Jeux Réflexion

Pokémon Go : a-t-on le droit de ne pas aimer ?

Mieux vaut tard que jamais, Pokémon Go est enfin officiellement disponible en France. L'occasion pour la rédaction d'Android MT de vous expliquer pourquoi nous n'avons pas cédé à l'enthousiasme ambiant. On n'a pas aimé... du tout !
Gratuit
Rédaction
2/5

De mémoire de joueur, jamais un jeu n’aura créé un tel phénomène. Pas même Call of Duty, pas même Candy Crush, ou World of Warcraft. Il faut le reconnaître, Nintendo et Niantic Labs ont réussi un coup de maître.

Bon, pas besoin de présenter Pokémon Go. À moins de vivre sur Mars, vous avez forcément entendu parler du soft, qui occupe la quasi-intégralité de l’espace médiatique du monde entier. Les conflits, les maladies et la famine ne font pas le poids face à Pikachu.

En quelques mots pour les martiens, Niantic Labs, spécialiste de la géolocalisation, vous propose de partir à la chasse aux pokémons, en utilisant vos pieds. Via la technologie de la réalité augmentée, les créatures de Satoshi Tajiri apparaissent comme par magie sur votre écran de téléphone.

L’intérêt du soft ? Aucun. Après de nombreuses sessions de jeu, tout l’enthousiasme suscité par Pokémon Go n’a toujours pas sauté au visage de votre serviteur.

Certains mettront en avant l’argument santé : oui, on doit marcher pour attraper des pokémons. Il est aussi facile de berner le GPS du jeu que de se faire un bol de céréales. Attachez votre smartphone à un drone, un chien ou quoi que ce soit d’autre en mouvement et le tour est joué. Et puis bon sang, pas besoin de Salamèche pour faire du sport !

Dans cette version augmentée, Nintendo et Niantic Labs ont oublié tout ce qui fait le sel d’un Pokémon : les quêtes, les discussions avec les PNJ, et surtout les combats.

Attention, arrivée de trolls par centaines :  » Non c’est pas vrai il y a les arènes où tu peux combattre avec tes créatures nananana ! « . Impossible de comparer ces pseudo affrontements avec les duels des versions Gameboy. Où est la stratégie ? Gagner un match contre un champion d’arène demandait de l’intelligence, de la stratégie : connaître le type d’attaque optimale face aux pokémons de votre adversaire, gérer les replis, les potions, etc.

Oubliez tout ça, tapotez bêtement votre pokémon sur votre écran pour infliger des dégâts à votre ennemi, et pour remplir une jauge de coup spécial et espérer sortir vainqueur.

Prévoyez aussi une batterie externe, l’autonomie de votre smartphone fond comme neige au soleil une fois l’application lancée.

Malheureusement, le soft est parti, si ce n’est pas déjà le cas, pour rencontrer un succès planétaire, malgré ces défauts. Il détient tous les arguments pour y parvenir : support mobile, gratuité, et des pokémons. La recette du succès en 2016.