Appareils Haut de gamme Smartphones

Test du Meizu MX3 : il a (presque) tout d’un grand

Quelques mois après sa commercialisation en Chine, le MX3 débarque France et vise clairement le marché haut de gamme. Que vaut-il par rapport à la concurrence, notamment face à la cuvé 2014 qui pointe le bout de son nez. Vous le saurez en lisant ce test
Pour celles et ceux qui l’ignorent, Meizu est une société chinoise qui s’est fait un nom auprès des geeks en commercialisant des smartphones haut de gamme à prix mini en Chine (au même titre que Xiaomi). Après avoir commercialisé le MX3 dans un nombre restreint de pays, l’entreprise s’attaque au marché français pour le plus grand bonheur des aficionados de la marque.

LES MEILLEURS PRIX

Packaging: un ensemble soigné

Pour son mobile Meizu a opté pour un packaging pour le moins original. En effet, contrairement à la plupart des autres constructeurs qui livrent leurs smartphones dans une simple boîte en carton, la firme chinoise a opté pour un coffret prenant l’aspect d’un livre. Toutefois mis à part cet effort en matière de packaging, pour ce qui est du contenu le constructeur n’a malheureusement pas poursuivi dans l’originalité.

Ainsi lorsque vous achetez le Meizu MX3 vous retrouverez en plus du smartphone, un câble micro USB-USB, un adaptateur secteur USB, des écouteurs Meizu EP21 ainsi que des manuels d’utilisation et de mise en garde.

meizu mx3
Le Meizu MX3 un peu esseulé dans sa boite

Des caractéristiques alléchantes

Meizu a commercialisé son MX3 fin 2013 en Chine. Malgré le fait que le smartphone date de plusieurs mois, le mobile n’est pas dépassé pour autant et embarque des composants plutôt impressionnants.

En plus d’avoir un écran (IGZO de chez Sharp) de 5,1 pouces doté d’une résolution de 1080 x 1800 pixels, le mobile possède un processeur octocore Exynos 5 cadencé à 1,6 GHz, 2 Go de RAM, une mémoire interne de 16/32/64 Go suivant les versions ainsi que d’un capteur photo de 8 mégapixels, une caméra frontale de 2 mégapixels et une batterie de 2 400 mAh.

Niveau connectivité le MX3 n’est pas en reste puisqu’il prend en charge les réseaux 3G+/3G EDGE, mais aussi la NFC, la WiFi b/g/n et le Bluetooth 4.0.

Comme vous pouvez le voir, au niveau des spécificités (avec un prix débutant à 400 euros) ce smartphone n’a pas grand-chose à envier à la concurrence, excepté l’absence d’une compatibilité avec les réseaux 4G.

Design: un mobile sobre et classe

Concernant le design, la première chose qui frappe en voyant le MX3 est la surface qu’occupe l’écran sur le mobile. Sans être aussi impressionnant qu’un LG G2, la dalle de 5,1 pouces de l’écran rempli la majeure partie de la face avant du mobile, réduisant les bords latéraux à peau de chagrin.

Sur le bord supérieur se trouve le haut-parleur et la caméra frontal, tandis qu’en bas du smartphone vous retrouverez la seule touche sensitive l’appareil, qui sert également d’indicateur de notification.

Pas de 4G pour le Meizu MX3

À l’arrière se trouve la coque blanche en plastique lisse d’où ressort le capteur photo de 8 mégapixels ainsi que du flash LED et du haut-parleur arrière. Enfin, sur les tranches se situent les habituels touches de volume, d’alimentation et prise jack 3,5 mm.

Le choix de ces matériaux, et notamment la touche sensitive unique, donne l’impression que le MX3 est un iPhone 3GS que l’on aurait étiré. Si l’on met cette ressemblance de côté, le smartphone de Meizu dégage un aspect sobre et classieux. En outre, malgré son écran de 5,1 pouces le mobile a un gabarit relativement compacte (139 x 71,9 x 9,1 mm pour 142 g).

Toutefois, malgré ces qualités, le smartphone a quelques défauts. Le premier concerne le choix du plastique utilisé pour la coque arrière, celui-ci se révèle un peu glissante, ce qui n’assure pas une bonne prise en main du mobile.

Enfin l’autre reproche concerne encore une fois la coque arrière, qui bien qu’elle soit amovible, est particulièrement pénible à retirer même lorsque l’on utilise l’embout destiné à cette tâche.

meizu mx3
La coque arrière est un des points faibles du Meizu MX3

Des performances à toute épreuve

Le Meizu MX3 possède un Exynos 5 à huit cœurs doté d’une architecture big.LITTLE, il est composé de 4 cœurs Cortex-A15, tournant à la fréquence de 1,6 Ghz et de 4 cœurs Cortex-A7, cadencés à 1,2 Ghz. Grâce à ce type d’architecture le smartphone offre des performances adaptées à votre usage sans pour autant lorgner sur l’autonomie du mobile.

Lorsque vous faîtes des tâches gourmandes en ressources (jeux vidéo, internet…) ce sont les cœurs Cortex-A15 qui sont sollicités tandis que le reste du temps ce sont les cœurs Cortex A7 qui sont utilisés. Ainsi l’Exynos 5410  offre de très bonnes performances qui permettent au Meizu MX3 d’être constamment fluide et de faire fonctionner correctement des applications Android lourdes.

À titre de comparaison l’appareil a obtenu un score de 26 405 avec le benchmark AnTuTu. Il se retrouve juste devant le HTC One M7 (sous Snapdragon 600) et derrière le LG G2 (sous Snapdragon 800). Tandis qu’avec Quadrant le mobile obtient un score de 8 152

meizu mx3
Des performances honorables pour un smartphone de 2013

Enfin pour la partie graphique, grâce à son GPU PowerVR SGX544MP3, le MX3 n’est pas en reste et obtient une moyenne de 59,7 images par seconde avec le Benchmark Epic Citadel. Avec de tels scores le Meizu MX3 s’avère être un excellent appareil multimédia qui saura faire tourner les gros jeux Android sans broncher, lorsqu’ils sont compatibles (GTA, Iron Man, Dead Trigger, Out There, etc.).

Faire tourner des jeux ne pose pas problème

Écran et son : au service du multimédia

Pour son MX3, Meizu a opté pour une dalle IGZO de 5,1 pouces d’une résolution de 1080×1800 pixels, qui est l’un des meilleurs écrans du marché. Les pixels ne sont pas visibles à l’œil nu, les couleurs qui sont fidèles ne saturent pas et les angles de vision sont excellents.

Par contre, là où le bât blesse c’est au niveau de la luminosité qui, en mode automatique, n’est pas suffisamment puissante. Résultat, on a tendance à régler la luminosité au maximum ce qui contribue à diminuer l’autonomie du smartphone (qui n’est déjà pas très grande de base).

En ce qui concerne la qualité des haut-parleurs, ceux-ci sont très bons. Le son est clair et ne grésille pas à fort volume sonore. Toutefois, les basses peinent à se faire entendre, si vous êtes adepte de dubstep ne comptez donc pas sur les haut-parleurs du MX3 pour partager votre musique.

À défaut de briller grâce à ses haut-parleurs, le smartphone se démarque de la concurrence grâce à sa puce audio qui est un Wolfson WM5102, cette dernière offre une restitution sonore très bonne. Étant à l’origine un fabricant de baladeur numérique, il est plaisant de voir que Meizu n’a pas négligé la partie audio de son produit. Pour preuve, les plus pointilleux d’entre vous pourront même paramétrer l’égaliseur de l’application musique.

Photo et vidéo: un capteur correcte sans plus

Doté d’un capteur photo de 8 mégapixels, le MX3 prend des clichés de bonne qualité en milieu éclairé sans être pour autant exceptionnel. Par contre lorsque les conditions d’éclairage se dégradent (par exemple en début de soirée) les photos affichent du bruit. Vous pourrez toujours améliorer vos clichés en réglant les paramètres de l’appareil photo ou bien en les retouchant (via divers filtres) à l’aide de l’application galerie.

photo prise en milieu éclairé
la qualité des clichés est moindre en milieu sombre

Pour ce qui est de la prise de vidéos, le constat est encore plus mitigé. Lors de l’enregistrement il peut y avoir des saccades, ce genre de problème n’est pas dû au capteur en lui-même, mais à un manque d’optimisation logiciel. Gageons que Meizu corrigera ce défaut lors d’une prochaine mise à jour.

[youtube id= »1adzK5MPTTc » mode= »normal » align= »center »] [youtube id= »lxPq56ljPpQ » mode= »normal » align= »center »]

Enfin, concernant la caméra frontale qui a une résolution de 2 mégapixels, il se révèle d’assez bonne qualité pour immortaliser vos selfies ou bien effectuer des sessions de visioconférences.

Si vous recherchez un photophone le MX3 n’est donc pas le smartphone vers lequel se tourner. Bien que son capteur soit bon, on lui préféra à celui d’un Nokia Lumia 1020 ou bien celui d’un Z1 compact.

Flyme OS 3 la surcouche maison de Meizu

Fonctionnant sous Android 4.2, le MX3 utilise une surcouche logicielle propre à Meizu, Flyme OS 3. À l’image de la surcouche MIUI ou de Emotion UI, Flyme OS modifie l’interface utilisateur par rapport à Android stock. Exit donc la liste des apps, le launcher se compose uniquement de 3 bureaux qui peuvent s’étendre vers le bas si vous avez beaucoup d’applications sur votre mobile (à la manière d’un lightning launcher) .

Flyme OS
Flyme OS peut parfois paraître déroutant

Le menu des paramètres et la barre de notification se trouvent également changés pour se retrouver plus en raccord avec le flat design général de Flyme.

Un design sobre et de nombreuses fonctionnalités pour Flyme OS

En plus de ces remaniements esthétiques, Meizu a développé sa surcouche logicielle de telle manière qu’il est possible d’utiliser le MX3 d’une seule main. Pour atteindre un élément se situant hors de portée de votre doigt, rien de plus simple, il suffit simplement de glisser votre doigt de haut en bas et pendant quelques secondes l’interface s’abaissera à portée de doigt.

Si vous souhaitez ouvrir le gestionnaire des tâches, un glissement de votre doigt de bas en haut le fera apparaître. Vous pourrez alors fermer une application en particulier ou bien toutes les arrêter par un simple glissement vers le bas. À noter également que vous pourrez accéder à une barre d’applications favorites (mais aussi du contrôle de la luminosité) depuis ce menu, par un simple glissement de votre doigt vers la droite.

Flyme OS
Une ergonomie repensée

Pour son MX3, Meizu a également développé une série d’applications maisons. Certaines sont clairement inutiles (le Meizu store dont les applications sont en chinois) tandis que d’autres sortent du lot, tel que les apps musique et vidéo qui sont très complètes.

En plus d’avoir une interface soignée, le logiciel de vidéo peut se targuer de lire de nombreux codecs et de reconnaître différentes pistes de sous-titres. L’application musique, quant à elle, lira la plupart des formats audio et pourra même récupérer les paroles et les informations de vos titres préférés.

Meizu met tellement en avant sa surcouche et ses applications maison qu’au final les seuls logiciels de Google disponibles de base dans le téléphone sont le Play store, Google Now et Google maps.

Ainsi si vous êtes adeptes des services de Google (Youtube, Gmail, Hangout) il vous faudra les télécharger vous-même.

[youtube id= »LGKH1BGI724″]

Ubuntu Touch

En plus de fonctionner sous Android, le MX3 est également supporté par la société Canonical Ltd. Cette dernière devrait porter officiellement son OS Ubuntu Touch sur une série de mobile, dont le MX3 fait partie.

Téléphonie et autonomie

Comme son nom le laisse penser le MX3 n’est pas le premier téléphone de Meizu, le constructeur chinois a donc une certaine expérience du côté de la téléphonie mobile. L’appareil réceptionne très bien les réseaux Wifi, EDGE, 3G ou 3G+ et aucun problème n’a été remarqué durant nos tests. Vous pourrez donc envoyer des SMS/MMS ou bien effectuer des appels sans problème. La qualité des appels audio est relativement bonne, les voix sont claires et aucun son parasite ne se fait entendre.

Par contre, en ce qui concerne l’autonomie du smartphone le bilan est plutôt mitigé. Avec la 3G activé, la luminosité au maximum et  en ayant une utilisation soutenue (jeux, internet et envoie de sms) le smartphone peine à tenir une journée complète. Cependant si vous avez un comportement plus parcimonieux (notamment en matière de jeux vidéo gourmand), le MX3 pourra tenir une journée entière sans problème, voire même un peu plus si vous abaissez la luminosité.

Conclusion : Un smartphone haut de gamme qui fait l’impasse sur la 4G

Commercialisé à 400 euros le Meizu MX3 se veut un smartphone haut de gamme. Certes pour ce prix le mobile a de nombreuses qualités, il embarque de bons composants, a une taille bien maîtrisée et est bien moins cher que les smartphones haut de gamme de chez Samsung, Sony ou bien HTC. Toutefois, le mobile de Meizu fait l’impasse de la 4G, ce qui est un comble pour un smartphone qui se veut haut de gamme.

En l’état, le smartphone de Meizu n’est pas une véritable alternative à ces derniers surtout lorsqu’on le compare avec des Nexus 5 ou Xperia Z1 compact (qui ont la 4G et sont commercialisés au même prix).

Ainsi le MX3 est un mobile a conseiller avant tout aux personnes pour qui la 4G n’est pas une priorité. Pour cette catégorie de consommateur, le MX3 saura les satisfaire pleinement et se révélera un très bon compagnon multimédia grâce à sa taille maîtrisée, son écran excellent et son SoC performant.

Caractéristiques techniques
► Dimensions :

  • Hauteur : 139 mm
  • Largeur : 71,9 mm
  • Epaisseur : 9,1 mm

► Ecran : 5,1 pouces

► Poids : 142 g

► Autonomie :

  • Annoncée : 14h
  • Batterie : 2 400 mAh

► OS : Android 4.2 Jelly Bean

► Mémoire : 16 Go

► Connectivité : micro USB; Port micro SIM; Wi-Fi; Bluetooth
► Processeur : Exynos 5410 Octo-Core à 1,6 GHz
► Site : http://en.meizu.com/
► Appareil photo : 8 mégapixels
► Vidéo : 720 p HD

LES NOTES DE NOTRE LABO

Performance

8

Design

7.5

Ergonomie

8

Fonctions

8.5

Qualité/Prix

7

GENERAL

7.8

LES PLUS
  • Bel écran
  • FlymeOS 3.0
  • Exynos 5410

 

LES MOINS
  • Pas de 4G
  • Pas de port micro SD
  • Autonomie
Etiquettes