News

Chopine, le jeu à boire qui vous défie

appli chopine
Après le jeu "Action ou Vérité" en 2013, et "Jeu Couple" en 2014, le créateur français d'applications Chouic propose aux festifs d’égayer leurs soirées avec Chopine, un jeu à boire jeune et convivial à base de défis et de gages, qui mise sur l’amusement plus que sur l'ivresse (enfin c'est vous qui voyez !). Interview des créateurs de Chopine.

Quel est le concept de Chopine ?

Les jeux de soirée connaissent un vrai succès ces dernières années. Chopine s’inscrit dans cette tendance. C’est un jeu à boire sur mobile, avec des centaines de gages, dont des gages de groupe, pour mettre encore plus l’ambiance. Comme le jeu se joue avec des verres pleins, Chopine s’adresse aux fêtards de 18 à 25 ans, qui aiment se retrouver entre amis pour l’apéro. L’application comprend plusieurs niveaux de jeux : Débutant, Confirmé, Sex’pert et Jeu Bar. Chacun y trouvera donc son bonheur, en fonction du type de soirée et de sa soif.

Comment vous est venue l’idée de cette appli ?

Un soir, comme souvent, nous sortons un jeu de cartes pour lancer un petit jeu à boire avec des amis. Et là, on s’est dit : « pourquoi, au lieu de jouer sur la chance, on n’utiliserait pas les gages de notre jeu (Action ou Vérité), pour savoir qui doit boire ? » C’est comme cela que nous est venue l’idée de Chopine. On s’est aussi dit, qu’en plus du challenge des gages, il fallait surtout la possibilité de boire moins vite. On a donc décidé de créer un système de points, pour départager objectivement les joueurs sur leurs performances dans chaque gage.
Aujourd’hui, presque tout le monde a un smartphone, vissé à la main. Lors des soirées, cela est plus souvent un prétexte pour s’isoler les uns les autres. Avec Chopine, comme avec nos autres applications mobiles (Action ou Vérité et Jeu Couple), nous avons souhaité utiliser le téléphone pour rapprocher les gens et les faire jouer ensemble.

Quels retours des utilisateurs ? Pas trop de gueules de bois à déplorer ?

Chopine a une note supérieure à 4 étoiles sur l’App Store et sur le Play Store. Donc on peut dire que les gens sont plutôt satisfaits de l’application !
Les retours que nous avons sur notre support clients sont toujours super sympas. On ne va pas vous mentir, les utilisateurs de Chopine sont un peu nos chouchous. En même temps, ils nous envoient des photos de leurs soirées, donc ça rapproche. Et cela nous permet de contrôler que tout se passe bien pour eux et qu’ils n’abusent pas trop. Si les selfies sont nets, c’est que tout va bien.
Nous ne déplorons pas de plaintes pour les gueules de bois, donc nous supposons que nos utilisateurs sont responsables. Ou alors, qu’ils font les gages demandés au lieu de boire les gorgées de pénalité. Eh oui ! La grosse innovation avec Chopine, c’est qu’on n’est pas obligé de boire, puisque ce n’est pas le plus alcoolisé qui gagne, mais celui qui a le plus de points, soit, celui qui a réussi le plus de gages.

Parlez nous de Chouic, qui êtes vous ? Quelles sont vos autres réalisations, objectifs, projets ?

Chouic, c’est l’histoire de deux étudiants d’Epitech, Romuald et Antoine, qui voulaient tester quelque chose de nouveau, en soirée. Ils ont donc cherché une application d’Action ou Vérité pour les divertir et n’ont rien trouvé qui leur plaise. C’est comme cela que leur est venue l’idée de créer eux-mêmes une application Action ou Vérité, en 2013. Suite à ce premier succès, ils lancent un autre action ou vérité, dédié aux amoureux, Jeu Couple, en 2014.
Chopine sort en 2015 et son design a été complètement revu fin 2017. Pour la Coupe du Monde, comme nous avons des fans de foot dans l’équipe, ils ont voulu écrire plein de gages. Alors, nous lançons un niveau gratuit sur le thème du foot, avec des gages spécialement rédigés pour les fans du ballon rond… et pour ceux qui sont plus intéressés par leur bière que par ce qu’il se passe à la télé. Désormais, le match se jouera aussi sur la table d’apéro !
Depuis 2016, Chouic s’est lancé sur le marché des jeux de société avec Culot, un action ou vérité, revisité pour les soirées. Nous souhaitons développer cette activité et travaillons actuellement sur un nouveau concept, tout aussi impertinent.