Harcèlement : 5 applications gratuites pour vous protéger et vous défendre

Le harcèlement peut ruiner des vies et des applications bien pensées peuvent vous aider à le combattre et à trouver de l’aide.

À notre époque, on entend très souvent parler du problème de cyber-harcèlement. La démocratisation des réseaux sociaux a en effet donné vie à une nouvelle sorte de « sport » qui consiste à attaquer les gens et leurs réputations sur la toile. On en oublierait presque que les dérives dans la « vraie » vie sont toujours présentes et font encore de très nombreuses victimes chaque années en France. Nous vous parlons aujourd’hui de 5 applications à télécharger d’urgence si vous voulez vous protéger contre ces actes dangereux.

1-Kolibri

Commençons par ceux qui peuvent parfois souffrir au quotidien sans vraiment oser en parler : les enfants. Kolibri a été développé par l’association Marion La Main Tendue pour eux et pour leurs parents. Ils devront télécharger et installer le programme sur leurs smartphones respectifs. Les deux comptes seront alors liés. Les jeunes pourront y signaler s’ils sont témoins ou cibles de harcèlement. Ils pourront également notifier les adultes de leur état de santé psychologique en l’exprimant par le biais de la météo des émotions. Kolibri met enfin à portée de mains tous les numéros importants concernant la protection de l’enfance.

2-The Sorority

Rien ne vaut la puissance d’une communauté pour combattre un mal commun et c’est ce qu’a bien compris The Sorority. Misant sur la bienveillance du groupe, l’application utilise la géolocalisation des personnes qui l’ont installé sur leurs téléphones. Si vous rencontrez un problème, vous l’indiquez sur l’app qui envoie un signal aux 50 personnes les plus proches de vous étant connectées à The Sorority. Ainsi, elles sauront où vous vous trouvez et pourront vous venir en aide en direct. Certaines habitant près de votre position peuvent aussi vous proposer un abri. Vous pouvez également déclencher une alarme sonore ou afficher un message d’alerte sur votre écran de téléphone.

Enfin, que vous soyez victime ou que vous proposiez votre aide, vous pourrez entrer en contact et aborder directement vos problèmes (notamment ceux liés à la violence conjugale) dans la messagerie de l’application.

3-App-Elles

App-Elles comprend des raccourcis très utiles si vous vous retrouvez dans une situation délicate dans laquelle vous vous sentez en danger. Vous pouvez par exemple envoyer une alerte ou passer un coup de téléphone aux services de protection en un clic. Mais la fonctionnalité la plus intéressante, c’est que vous pouvez partager votre position et l’accès à votre micro avec 3 de vos contacts de confiance qui pourront vous suivre en temps réel. Ainsi, si vous avez un trajet à faire durant lequel vous ne vous sentez pas en confiance, vous savez que trois personnes peuvent suivre les moindres de vos pas.

4-Sister – Sécurité personnelle

Sister fait à peu près la même chose qu’App-Elles, permettant d’envoyer une alerte en cas de problème ou de partager sa position avec des contacts qui pourront vous suivre sur un GPS. Mais ce qu’elle propose en plus, c’est de vous indiquer sur la carte les zones où d’autres utilisateurs/utilisatrices ont signalé avoir rencontré des problèmes. Vous pourrez ainsi éviter certaines rues qui pourraient être malfamées. Vous pourrez également installer des widgets sur votre écran d’accueil.

5-Safer Plage

Comme son nom l’indique, Safer Plage se concentre sur le harcèlement sur… les plages. Enfin, en phase de test, plutôt sur UNE plage : celle du Prado à Marseille. Lancée par la mairie depuis le 1er août, elle permet aux victimes d’envoyer un message sur trois degrés d’agression :

  • Je suis gêné.e,
  • Je suis harcelé.e,
  • Je suis en danger.

Vous pouvez également intervenir comme témoin. Une fois l’incident révélé, le poste de secours de la plage du Prado reçoit un message. Des policiers municipaux ou des sauveteurs se rendent alors sur le lieu géolocalisé de l’incident pour voir ce qui s’y passe et vous venir en aide.

Le test devrait s’étendre aux 21 plages de la ville l’été prochain si les premiers essais sont concluants.


Laisser un commentaire