Android Wear n’échappera pas aux surcouches constructeurs

L’OS pour les objets connectés made in Google, Android Wear, s’ouvrira très prochainement aux constructeurs qui pourront laisser parler leur créativité pour personnaliser Android. C’est Hiroshi Lockheimer, l’actuel vice-président de l’ingénierie chez Google, qui a laissé échapper cette info.

D’après les dires du vice-président de l’ingénierie chez Google, Hiroshi Lockheimer, ce n’est qu’une question de temps avant que les constructeurs et/ou les opérateurs puissent mettre les mains dans le cambouis pour personnaliser Android Wear sur les appareils qu’ils commercialisent. Plusieurs raisons justifient le fait que Google tente de limiter momentanément l’ajout de surcouche aux appareils tournant sous Android Wear. La première étant bien évidemment le manque de visibilité des services Google. Les constructeurs, à travers leurs surcouches, tentent de mettre au premier plan leurs services maison (market, lecteur multimédia, utilitaire de messagerie et toutes les autres applis préinstallées). Les solutions Google, la plupart du temps, se retrouvent reléguées dans un coin du lanceur d’applis.

L’autre raison, et non des moindres, réside dans le fait que Google essaye de limiter la fragmentation de son OS. De la même manière que pour les smartphones et les tablettes, lorsqu’une mise à jour d’Android voit le jour, c’est évidemment Google qui la propose aux différents constructeurs. Ces derniers doivent alors adapter leurs surcouche et interface (TouchWiz pour Samsung, Sense pour HTC…) à la nouvelle mouture d’Android et réaliser différentes phases de tests pour éviter les bugs majeurs. Ce temps d’essai aboutit souvent à des retards de déploiement et, parfois, à l’abandon pur et simple des mises à niveau vers les versions d’OS plus récentes.

En ne donnant pas tout de suite les clefs d’Android Wear aux constructeurs, Google tente d’éviter les deux écueils cités précédemment. Le géant de Mountain View, par l’intermédiaire de son vice-président de l’ingénierie, souligne qu’Android Wear a besoin de mûrir, que des bases solides doivent être développées. Et ce n’est qu’une fois que cette condition sera remplie, que les restrictions seront levées. Les constructeurs seront alors libres de personnaliser Android Wear sur leurs appareils.