• Rechercher
Accueil ► News ► Decryptage ► Chine : La sonnerie de la honte

Chine : La sonnerie de la honte

Chine crédit social

Dans certaines régions chinoises, les citoyens endettés se voit attribuer une sonnerie de téléphone spéciale, pour que la population puisse reconnaître les mauvais payeurs.

Ce n’est pas une surprise. La Chine n’est pas reconnue pour son respect absolu des droits de l’homme. L’Empire du milieu innove aujourd’hui dans l’humiliation et l’isolement de ces concitoyens, et plus précisément les personnes endettées.

Au cas où vous ne le sauriez pas, le gouvernement chinois a mis en place ce que l’on appelle le « crédit social« . Cette mesure entend donner des notes aux citoyens, selon trois critères spécifiques : le score de crédit, le comportement, et l’efficacité au travail. Et selon votre score, bon ou mauvais, vous aurez le droit (ou l’interdiction) d’accéder à certains services publics, à certains marchés voire même à certains emplois…

Les mauvais élèves sont appelés « Laolai » et sont fichés sur une liste noire. Dans la région de Guanyun, plusieurs sociétés de télécoms œuvrent avec le gouvernement chinois pour attribuer une sonnerie de téléphone spéciale aux personnes endettées, afin qu’elles soient reconnues dans la rue.

Regardez cet homme endetté !

Comme si l’humiliation n’était déjà pas à son comble, ces entreprises de télécoms ont fait en sorte que les personnes qui tentent de contacter ces « Laolai » soient avertis par un message vocal de la piètre situation financière de leur interlocuteur. Pas de tonalité classique ici. Voilà ce que vous annonce le robot via cette annonce pré-enregistrée :

« La personne que vous êtes en train d’appeler a été placée sur une liste noire par le tribunal du Comté de Guanyun. Veuillez s’il vous plaît exhorter cette personne à remplir ses obligations légales. Les employés du tribunal apprécient votre soutien. Merci ! », conclut la voix.

Avec cette mesure, le gouvernement pousse la notion de pression sociale à son paroxysme, en marginalisant davantage les citoyens avec des difficultés financières. Une telle politique devrait motiver à coup sûr les personnes concernées à payer leurs dettes au plus vite non ?

-
Auteur Kevin Dachez