Android pas assez cher selon Microsoft et Nokia, l’UE enquête

Le garde-fou anti-monopole de l’Union Européenne vient de lancer une enquête sur Google suite à une plainte déposée par Microsoft et Nokia. Cette plainte stipule que Google aurait utilisé des méthodes anti-compétitives pour améliorer les parts de marché du Google Play Store. Parmi ces méthodes, la vente d’Android aux constructeurs à un coût inférieur à celui de fabrication.

Android est le système d’exploitation mobile le plus répandu au monde ! La raison est simple et n’a aucun rapport avec l’ergonomie ou la puissance du système. Non, s’il est autant répandu, c’est parce qu’il n’est pas cher. Les constructeurs préfèrent équiper leur appareils avec un système que ne leur coûte rien, plutôt que d’investir dans Windows Phone ou dans la recherche et développement. Pour Microsoft et Nokia, ce prix est en dessous du prix de fabrication, ce qui est interdit par les règles européennes du commerce. Les deux partenaires vont même plus loin en affirmant que Google utilise Android « comme une manière trompeuse d’installer ses applications sur 70 % des smartphones du marché ». Dans le viseur de Microsoft et Nokia, on trouve Maps, Youtube ou encore Google Search.

Google n’a évidemment pas le même point de vue et a répondu aux allégations en estimant qu’Android  » est une plateforme ouverte qui encourage la concurrence. Les fabriquants de téléphones, les opérateurs et les consommateurs peuvent choisir comment ils utilisent Android, notamment en ce qui concerne les applications qu’ils utilisent ».

4,61 milliards de dollars de revenus pour Google

Les chiffres donnent en partie raison à Microsoft et Nokia. Google n’a effectivement pas un besoin vital de vendre son système Android et donc pourrait se permettre de le vendre à perte. Les ressources sont ailleurs. Selon un récent rapport de eMarketer’s sur la publicité mobile, Google aurait empoché 4,61 milliards de dollars en revenus publicitaires pour 2012.

Un chiffre à mettre en perspective avec les revenus générés par les autres mastodontes de la pub sur Mobile. Le deuxième est Facebook avec « seulement » 470 millions de dollars. Ce rapport de 1 à 10, Google le doit essentiellement à Android et à sa stratégie de distribution à bas coût pour les constructeurs. La décision de l’UE pourrait remettre en cause ce modèle ou pourrait, au contraire, le valider. Nul doute que Nokia et Microsoft penchent pour la première solution.

Pas assez cher mon fils… La politique Android vue par Microsoft et Nokia