les activités de la société sur son territoire. Même son de cloche aux États-Unis et en Thaïlande ou l’entreprise fondée par Zhao Changpeng est sous les feux d’une enquête. Son destin semble également bien sombre dans d’autres pays comme le Japon, le Canada et l’Allemagne qui accusent Binance de ne pas avoir les autorisations nécessaires pour exercer sous leurs latitudes.

Buy the Dip !

Parmi ceux qui se réjouissent de cette baisse inattendue, nous avons oublié de mentionner les investisseurs. Apple vient d’acquérir 2 milliards de dollars en Bitcoin « over the counter » (sans passer par le marché traditionnel pour éviter de faire bouger le cours). Pourquoi ? Tout simplement selon le principe bien connu du « buy the dip » ou « achète au plus bas ». Il faut dire que c’est le moment d’investir quelques deniers dans les Bitcoins si vous pensiez avoir raté le train. Il n’est plus possible de le faire depuis Binance, mais le français Coinhouse qui dispose d’une AMF depuis 2014 doit se frotter les mains.


Laisser un commentaire