Applis Decryptage News

MyBuBelly : fille ou garçon ? C’est 1000 € pour le bon embryon !

bubelly appli
Dans l’antiquité les Romains se ligaturaient un testicule ou l’autre, car ils pensaient que cette technique permettait de déterminer le sexe de leur futur enfant. Dans les années 70, les femmes suivaient des régimes stricts pour la même raison. Bien sûr il n’est pas possible de favoriser tel ou tel sexe au moment de la conception, mais cela n’empêche pas les arnaqueurs de tout bord de vous le faire croire.

En 2019 c’est une application mobile qui propose à ses clientes de favoriser les chances de concevoir une fille ou un garçon. Selon l’éditeur de l’appli MyBuBelly, les chances de réussite sont de 90 %. Il suffit de suivre un régime (tiens, ça rappellera quelque chose à ma douce maman qui voulait tant une petite «Benoîte»), mais aussi de cibler la date de conception. Ce service est bien sûr payant et l’addition est salée : 149 € par mois alors qu’il faut commencer 3 mois avant la date de conception. Mais comme vous le savez, ces choses-là sont aussi une affaire de chance et comme il faut en moyenne 7 mois pour «réussir son coup»…

Bien sûr, l’application se base sur une méthode «scientifique» (aussi scientifique que l’homéopathie, les meilleures méthodes pour gagner au loto ou Monsieur Boubakar qui fait revenir l’être aimé grâce à des rognures d’ongles) et même s’il faudra parfois débourser plus de 1000 € pour arriver à ses fins, le site propose une offre idéale : satisfait ou remboursé ! L’argument est imparable, mais même si vous désirez un garçon et que vous avez votre John-Dylan au bout d’un an (quel beau prénom pour un petit Normand), vous auriez eu de toute façon 50 % de chance de l’avoir sans débourser un SMIC. Vous l’aurez compris, cette méthode est totalement bidon, mais il faut croire que tous n’ont pas suivi les cours de bio en 4ème.

Les pseudo-médecins qui proposent cette offre vous l’assurent : les chromosomes X des filles sont plus lents, mais aussi plus résistants en milieu acide. La solution ? Baisser le pH du vagin et autres sorcelleries du même acabit. Dans la communauté scientifique (ceux qui ne touchent rien avec l’appli donc), on est unanime : c’est une arnaque, du charlatanisme. Et même parmi les personnes qui faisaient partie du comité «scientifique» de départ, un médecin a retourné sa veste. En effet, même si les comportements qui montrent des différences entre spermatozoïdes porteurs du chromosome X et ceux porteurs du Y sont étudiés, rien ne laisse présager un impact particulier en fonction d’un régime alimentaire quelconque.

Dans la réalité, en cas de forte probabilité de maladie génétique (certaines maladies ne touchent que les filles ou que les garçons), il est possible de faire une sélection lors d’une FIV avec diagnostic préimplantatoire, mais le protocole est très lourd. Pour les autres, ceux qui ont la chance de pouvoir avoir un enfant en pleine santé, la seule méthode est de compter sur la chance. Mais après tout, avoir un «mini-moi», même du «mauvais» sexe, c’est la meilleure chose du monde (sauf s’il s’appelle John-Dylan).

bubelly fille
En mangeant des orties, des salsifis et des cailloux, ma maman désirait une fille : pas de bol, elle a eu un geek…