Test : Dragon Ball LegendsAndroid MT
Accueil > Applications Android > Test : Dragon Ball Legends

Test : Dragon Ball Legends

Par Benoît Bailleul

34 ans après sa création au Japon, Dragon Ball continue de déchaîner les passions dans le monde entier…

À chaque fois qu’un nouveau jeu, c’est le même engouement. Tellement que l’appât du gain a souvent engendré des productions moyennes voir mauvaises. Après un Dokkan Battle qui a proposé un puzzle game mâtiné de RPG assez sympa, Bandai Namco revient avec un « Gacha » free to play qui sort du lot…

Très à la mode sur le Play Store, les Gacha sont des types de jeu qui mise sur l’aléatoire pour récupérer des items. Il s’agit à l’origine du nom de ces machines où vous récupérez des capsules contenant figurines ou autres goodies contre de l’argent. Ici, il faudra utiliser la monnaie du jeu (ou du véritable argent bien sûr) pour obtenir des cartes de personnages. Bien sûr ces cartes « tombent » un peu au hasard et le jeu est pour cela interdit en Belgique par exemple. En effet, nos amis belges associent cette mécanique à des machines à sous.

Alors certes, nous n’apprécions pas vraiment le fait de devoir payer pour miser sur la chance, mais sachez que vous n’aurez pas besoin de payer quoique ce soit dans Dragon Ball Legends. Les parties s’enchaînent et les cartes intéressantes s’empilent sans qu’on ait le besoin impérieux de sortir sa carte bancaire. À moins d’être un perfectionniste ou un gamer très pressé bien sûr. En effet, le scénario principal de l’histoire nécessitera des items spéciaux qui se rechargent lentement. Pas de panique, il faudrait être sacrément accro pour arriver au bout et rester sur sa faim.

Un jeu de baston…avec des cartes

Ceci dit, quel est le but de ce nouveau jeu Doragon Bōru ? Il s’agit d’un jeu de combat en 3D qui vos invitera à latter un adversaire artificiel ou humain avec 3 personnages issus du monde de l’animé. Les graphismes sont chatoyants et l’animation est très sympa, les Kaméhaméha, Masenko ou Final Flash fusent de partout et les combos sont très dynamiques. On a l’impression de regarder un épisode, c’est très réussi. Mais comment joue-t-on ? Pas de quart de cercles ou de frame data à étudier la nuit ici puisque les combattants répondent aux ordres donnés via des cartes.

Alors certes, on tapote aussi l’écran pour enchaîner les attaques classiques et on glisse de droite à gauche pour les esquives, mais les actions les plus importantes se feront via des cartes «d’arts» à disposition en bas de l’écran. Ces dernières permettent de lancer des combos automatiques, des attaques type Kaméhaméha ou «buffer» son personnage. Pour utiliser ces cartes, il faudra augmenter votre jauge de Ki en pressant une icône, mais à vous de trouver le bon moment pour le faire puisque vous serez bien sûr vulnérable à ce moment-là.

Pour améliorer son stock de cartes, il faudra collecter des cristaux du temps que l’on gagne en participant à des combats, pas toujours passionnants, ou en sortant le porte-monnaie. Il existe aussi des bonus à la connexion : si vous êtes assidu, vous pourrez collecter davantage de cristaux.

Un aspect stratégique…

La stratégie se taille la part belle puisque les cartes de personnages disposent de couleurs avec une mécanique «pierre, papier, ciseaux». Une carte jeune de la catégorie la plus puissante (Sparking) aura du mal contre une carte de rareté inférieure, mais de couleur rouge. Les fans de statistiques seront aussi aux anges puisqu’il est possible d’améliorer ses combattants avec un mode entraînement ou de récupérer des items en envoyant ses guerriers dans une aventure. Le jeu est taillé pour le PvP et ça se voit. Il n’est pas vraiment compliqué de trouver un adversaire à sa portée très rapidement.

Pour ceux qui ne s’intéressent à l’histoire, notons que nous aurons le droit à un personnage inédit comme héros : Shallot, un Sayian amnésique qui a été créé par Akira Toriyama himself. Sa trame scénaristique intéressante tranche avec le banal des certains rencontre ou scénario. Pour renouveler le plaisir, les développeurs ajoutent des arcs scénaristiques permettant de faire gagner un personnage mythique. Si vous êtes fan de la franchise et que Dokkan Battle commence à vous saouler, c’est le jeu idéal pour jouer dans les transports en commun… à condition que votre smartphone soit compatible.

Le jeu, très bien optimisé, demandera un appareil récent (Android 6 obligatoire) et encore, ce n’est pas gagné. Par contre le jeu est très peu buggué. Une belle performance pour un jeu gratuit qui ne vous prend pas pour une vache à lait.



Articles les plus populaires :

comments powered by Disqus

Auteur : Benoît Bailleul