Test du Samsung Galaxy Note20 Ultra 5G : la qualité se paye

Chaque année, Samsung gonfle les capacités de son Galaxy Note. Mais ce Note20 Ultra est sans doute le dernier de son espèce. La firme coréenne annonce une pénurie de composants pour justifier ce choix, mais la vérité c’est que le nouveau S21 Ultra, compatible avec le S Pen, prendra tout simplement la place du «Note» sur ce segment. Mais qu’en est-il de ce Note20 Ultra ? Fait-il encore partie des meilleurs smartphones Android ?

À la rédaction, nous avions vraiment aimé les Galaxy Note10 et Note10+, deux beaux bébés volumineux, mais avec une bonne prise en main. Ce Note20 Ultra est encore plus balèze avec une diagonale de 6,9 pouces (17,5 cm) et une hauteur de 16,5 cm : c’est une vraie planche à voile. On retrouve un écran incurvé de bord à bord, le poinçon central et la sensation de tenir un écran dans la pogne.

Côté pile, le proéminent îlot photo agace un peu : sans coque, il rend l’appareil très bancal. Et quand il vibre dans cette position, c’est l’alerte générale. Cependant, il serait bien dommage de mettre une coque ou un étui à ce chef d’œuvre : nous passerions à côté d’une esthétique presque parfaite. La version «Mystic Bronze» qui nous a été prêtée par la marque est magnifique (la couleur du stylet est assortie) et les matériaux utilisés donnent un côté vraiment Premium à l’engin. Il faut dire qu’à 1309 € en version 256 Go à sa sortie (on le trouve en ce moment à 799 € chez Cdiscount), Samsung n’avait pas le droit de se louper. Le Galaxy Note20 Ultra propose deux ports nanoSIM. Cependant le second ne peut être utilisé si vous souhaitez ajouter de la mémoire. Pour les nomades, l’eSIM est cependant de la partie.

Pas de jack bien sûr, mais on compte une paire d’écouteurs USB-C de marque AKG dans la boite. L’appareil dispose d’une certification IP68. Côté son, ça balance avec deux très bons haut-parleurs et une compatibilité Dolby Atmos qu’il faudra activer dans la zone de notification. Pas du niveau d’une enceinte Bluetooth de qualité, mais très convaincant sous la couette.

Ça ne Pen pas à convaincre

Le S Pen vient se loger à gauche sur cette itération de l’appareil, mais ce n’est pas le seul changement puisque ce dernier passe d’une latence de 42 ms à 9 ms. Et ce n’est pas qu’un chiffre puisque cela se ressent clairement lorsqu’on l’utilise. On a presque l’impression d’écrire sur une feuille de papier, c’est assez bluffant. On tâtonnera toujours autant pour découvrir quel geste réalise quelle action dans telle ou telle application. Bien sûr, on a le droit à un didacticiel pour les «Air Actions», mais celui-ci nous laissera sur notre faim. Seuls les plus tenaces utiliseront cette fonction un peu gadget du stylet. On n’a pas tous l’âme d’un Harry Potter. Après, les fans seront aux anges : il est possible d’annoter des PDF, d’enregistrer sa voix en annotant, de traduire des textes sélectionnés… La reconnaissance d’écriture (OCR) est toujours aussi bonne, même si nous n’avons pas constaté d’amélioration notable.

Un écran ou une planche à voile ?

Il y a beaucoup de choses à dire sur cet écran OLED de 6,9 pouces. Commençons par sa définition WQHD+ de 3088 x 1440 pixels (496 DPI) qui… ne sera pas utilisée. Bien sûr vous êtes libre de le faire, mais vous passerez alors à côté de l’option «Adaptative» permettant de profiter d’un rafraîchissement de 120 Hz. En effet, ce fameux balayage qui rend tout plus fluide est réservé à l’affichage en FHD+ (2316 x 1080 pixels – 370 DPI). Notons d’ailleurs que ce balayage magique n’est pas constant : il passe de 10 à 120 Hz en fonction de ce que fait l’utilisateur. Malin et économe en énergie.

La dalle est bien calibrée, mais vous avez tout le loisir de la régler à votre œil : naturel, vif, balance des blancs, réglage RVB… Notons aussi la bonne performance de la luminosité automatique. Là où nous sommes rarement convaincus par les appareils concurrents (à part chez OnePlus peut-être), Samsung propose ici un réglage à la volée transparent et pertinent. La luminosité de la dalle est d’ailleurs très impressionnante : même en plein soleil ça décolle la rétine. C’est clairement le point fort de l’appareil. Un plaisir pour les yeux. Si vous trouvez que la surface tactile n’est pas assez sensible, il y a aussi un réglage pour cela même s’il est normalement utilisé pour les personnes qui mettent des films de protection.

Des performances en deçà des espérances, mais…

Vous le savez, en Europe Samsung utilise ses propres puces pour ses appareils alors qu’aux USA et en Chine, les smartphones de la marque sont équipés de SoC Qualcomm. C’est ainsi que notre modèle de test embarque un Exynos 990 avec 12 Go de RAM au lieu d’un Snapdragon 865+. Soyons clairs sur ce point : même s’il est dommage d’avoir un appareil de ce calibre (et de ce prix) avec une puce en deçà du meilleur, le Note20 Ultra européen n’est pas un canard boiteux. Vous pouvez regarder tous les benchmarks du monde, c’est un appareil puissant. Vous n’avez même aucun intérêt à activer le mode «Traitement amélioré» : une sorte de «mode turbo» anecdotique.

La photo c’est son truc

Le Samsung Galaxy S20 Ultra nous avait régalé, mais aussi un peu perdu avec son zoom x100 inutilisable. Ici, ce Note20 Ultra se contente d’un x50… tout aussi inutile. Par contre le zoom x5 est excellent de jour. De nuit par contre, pas de miracle. Les zooms puissants sont rarement bons en situation difficile et ici, le Note20 Ultra a quand même le bon ton de ne pas basculer sur l’objectif principal. Pour revenir au zoom numérique, n’espérez rien au-delà du x10… ce qui est quand même très confortable. Pour l’ultra grand-angle c’est à peu près le même topo : très bon de jour, passable en condition difficile et mauvais la nuit. Vous pouvez trouver ce constat un peu dur, mais honnêtement qui prend des clichés avec un ultra grand-angle de 13 mm la nuit ?

Nous avons quand même été surpris par la qualité de la correction de distorsion de ce capteur. Même en intérieur. On n’a pas l’impression de voir une scène à travers un judas. Mais ces objectifs, certes sympas et pratiques sont à des années-lumière du magnifique capteur de 108 MP qui regroupe les pixels par 9 pour proposer un 12 MP très lumineux, tout terrain et très convaincant (12 x 9 = 108). Passez du 12 MP au 108 MP ne prend qu’une fraction de seconde et on pourra donc doubler les clichés facilement pour faire son choix plus tard.

Pas non plus de latence excessive pour le mode 108 MP même si les photographes préféreront désactiver le mode reconnaissance de scène qui force un peu trop le traitement de l’image à notre goût. En mode Nuit, c’est très convaincant même si on aurait aimé une option « trépied » comme on la rencontre chez OnePlus. Les photographes en herbe prendront bien du plaisir avec ce Note20 Ultra… Notons aussi que le capteur principal monte jusqu’à du 8K en 24 images/seconde. C’est impressionnant, mais nous avons préféré le 4K en 60 fps avec une stabilisation presque parfaite.

L’appareil propose aussi un mode Pro pour la vidéo : les Youtubeurs nomades apprécieront. Côté selfie, c’est très bon avec un mode grand-angle logiciel appréciable et pas trop forcé. La découpe des portraits pour l’émulation d’une grande ouverture est bonne en mode selfie ou avec le capteur dorsal. Du très bon boulot.

Une autonomie à géométrie variable

Voilà le sujet qui fâche un peu. L’autonomie de l’appareil n’est pas son point fort. Que vous utilisiez le mode 120 Hz adaptatif ou l’affichage en 4K, cela tire beaucoup sur l’accu. Et bien sûr, s’en passer revient à rouler en 3ème sur une Ferrari. Pour expliquer de manière simple : on tient la journée, mais on a vraiment peur de ne pas y arriver. Le mode sombre et le mode économie d’énergie rattrapent le coup si jamais on a trop abusé dans la journée, mais c’est un problème récurrent avec les flagships de chez Samsung ces dernières années : l’autonomie est en dedans par rapport aux concurrents.

Un bon point néanmoins : quand il ne «fait rien», il tient bon la charge. Avec le chargeur 25 W fourni, le Galaxy Note20 Ultra passe de 2 % à 100 % en 1 heure et quart. Pas un score très impressionnant. Plus bizarre, avec un chargeur 45 W (puisque le smartphone accepte normalement cette charge), le résultat est à peine meilleur : 1 heure pile. La charge sans fil 15 W est dans les clous et la charge inversée est toujours aussi anecdotique. Qui utilise cette option ? D’où viennent-ils ? Quels sont leurs réseaux ?

One UI 3, un sacré numéro !

Un petit mot pour finir sur la surcouche One UI 3.0 basée sur Android 11. C’est une réussite même si nous ne sommes toujours pas convaincus par Bixby et que l’agrégateur de news Samsung Free n’est pas top, tout le reste respire la maîtrise : le lien avec Windows, le Always-On, le mode une main, Smart Switch, le volet latéral qui permet de placer des applis, des contacts, des outils (boussole), etc. C’est une des meilleures surcouche avec OxygenOS.

Notre verdict :

Smartphone haut de gamme destiné à un public d’aficionados, le Samsung Galaxy Note20 Ultra est un appareil un peu à part. Cette édition peut décevoir puisqu’il manque d’endurance et que la puce que nous avons en Europe n’est pas la plus puissante, mais il se rattrape par son écran parfait, ses qualités photo au-dessus du lot, son S Pen qui apporte un vrai plus cette année et une expérience utilisateur très intéressante avec un One UI 3 qui se bonifie avec le temps. Et que dire de son look… Par contre son prix est très élevé et même s’il se négocie en ce moment moins cher qu’à sa sortie, c’est quand même un appareil onéreux.

Tests prises de vue

Caractéristiques techniques du Samsung Galaxy Note20 Ultra 5G

► Dimensions :
Hauteur : 164,8 mm
Largeur : 77,2 mm
Épaisseur : 8,1 mm
► Écran : AMOLED 6,9 pouces (17,5 cm)
► Poids : 208 g
► Batterie : 4500 mAh
► OS : Android 11 + One UI 3.0
► Mémoire : 12 Go de RAM + 256 Go de stockage
► Connectivité :
Wi-Fi 802.11a/b/g/n/ac/ax
USB-C
Capteur d’empreinte digitale sous l’écran
Bluetooth 5.0
NFC
4G (LTE)
5G
Dual-SIM (ou SIM + slot microSD jusqu’à 1 To)

► Processeur : Exynos 990, 8 cœurs (2,73 GHz max)
► GPU : Mali-G77 MP11
► Appareil photo : Capteur principal 108 mégapixels stabilisé (équivalent 26 mm – f/1,8), ultra grand-angle 12 MP (13 mm – f/2,2), téléobjectif optique x5 12 MP (120 mm – f/3) + un 10 MP (f/2,2) en frontal.
► Résolution : 494 DPI
► Définition : 3088 x 1440 pixels Quad HD+
► Vidéo : 8K 24 fps ou 4K 60 fps
► Date de sortie : Août 2020
► Site : https://www.samsung.com/fr/smartphones/galaxy-note20/

Les notes du Samsung Galaxy Note20 Ultra 5G :
  • 9/10
    Performance - 9/10
  • 8/10
    Design - 8/10
  • 10/10
    Écran - 10/10
  • 9/10
    Photo - 9/10
  • 6/10
    Autonomie - 6/10
  • 6/10
    Qualité/Prix - 6/10
8/10

 

Les plus :

► Un look d’enfer et un écran magnifique
► Objectif photo principal excellent
► Le S Pen

Les moins :

► Pas très endurant
► Un peu cher