Action Gestion & stratégie

Le jeu Android de la semaine : XCOM : Enemy Unknown

Célèbre licence PC (et consoles), XCOM a connu un renouveau réussi avec XCOM : Enemy Unknown, sorti sur PC et consoles en 2012. C'est cette version qui débarque aujourd'hui sur nos appareils Android. Pour quel résultat ?

8.69 €

Télécharger

Note

2015. Une capsule étrange s’écrase à Hambourg, en Allemagne. Une fumée verte en sort et tue/fait disparaître les passants alentour. Les soldats envoyés sur place découvrent l’horrible vérité : des extraterrestres tout droit sortis d’un film de science-fiction de série Z ont débarqué sur Terre et veulent conquérir le monde ! Et vous dans tout ça ? Vous êtes le commandant d’une base militaroscientifique que vous devrez gérer entre deux combats contre les aliens. Voilà pour le pitch de XCOM : Enemy Unknown, aussi anecdotique que le scénario d’Avatar.

Voilà le responsable de toute cette triste histoire

Car l’intérêt de XCOM, ce n’est pas son histoire, mais son gameplay. Comme nous l’avons dit, le jeu alterne entre deux phases, la première à laquelle vous vous essaierez étant le combat. Une escouade de 6 soldats maximum est mise à votre disposition et chacun possède une classe qui lui donne des aptitudes particulières en plus d’équipements spécifiques. Le combat se déroule au tour par tour, pendant lesquels vous déplacez vos soldats sur le terrain découpé en cases, et accessoirement tirez sur les aliens. Bien sûr, vous avez le choix entre différentes armes : fusil, grenade, lance-roquettes…

Ramirez à la rescousse

L’aspect tactique des combats est intéressant, dans le sens où l’utilisation des couverts, primordiale, va influer sur vos chances de toucher un ennemi. De même pour les hauteurs : se placer sur un toit augmente votre taux de réussite au tir sur une cible en contre-bas. Utilisation des bâtiments, contournement des martiens… Sans être complexe, on apprécie de devoir réfléchir un brin avant de lancer son équipe dans la bataille, d’autant que l’intelligence artificielle est plutôt bien fichue. Soyons francs : XCOM n’est pas fait pour les bourrins.

Visez la tête

Une fois votre mission accomplie, vous rentrez à la base, dont l’emplacement est laissé à votre discrétion entre Europe, Amérique du Nord ou du Sud, Asie, Afrique… Votre choix vous donnera certains bonus comme une réduction du coût des recherches scientifiques. En clair, la base est un HUB dans lequel vous recruterez et améliorerez des soldats (chacun ayant un arbre de compétences à débloquer), lancerez des recherches pour gagner des avantages, achèterez de nouvelles armes et armures, etc. La gestion est assez poussée et suffisamment vaste pour vous inciter à bien jouer : une mission bien menée rapporte plus d’argent.

Votre base est vaste. Prévoyez un vélo pour vous déplacer

XCOM : Enemy Unknown intègre aussi un système de choix et de réputation. Dès la première mission, vous devrez décider : soit vous allez aider des gens en Chine, soit vous allez en aider d’autres aux USA. Cela augmentera votre prestige auprès d’un pays et le diminuera auprès de l’autre. Il faudra donc jongler intelligemment en fonction des situations pour ne pas se mettre un pays à dos, au risque de voir sa contribution à la lutte (comprenez : votre compte en banque) s’amenuir.

Décision, décision...

Le passage du PC au tactile est plutôt réussi. Les contrôles de la caméra, instinctifs, répondent bien, même si parfois il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour cibler la case de son choix. Côté graphisme, attention : pour faire tourner XCOM : Enemy Unknown, il vous faudra une machine puissante. Nous avons testé le jeu sur un Galaxy Note Pro 12.2, pourtant robuste, et nous avons connu des ralentissements. Cette nécessité n’est d’ailleurs pas vraiment justifiée quand on voit les textures baveuses et l’aliasing qui ne manquera pas de vous piquer un peu les yeux. Ajoutez à cela des crashs de l’application très frustrants (5 en 40 minutes) pour vous faire réfléchir avant d’acheter.

Et une armure baveuse ! Une !

XCOM : Enemy Unknown reste un portage réussi (sans mode multijoueur). Les nombreuses missions, générées aléatoirement, offrent une durée de vie et une rejouabilité correctes. En revanche, l’obligation de jouer sur un foudre de guerre et les nombreux crashs ternissent fortement le tableau, surtout pour une application à presque 9 euros. Si vous le pouvez, essayez-le avant de l’acheter.