Android : Google prive les smartphones turcs de ses applications et services mobiles

Les prochains smartphones Android destinés au marché turc seront privés de licence Android. Un conflit ouvert fait rage entre la Turquie et le géant du web. En cause, le refus de Google de s’ouvrir à la concurrence et de proposer d’autres moteurs de recherche sur les smartphones en Turquie. Face aux injonctions des autorités turques, Google préfère couper toute coopération.

Les tensions sont vivaces entre Google et la Turquie. Pour comprendre les enjeux, il faut revenir quelques mois en arrière. En 2018, l’Autorité de la Concurrence turque condamnait Google à une amende de 93 millions de lires pour des agissements jugés anti-concurrentiels. Parmi les exigences de l’organisme, l’entreprise américaine devait s’ouvrir davantage à la concurrence et permettre le développement d’autres moteurs de recherche et applications sur les smartphones vendus en Turquie.

Refus catégorique de la firme de Mountain View, qui fait la sourde oreille aux injonctions des autorités turques. Face à ce refus d’obtempérer, l’Autorité de la Concurrence turque a exigé que le géant du web paie une amende chaque jour, jusqu’à ce que toutes leurs exigences soient satisfaites. Une amende fixée tout de même à 0,05% des revenus totaux de Google. Ici encore, la société ne flanche pas et va même encore plus loin en choisissant de couper court toute coopération avec le pays et ses différents partenaires :

« Nous avons informé nos partenaires commerciaux que nous ne pourrons pas travailler avec eux sur les nouveaux smartphones Android destinés au marché turc. Les consommateurs pourront acheter des modèles déjà existants et pourront utiliser les services et applications normalement. Les autres services de Google ne seront pas affectés », expose l’entreprise dans un mail adressé à ces partenaires commerciaux.

Les consommateurs turcs seront les premières victimes

Dans les faits, cela veut dire que tous les constructeurs comme Samsung, Huawei, OnePlus ou Xiaomi ne peuvent plus obtenir de licence Android pour leurs futurs smartphones destinés pour le marché turc. Et si l’on suit cette logique, cela veut dire que les consommateurs turcs devront désormais se débrouiller à l’avenir avec des smartphones dépourvus des applications et services Google, comme Youtube, Gmail, Google Maps, Google Drive ou encore le Google Play Store. Si vous avez lu notre papier sur le Huawei Mate 30, vous savez que c’est tout sauf agréable…

On ne sait pas si la situation est amenée à se résoudre rapidement. Google affirme être en train de négocier avec les autorités locales et a d’ailleurs fait appel à ses partenaires commerciaux pour raisonner l’Autorité de la Concurrence turque afin de reprendre le dialogue et trouver une solution au conflit. Et attendant et comme pour Huawei, ce sont bien les consommateurs qui sont les premiers lésés par ces guerres commerciales.