Appareils Haut de gamme Smartphones

Test du Sony Xperia Z Ultra : Une phablette surpuissante avec écran XXL

C'est confirmé, la mode des phablettes n'est pas près de se terminer. Sony rentre dans l'arène avec son Xperia Z Ultra qui, comme son nom l'indique, est une version XXL boostée du Xperia Z. L'appareil affiche la diagonale impressionnante de 6,4 pouces. Cette phablette a les épaules pour s'imposer comme la référence de cette fin d'année.
Sony ne fait pas les choses à moitié et, comme ses concurrents, décide de se jeter corps et âme dans la bataille des phablettes, ces smartphones XXL qui tiennent difficilement dans la poche. LG a changé son Optimus G en G Pro pour en faire sa phablette, HTC va bientôt proposer le One Max (une version nourrie aux hormones du One), Sony a décidé de faire changer de catégorie son vaisseau amiral sorti en début d’année 2013. Le Xperia Z Ultra se présente comme une version améliorée du Xperia Z, smartphone classe qui arborait déjà un écran Full HD affichant une diagonale de 5 pouces. Sony franchit le pas du royaume des phablettes. Le Xperia Z Ultra est équipé d’une dalle-écran de 6,4 pouces (pour une résolution de 1920 x 1080 pixels). À noter que la densité de pixels par pouce est moins élevée que sur le Xperia Z : 342 ppi pour le Z Ultra contre 440 pour le Z premier du nom. Si la différence semble importante sur le papier, en pratique, c’est beaucoup plus difficile de la constater. L’écran XXL affiche de belles icônes bien lisses (bon courage si vous cherchez de l’aliasing). Le rendu en met plein la vue. Petit bémol : l’écran est un peu sombre.

A gauche le Xperia Z Ultra (6,4 pouces), à droite le Wiko Darkside (5,7 pouces). Sur cette photo vous pouvez également admirer l'aspect du dock de chargement magnétique DK30.

Prise en main

Le Xperia Z Ultra n’est pas le genre d’appareil qui se laisse manipuler à une seule main. Même si ce dernier et léger et fin (6,5 mm, tout simplement la phablette la plus fine qui nous ait été donnée de tester), la taille imposante de la phablette oblige l’utilisateur à se servir de ses deux mains pour profiter pleinement de l’expérience. L’une de ses mains tient l’appareil bien fermement pendant que l’autre navigue sur l’écran. L’aspect ultra plat du Xperia Z est à la fois un avantage et un inconvénient. La prise en main n’est pas facilitée par ce dernier. La tenue de l’appareil XXL n’est pas rassurante, manipulez-le Xperia Z Ultra avec précaution. Le prix, 729 € sans abonnement, peut être un bon outil mnémotechnique.

Design classe

Comme sur le Xperia Z, les plaques de verre recouvrent aussi bien l’avant que l’arrière de la phablette. Si ce dernier apporte une touche classe et sobre à la fois, il rend la phablette extrêmement salissante. Très rapidement, l’appareil se couvrira de traces de doigts. N’oubliez pas le petit chiffon pour pallier ce léger défaut. Le bouton on/Off se repère du premier coup étant donné qu’il tranche avec l’habillage sombre. Vous noterez la présence du port Micro-SD derrière un cache que vous veillerez à fermer afin de rendre complètement étanche l’appareil.

Écran confortable

L’écran Full HD de la phablette impressionne de par sa taille (6,4 pouces), mais aussi par le confort de vision qu’il procure. Ce dernier est taillé pour le multimédia (lecture de films et des vidéos en HD, d’ebooks) ou pour assurer lors de vos sessions vidéoludiques. Les angles de visions sont étendus et vous apporteront un confort optimal en navigation dans les menus ou sur le Web. Vous n’aurez aucun regret à utiliser l’appareil aussi bien en mode portrait qu’en mode paysage.

Des spécificités techniques qui assurent

Il n’y a pas que la taille qui a été revue à la hausse, les performances ont été boostées (toujours par rapport au Z premier du nom). Le Xperia Z Ultra accueille un processeur quadruple-coeur SnapDragon S800 cadencé à 2,2 GHz auquel s’ajoute 2 Go de RAM. Les jeux en 3D les plus récents (et les plus détaillés) tourneront sans broncher. L’expérience vidéoludique sera fluide, vous ne vous casserez pas la rétine sur de l’aliasing ou des pixels horribles. L’appareil vous met au défi de trouver les défauts lors de vos parties.

Le Xperia Z Ultra possède les armes pour vous procurer une expérience sans à-coup si vous vous adonnez à une utilisation bureautique. Éprouver la phablette avec du multitâche ne pose aucun problème. N’hésitez pas à faire tourner les applications gourmandes simultanément (retouche photo, montage vidéo, création musicale…). L’appareil vous garantira une fluidité sans pareil, et ce sans sourciller.

Point négatif : le Xperia Z Ultra a tendance à chauffer rapidement (notamment avec les jeux 3D gourmands). C’est un mal qui touche la plupart des appareils munis de processeurs à quatre cœurs. Rassurez-vous, on est loin de la fusion nucléaire.

Un capteur photo qui n’est pas à la hauteur

Personne n’est parfait, le Xperia Z Ultra non plus. Le gros point noir de l’appareil vient du capteur photo. Ce dernier permet de réaliser des captures en 8 Mégapixels (7 si vous passez en mode auto-supérieur, qui vous mâche le travail, mais ce n’est pas la meilleure solution). Les rendus manquent de détails et un léger floue (malgré la mise au point plane sur le cliché). L’appareil n’est pas à la hauteur de ce que proposait Sony sur son Xperia Z premier du nom (13 Mégapixels).

Cliché réalisé en 8 Mégapixels avec le Xperia Z Ultra

L’enregistrement vidéo (1080 p Full HD) laisse également l’utilisateur sur sa faim. La vidéo capturée affiche des couleurs fades, il y a du bruit.

[youtube id= »stbc5A9X9PQ » mode= »normal » align= »center »]

Hermétique aux critiques

Le Xperia Z Ultra est un produit réussi qui a de grandes chances de se retrouver aux pieds de nombreux sapins. Équipé pour les réseaux de demain (compatible 4G LTE), le smartphone XXL marque de très bons points. Certifié IP 55 et IP 58 (résistant à la poussière et jusqu’à une immersion à 1,5 mètre de profondeur), écran géant Full HD, hardware gonflé à bloc… le Xperia Z Ultra a les atouts pour séduire les amateurs de multimédia. Dommage que l’appareil photo ne suive pas et, comme de nombreuses phablettes du moment, que l’absence du stylet se fasse autant ressentir.

Une façon originale pour recharger l’appareil :

Sony commercialise, pour 39 €, une station magnétique de chargement (DK30). Ce dock vous permettra de poser l’appareil grand format à l’horizontale. Le support accueille un embout spécial (magnétique, tout comme celui qui se trouve sur me Xperia Z Ultra) qui, une fois connecté à votre appareil permet le chargement.

Caractéristiques techniques
► Dimensions :

  • Hauteur : 179 mm
  • Largeur : 92 mm
  • Epaisseur : 6,5 mm

► Ecran : 6,4 pouces

► Poids : 212 g

► Autonomie :

  • Annoncée : 16 h
  • Batterie : Li-Ion 3050 mAh

► OS : Android 4.2 Jelly Bean

► Mémoire : 16 Go + 2 Go RAM

► Connectivité : Wi-Fi ; Bluetooth ; NFC ; Micro-USB ; Micro-SD ; DLNA ; MHL
► Processeur : Qualcomm Snapdragon S800 quadruple-coeur 2,2 GHz
► Site : https://www.sonymobile.com
► Appareil photo : 7 Mégapixels
► Vidéo : 1080p Full HD

LES NOTES DE NOTRE LABO

Performance

10

Design

8

Ergonomie

8

Fonctions

8.5

Qualité/Prix

7.5

GENERAL

8.4

LES PLUS
  • Puissant
  • Confort de vision
  • Léger et fin
LES MOINS
  • Salissant
  • Appareil photo
  • Trop grand ?