News

Candy Crush Saga : le mot « Candy » appartient au King

Déposer un nom commun ? Absurde ! Et pourtant, les autorités américaines ont validé la démarche de la société King, qui détient le célèbre jeu Candy Crush Saga. Si vous développez une appli Android avec le mot Candy, vérifiez vos e-mails : vous avez peut-être déjà reçu un message peu amical de la part de King...
Vous ne pourrez plus utiliser le mot « Candy » (« bonbon » ou « sucrerie » en anglais) dans une application Android ou iOS. King, la société derrière Candy Crush Saga, jeu de match-three au succès immense, a déposé ce nom commun. Aussi incroyable que cela puisse paraître, la demande a été provisoirement acceptée par les autorités américaines en charge des marques. Provisoirement, car un délai de 30 jours est laissé aux opposants à ce dépôt pour faire entendre leur voix.

King veut lutter contre les clones de son jeu, qui pullulent sur les marchés d’applications, Google Play Store en tête. Jusque-là, la démarche est compréhensible, « business is business » après tout. Le problème, c’est que la société semble désormais viser toutes les applications qui touchent de près ou de loin aux sucreries. En témoigne Benjamin Hsu, développeur du jeu « All Candy Casino Slots — Jewel Craze Connect: Big Blast Mania Land » (iOS). Dans un mail envoyé par Apple (qui gère ce genre de conflits), il était informé que son application enfreignait les règles. Ne pouvant se payer un avocat pour défendre sa cause face au mastodonte King, il renomma son jeu « All Sweets Casino Slots », alors que ce dernier n’avait rien en commun avec Candy Crush, si ce n’est l’utilisation du mot « Candy ». Jugez vous-même.

Candy slot à gauche, Candy Crush Saga à droite. La ressemblance est en effet... Inexistante ?

Pour les avocats de King, l’utilisation du mot « Candy » était une tentative délibérée du développeur pour rendre son application plus visible.

King ne compte pas s’arrêter là. Une demande de dépôt du mot « Saga » est en cours depuis 2011, même si elle est pour l’instant suspendue, selon le site tradermarkia.

La résistance s’organise

Le dépôt du mot « Candy » par King est loin d’être passé inaperçu. Refusant la démarche, deux personnes (t-wave et caribou de leurs pseudos) ont notamment organisé un « game jam » (regroupement de développeurs pour créer des jeux dans un laps de temps court) un peu particulier. Baptisé « Candy jam« , il vise à créer avant le 3 février un maximum de jeux à base de bonbons, en mentionnant le mot « Candy » à outrance bien sûr. Des points bonus sont attribués à qui utilise aussi les mots « Scroll » (parchemin/rouleau), « Apple » (pomme), « Memory » (mémoire) et « Saga ». Oui : à part le dernier, ces mots sont des marques déposées.

Les résultats ne se font pas attendre.

 Une démarche qui pose question

King affirme qu’il ne vise pas toutes les utilisations du mot « Candy », mais seulement celles qui surfent clairement sur le succès de Candy Crush Saga. Mais où placer la limite ? Doit-on craindre une vague de demande de dépôts pour des mots comme « football » ? Pour Tyler Ochoa, professeur de propriété intellectuelle à l’Université de Santa Clara, King est dans l’erreur : « Je ne pense pas que quelqu’un identifie [Candy Crush Saga] par le mot « Candy » uniquement. Ils essayent d’obtenir un monopole ou des droits exclusifs sur tout ce qui contient le mot « Candy » afin empêcher les autres de créer des jeux imitant le leur. C’est clairement anticoncurrentiel et ce n’est pas pour cela qu’existe la loi sur les marques déposées. Elle est là pour protéger les produits et les marques ».

Le dépôt de noms communs, qui peut paraître absurde, pourrait bien se banaliser devant le marché que représentent les applications pour supports mobiles. Au fait : « football » n’est pas (encore) une marque déposée…