Bitcoin : quels sont les pays hostiles à la crypto n°1 ?

Si certains pays se montrent plutôt favorables à l’utilisation du Bitcoin, d’autres voient la reine des cryptomonnaies comme un danger pour leur économie et préfèrent l’interdire de leur territoire.

Comme vous le savez, les cryptomonnaies décentralisées ne sont pas émises par un gouvernement ou une banque centrale. De fait, le Bitcoin, l’Ethereum et d’autres devises numériques entretiennent généralement des relations houleuses avec les institutions financières comme le FMI, sans parler de nombreux gouvernements à travers le monde qui considèrent ces monnaies alternatives comme de graves dangers pour leur économie.

Pour autant, certaines nations, comme la France ou l’Allemagne, ont fixé un cadre juridique pour leur utilisation. Le Salvador, pays d’Amérique centrale, est même le premier pays au monde à avoir adopté le Bitcoin comme monnaie légale. À l’inverse, certains pays ont décidé de prendre des mesures drastiques pour encadrer et limiter l’utilisation du BTC, tandis que d’autres ont préféré purement et simplement l’interdire sur leur territoire. 

À l’heure actuelle, six pays ont décrété que la détention et l’utilisation de Bitcoin étaient illégales. Il s’agit de la Bolivie, du Maroc, de l’Algérie, de l’Égypte, du Népal et du Bangladesh. Sur ces territoires, miner, détenir et échanger des Bitcoins sont considérés comme des délits, et sont donc passible d’une peine de prison. Au Bangladesh par exemple, il est exigé que les citoyens s’abstiennent « d’effectuer, d’aider et de faire de la publicité pour tout type de transaction par le biais de monnaies virtuelles comme le Bitcoin afin d’éviter tout dommage financier et juridique ». 

À lire également : Le Bitcoin coule et entraîne les autres cryptomonnaies avec lui

Infographie: Les pays hostiles au Bitcoin | Statista Vous trouverez plus d’infographie sur Statista

La Chine et la Turquie renforcent leur position contre le Bitcoin

D’autres États ont préféré commencer par imposer des restrictions d’utilisation, soit en interdisant les transactions bancaires ou les paiements. C’est notamment le cas du Canada, du Nigéria, de la Chine, de la Turquie, de l’Équateur ou encore du Cambodge et de l’Indonésie. Si le Nigéria ou l’Équateur ont mis en place ces dispositions il y a plusieurs années déjà, la Chine et la Turquie viennent tout juste de renforcer leur arsenal juridique envers le Bitcoin. Ainsi en mai 2021, Pékin a choisi d’interdire aux institutions financières, aux banques et aux entreprises de vendre des services liés aux cryptomonnaies comme le Bitcoin.

« Récemment, les prix des cryptomonnaies ont grimpé en flèche et chuté, et le commerce spéculatif des cryptomonnaies a rebondi, portant gravement atteinte à la sécurité des biens des personnes et perturbant l’ordre économique et financier normal », précisait la Fédération bancaire de Chine. De son côté, la Turquie a choisi d’interdire les paiements en cryptomonnaies sur son territoire, pour le motif qu’elles représentent un risque pour les investisseurs du fait de l’absence de réglementation et d’autorité centrale.

Si la défiance envers les cryptomonnaies semble se généraliser, il faut toutefois relativiser. Certains pays prennent des mesures restrictives pour justement assurer un avenir pérenne à leur devise numérique centralisée, à l’instar de la Chine qui souhaite lancer sa propre cryptomonnaie contrôlée par l’État.

Ces interdictions successives ont fait chuter les cours…

Cette période est délicate pour les cryptomonnaies : entre les restrictions, les interdictions et Elon Musk qui s’amuse à manipuler les cours, le Bitcoin et les autres se prennent une sacrée claque après avoir été très haut en début d’année. Certains ont paniqué en vendant leurs cryptoactifs tandis que d’autre gardent leur position, persuadés que le cours remontera bientôt. Si vous n’avez jamais cédé à la tentation d’acheter des cryptomonnaies, c’est le moment ou jamais puisque les prix sont au plus bas : Bitcoin, Ethereum, Ripple, Polkadot, Cardano… Vous pouvez faire tout ça sur le site français Coinhouse avec de très petites commissions. Ne regrettez rien quand les prix vont remonter…

Source : Statista