5G de l’espace : qu’est-ce que c’est ? Quand et comment en profiter ?

Les technologies téléphoniques avancent à grands pas et capter la 5G sur nos téléphones sera bientôt possible directement depuis des satellites dans l’espace.

3G, 4G, 5G… la vitesse Internet que nous captons sur nos téléphones est de plus en plus rapide et demande à chaque fois des adaptations techniques. Que ce soit au niveau des infrastructures ou de nos appareils, il y a en effet toujours des changements technologiques nécessaires qui exigent du temps et de nouveaux investissements de la part des deux parties. La grande crainte de nombre de personnes reste « les ondes » émises par les antennes que certains craignent même si des études montrent que le danger n’est pas réel. Et si on leur disait que les rayons viendront bientôt de l’espace ?

Dans l’espace, personne ne vous entendra téléphoner

La prochaine génération de réseaux téléphoniques pourrait en effet se développer très au-dessus de nos têtes. On peut même dire dans l’espace ! La technologie qui permet la fabrication des satellites est de plus en plus au point et les prix des abonnements vont forcément baisser. De quoi pousser de nombreuses compagnies à envisager de lancer leurs propres réseaux et de proposer des solutions cellulaires en orbite terrestre basse (OTB). Ce fut déjà le cas de Lynk Global en avril et AST SpaceMobile devrait marcher dans ses pas vers la mi-septembre. Il faut dire que les ingénieurs en télécommunications travaillent d’arrache-pied pour rendre la chose plus attrayante et efficace.

Par le pouvoir de la liaison ancestrale !

Le premier défi de ces connexions venues de l’espace, c’est d’arriver à avoir la quantité d’énergie nécessaire pour transmettre et recevoir les données entre les satellites et les appareils connectés. Un challenge pas si simple à relever, comme l’explique Symeon Chatzinotas, ingénieur de l’Université du Luxembourg :

L’envoi de signaux vers des smartphones en extérieur pourrait être possible en utilisant des satellites en orbite terrestre basse avec des antennes de grande taille dans le ciel. Cependant, recevoir des informations devrait être encore plus difficile car les antennes des smartphones dispersent généralement leur énergie dans toutes les directions.

Il est vrai que la distance probable entre un satellite OTB et un smartphone est de 500 kilomètres, ce qui est deux fois celle typique en milieu urbain. Cela signifie donc que la dispersion de la puissance du téléphone devrait être au moins 8 fois plus grande qu’avec une antenne terrestre. Et ce sera encore pire si vous êtes dans un bâtiment. Néanmoins, les offres à venir s’efforcent de proposer un service utilisable dans certaines conditions.

Forfait voyelles et quelques consonnes

Il ne faut en effet pas s’attendre, dans un premier temps, à regarder du Netflix en 4K sur votre téléphone avec ce genre de forfait. Toutefois, l’offre de Lynk Global qui devrait être disponible d’ici la fin de l’année permettra des appels vocaux, l’envoi de SMS et un trafic internet limité mais qui aura l’avantage d’exister. Chez AST SpaceMobile, on annonce fièrement du haut débit 4G et 5G grâce à un dispositif satellite spécial. De nombreuses antennes à réseau phasé seront déployées autour de ce dernier et chacun visera une partie différente du sol terrien, permettant d’étendre sa diffusion en plusieurs cônes définis. 20 satellites devraient être lancés au départ pour couvrir l’équateur. Si le succès est au rendez-vous, cette première phase permettra de financer la suite.

Nous en sommes donc au tout début de cette 5G venue de l’Espace mais à la vitesse où vont les choses, nous pourrions voir très rapidement disparaître les antennes qui polluent nos campagnes. Par contre, il y aura des satellites qui pollueront le ciel… mais ça se verra moins.


Laisser un commentaire