Decryptage News

Big Brother : la surveillance «rassure» une partie des Français…

big brother france
À tort ou à raison, de nombreux Français se sentent espionnés dans leur vie de tous les jours. Certains sont même sûrs que leurs conversations téléphoniques sont écoutées ! Selon une étude très sérieuse de CARVEA Consulting, nos compatriotes sont paradoxalement 86 % a se sentir en sécurité. Le sentiment d’omniprésence du pouvoir a donc un côté sécurisant pour un bon nombre d'entre nous...

Selon une récente étude du cabinet de conseil CARVEA Consulting, plus de 2 Français sur 3 se sentent surveillés et ce, quelque que soit leur sexe ou leur origine sociale ou âge. Plus étrange, ils sont 80 % à penser qu’ils ont déjà été écoutés pendant leurs conversations téléphoniques et plus d’un quart en est absolument sûr ! Étonnant quand on sait qu’il n’est pas aisé pour la police française de demander une mise sur écoute. Les citoyens de nos pays frontaliers ont d’ailleurs en moyenne 10 fois plus de «chance» de se faire mettre sur écoute par la police de leurs pays respectifs. Mais d’où vient se sentiment presque paranoïaque ? Il faut d’abord considérer que les formes de pouvoir actuel ne s’exposent plus comme au temps du Général de Gaulle. Malgré cela, le pouvoir est perçu comme ubiquiste. Ici et là avec des actions rares, mais ressenties comme omniprésentes.

Et ce sentiment d’être surveillé a paradoxalement un effet bénéfique puisque 86 % des personnes interrogées déclarent se sentir en sécurité et même totalement en sécurité pour 18 % d’entre eux (seulement 14 % ne se sentent donc pas en sécurité). Il y a donc une corrélation entre le sentiment de sécurité et la certitude d’être surveillé même si cela varie selon les individus : le fait de se sentir surveillé renforce le sentiment de sécurité totale (de 18% à 28%) pour les uns, mais il augmente aussi le sentiment d’insécurité (de 14% à 20%) pour les autres. Bref, si vous êtes déjà inquiet, le fait de se sentir épié ne va pas arranger vos affaires, mais si vous faites partie des optimistes, vous le serez encore plus. La nature humaine…

Quand l’oiseau accepte sa cage…

Notons quand même que, toujours selon cette étude, les Français sont conscients que la surveillance ne provient pas seulement des écoutes téléphoniques (objet connecté, montre, GPS, smartphone, etc.) et que cela engendre un sentiment de méfiance pour 47% d’entre eux et de crainte pour 26%. Encore une fois, et de manière paradoxale, certains interrogés trouvent de bons côtés à cette surveillance peut-être fantasmée : sentiment de confiance pour 18%, de sécurité pour 17% et de sérénité pour 15% d’entre eux.

Ces derniers seront les premiers à aller chercher leurs passeports eurasiens à L’Angsoc et à acheter un dictionnaire de Novlangue au Ministère de la Vérité…

surveillance
Dormez braves gens…