Decryptage News

Et si la Chine créait aussi sa liste noire d’entreprises à risques ?

ventes huawei
En réponse à la mise au ban de Huawei, Pékin pourrait comme les Etats-Unis mettre en place une black list pour les sociétés étrangères jugées suspectes.

La Chine ne compte pas rester sans réponse face à « l’acharnement » du gouvernement américain contre Huawei. D’après le site Bloomberg, le ministre de l’économie chinoise Gao Feng a annoncé la création probable et prochaine d’une liste noire (comparable à la Entity List mise en place par le Département du Commerce US) des entreprises, organisations et individus considérées comme dangereux pour le pays.

Plus précisément, cette liste pourrait regrouper les entités dont le comportement perturbe l’approvisionnement en matériaux pour des raisons non-commerciales ; ignore les réglementations du marché ; ou porte atteinte gravement aux intérêts des compagnies de l’Empire du Milieu.

Il faut sauver le soldat Huawei

Avec une telle déclaration, Pékin déclare à son tour la guerre contre des entreprises étrangères. Si ce décret venait à rentrer en vigueur, la Chine pourrait stopper ou ralentir les activités d’un grand nombre d’acteurs de l’industrie du high-tech, de l’automobile, etc. Mais surtout le pays pourrait se venger des sociétés (américaines ou non) qui ont coupé tout rapport avec Huawei du jour au lendemain : Qualcomm, Intel, Toshiba ou encore Alphabet ont du souci à se faire.

Cette annonce a eu des conséquences immédiates : la chute de 1% des actions en bourse d’Apple et Intel. D’après Michelle Lam, économiste travaillant pour la Société Général à Hong Kong, « les entreprises qui ont annoncé qu’elles réduiraient leurs livraisons à Huawei, telles que Panasonic et Toshiba seront menacés […] Cela pourrait être très dommageable pour ces multinationales ».

En outre, cette liste noire permettrait à Pékin de cibler les entreprises « qui représentent une menace potentielle pour la sécurité nationale ». Le ministre Gao Feng rajoute que cette mesure est pensée « pour protéger les règles économiques et commerciales internationales et le système commercial multilatéral, et pour s’opposer à l’unilatéralisme et au protectionnisme commercial, et pour sauvegarder la sécurité nationale, et les intérêts sociaux et publics de la Chine ». Tout un programme.