Chia : la crypto « écolo » qui défonce les disques durs

Contrairement au Bitcoin qui nécessite des ordinateurs surpuissants pour son extraction, le Chia s’appuie sur des disques durs ou des SSD. Un procédé plus écologique certes, mais qui réduit drastiquement la durée de vie de ces appareils. Résultat, la pénurie de disques durs commence déjà à se faire sentir.

Comme vous le savez peut-être, le minage du Bitcoin et de nombreuses cryptomonnaies requiert une quantité d’énergie électrique phénoménale. C’est d’ailleurs pour cette raison que Tesla a récemment choisi d’abandonner le Bitcoin comme moyen de paiement, Elon Musk étant inquiet « du recours de plus en plus important aux combustibles riches en carbone pour miner des Bitcoins et valider ses transactions ». Mouais…

Partant de ce constat, l’inventeur du réseau BitTorrent Bram Cohen a décidé de développer une nouvelle cryptomonnaie, plus verte et moins énergivore : le Chia. À l’inverse du Bitcoin ou de l’Ethereum qui demandent l’utilisation d’ASIC (des machines dédiées au minage), de PC ultra puissants et même de clusters de cartes graphiques, l’exploitation du Chia s’appuie sur une notion d’espace et de temps. Il faut pouvoir montrer que vous avez alloué de l’espace disque inutilisé pour « farmer ».

Au premier abord, on se dit chouette, en voilà une bonne idée. Au moins, cette nouvelle cryptomonnaie n’entretiendra pas l’actuelle pénurie de cartes graphiques Nvidia et AMD. Et cerise sur le gâteau, le minage du Chia est donc plus écologique, plus simple et moins onéreux que pour les autres cryptomonnaies. 

Le Chia, ou comment remplacer une pénurie par une autre

Sauf que le Chia commence à devenir particulièrement attractif et populaire. Résultat, les mineurs se ruent sur les SSD et les disques durs disponibles en magasins et sur les sites de vente en ligne. La pénurie est en marche, et les prix flambent avec elle. Selon un article du South China Morning Post, le prix de certains disques durs a augmenté de 59%. Et on parle ici des disques durs haute capacité de 8 To ou plus réservés d’ordinaire aux professionnels. Pour vous donner un ordre d’idée, l’extraction du Chia utilise actuellement 3,9 millions de téraoctets d’espace disque, et ce chiffre est en perpétuelle augmentation.

De plus, un autre problème majeur va nourrir cette pénurie de disques durs. En effet, il s’avère que l’exploitation du Chia réduit drastiquement la durée de vie des SSD. Ainsi et selon plusieurs rapports relayés par nos confrères du site Netcost Security, la durée de vie utile d’un disque dur de 1 ou 2 To passe respectivement à 80 et 160 jours. Dans un usage domestique, un disque dur d’une telle capacité tient généralement une dizaine d’années. Car il est bien connu que ces disques durs à base de mémoire NAND sont limités au niveau des cycles d’écritures. Pourquoi ne pas utiliser des disques durs « normaux » ? La question est technique, mais la réponse est simple : les HDD sont moins rapides ce qui génère moins d’argent pour le mineur. C’est beau la « crypto-écolo » !

Du coup, les mineurs exploitent les disques durs SSD jusqu’à ce qu’ils rendent l’âme, et en achètent d’autres, entretenant au passage la pénurie. À ce sujet, précisons que certains constructeurs de SSD et de disques durs ont déjà pris des mesures, à commencer par le lancement de SSD dédiés au minage du Chia comme l’a fait TeamGroup. De son côté, la marque Galax a promis qu’il ferait sauter la garantie de ses SSD s’ils sont utilisés pour miner du Chia.

Bitcoin, Ethereum, Ripple : ce sont les soldes !

Vous l’aurez compris, le Chia n’est pas encore prête à devenir la future Bitcoin-killer, même si les « farmers » gagnent un sacré paquet d’argent avec. Mais si les cryptos vous intéressent et que vous désirez investir, rappelons que la plate-forme française Coinhouse propose d’acheter, de vendre et de détenir du Bitcoin, Ethereum, Litecoin, Ripple, Cardano, etc. Profitez-en, les cours se sont pris une bonne claque récemment : ce sont les soldes!

Source : NetCost Security