• Rechercher
Accueil ► Appareils ► Smartphones ► Milieu de gamme ► Test du MobiWire Pegasus : un smartphone 4G élégant à moins de 200 euros, mais trop limité

Test du MobiWire Pegasus : un smartphone 4G élégant à moins de 200 euros, mais trop limité

Le MobiWire Pegasus s’installe sur le secteur des smartphones 4G à moins de 200 €. Il a plusieurs atouts comme son écran, son interface Android pure et sa fluidité. Il n’échappe malheureusement pas à quelques vices rédhibitoires comme son espace de stockage ou son capteur photo arrière.

MobiWire est une jeune marque fondée en 2011. La firme a commencé son activité en tant que ODM, c’est-à-dire que ses premiers mobiles ont été produits sous marque blanche. Cette marque est l’héritage d’un ancien grand acteur du marché : SAGEM. En 2014, MobiWire fait ses premiers pas en tant que marque à part entière en Allemagne et en Italie, puis en France en 2015. La marque propose le Pegasus, un smartphone 4G à moins de 200 euros. Voyons de plus près ce que commercialise ce nouvel acteur qui veut venir bousculer des concurrents comme Archos, Acer ou Wiko…

LES MEILLEURS PRIX

Packaging : dans le classique

Pour un produit à moins de 200 euros, difficile de blâmer MobiWire de proposer le strict minimum. À l’intérieur de la boîte, vous trouverez donc un smartphone, un chargeur et un kit mains libres, sans parler des notices d’utilisations.

Mobiwire Pegasus
Le packaging du MobiWire Pegasus.

Caractéristiques : une mini configuration et un stockage quasi inexistant

Qui dit smartphone sous la barre des 200 euros, dit forcément un petit processeur de chez MediaTek : le MT6582. Le SOC se compose donc d’un processeur quadruple-coeur cadencé à 1,3 GHz. Pour la partie graphique, le célèbre Mali-400 MP prend place. Ce dernier équipe d’anciens smartphones comme le Samsung Galaxy S2. Le tout est épaulé par 1 Go de RAM… le standard des mobiles d’entrée de gamme. Bonne nouvelle : Mediatek intègre la 4G sur ce modèle, ce qui ouvre la voie de l’internet haut débit pour le MobiWire Pegasus. Le point noir est clairement le stockage qui est de 4 Go, à cela il faut encore l’amputer de l’espace réservé à Android. Il reste donc un peu plus de 2 Go pour l’utilisateur. La présence du slot SD, qui permet d’étendre la mémoire du MobiWire Pegasus jusqu’à 32 Go, sera la bienvenue pour y stocker vos fichiers (photos, vidéos, musiques, etc.). Ce smartphone est tout de même à déconseiller aux personnes qui aiment ajouter de nouvelles applications et aux amateurs de jeux vidéo sur mobile.

Mobiwire Pegasus
Le stockage est réellement le point noir de ce mobile. L'ironie n'est pas très loin quand on voit les jeux livrés avec. Il aurait été préférable de ne pas en proposer...

La fiche technique n’est donc pas de première jeunesse, mais certains jeux bien optimisés sont capables de tourner (Dead Trigger 2). C’est son stockage qui est le plus pénalisant. Dommage, car son écran mériterait d’être mis en valeur.

Design : un smartphone séduisant pour cette gamme de prix

C’est un fait. Les constructeurs axés sur les smartphones d’entrée et de milieu de gamme produisent de réels efforts pour proposer des mobiles élégants. Le MobiWire Pegasus a des finitions correctes et une silhouette réussie. La face avant nous rappelle le premier Moto X  avec sa forme très arrondie de chaque côté. La face arrière est une coque amovible mate avec un capteur photo et un haut-parleur cerclé de métal.

Mobiwire Pegasus
Le design de l'appareil est plutôt sobre et élégant. Sans entrer dans le plagiat, il accuse une certaine ressemblance avec le premier Moto X (deuxième photo).

Performances : Un équivalent au Qualcomm Snapdragon 410

Comme cité plus haut, le smartphone est tout à fait capable de faire tourner un bon nombre d’applications. Les performances sont égales au Snapdragon 410 qui équipe de nombreux smartphones milieu de gamme. L’appareil dispose de 1 Go de RAM, attention donc à ne pas laisser tourner trop d’applications en tâche de fond. Pensez à vider la mémoire si vous ressentez les premiers essoufflements du smartphone. Toutefois lors de son utilisation, l’appareil s’est montré capable de faire tourner plusieurs applications sans peine. Le système est fluide et sans accroc, cela est sans doute dû à son SOC et au projet Butter initié sous Android KitKat. Ce qui plombe réellement le MobiWire Pegasus c’est son stockage. 2 Go, cela ne devrait plus exister en 2015.

Mobiwire Pegasus
Une série de Benchmarks qui prouve que certains jeux peuvent lui être encore accessibles. Dommage que son stockage ne l'handicape sur ce terrain-là.

L’écran : le point fort de ce MobiWire Pegasus

L’écran est vraiment de qualité, MobiWire a choisi une dalle confortable. Le Pegasus dispose d’angles de vision étendus et d’une colorimétrie chaleureuse et fidèle. La définition HD 1280 x 720 lui assure un affichage net, sans pixel apparent. Cet écran n’a pas à rougir, si ce n’est du côté de la résolution, face au OnePlus One par exemple.

Mobiwire Pegasus
L'écran est réellement un plaisir à regarder sur le MobiWire Pegasus.

L’expérience utilisateur : pure, mais avec des jeux préinstallés inutilement

Le MobiWire Pegasus n’est pas recouvert d’une surcouche. Les seules traces de personnalisation visibles sont dans la barre de notifications et les paramètres du mobile. Le smartphone tourne sous Android 4.4.2 KitKat et l’appareil se montre fluide dans la navigation entre les menus. La marque a cependant eu la mauvaise idée d’inclure des petits jeux Gameloft dont l’utilisateur se serait bien passé pour économiser le stockage. Il n’y a donc pas de fonctionnalités supplémentaires apportées par le constructeur. C’est l’utilisateur qui décidera de customiser ou pas.

Mobiwire Pegasus
Le constructeur a gardé un Android pur. Il a simplement adapté à sa sauce (un peu) la partie paramètres. Le strict minimum.

Photos / Vidéos : Un capteur honnête, mais zoom impossible sur la vidéo

Équipé d’un capteur 8 mégapixels, le MobiWire Pegasus offrira des prestations moyennes. Difficile d’exiger une qualité équivalente aux mobiles haut de gamme. L’appareil à une gestion de la lumière assez hasardeuse. Il faudra donc faire attention à la luminosité, il vous sera difficile d’atténuer ce défaut tant ce paramètre est aléatoire. Notre conseil : utiliser le mode HDR qui donne des résultats un peu plus satisfaisants. Le capteur avant de 5 mégapixels permet d’envisager des selfies pour les réseaux sociaux, n’en espérer pas plus. Pour la vidéo, il faudra vous contenter d’une capture en 1080p Full HD qui manque quelque peu de précision dans les détails.

Mobiwire Pegasus
Photo prise en réglage automatique. La photo est un peu surexposée alors que le ciel était couvert ce jour-là.
Mobiwire Pegasus
Photo prise en réglage automatique, mais en activant le HDR. L'utilisation de ce dernier permet de corriger l'exposition et apporte un peu plus de détails à la photo.
Mobiwire Pegasus
Gizmo, le grand ami de Georges notre mascotte vous salue ;) !
Mobiwire Pegasus
Utilisation du capteur avant de 5 mégapixels et un selfie pour Bugdroid.
[youtube id=”taSiMwSmim0″]

Autonomie : une utilisation modérée pour tenir la journée

L’appareil dispose d’une batterie de 2020 mAh. Son stockage traduit également l’utilisation à adopter sur le Pegasus pour tenir la journée. Allumé à 7h30, l’appareil vous autorise à faire du surf, des réseaux sociaux, quelques photos. Il est également possible de s’en servir comme GPS via Waze (environ 30 Km) et un peu de casual gaming pendant une pause déjeuner. Il vous abandonnera dans la soirée vers 21h.

Mobiwire Pegasus
Une autonomie qui fera la journée si vous savez vous passer de votre smartphone de temps en temps.

Communication : Un bon communicant !

Aucun problème n’a été décelé, pour ce qui est de l’accroche réseau. La 4G tient ses promesses et sera pleinement présente si elle est disponible. Le GPS également fait le job. Aucune faiblesse à déplorer du côte du Wi-Fi.

Mobiwire Pegasus
Une 4G bien présente si celle-ci est présente, là où vous vous trouvez.

Notre avis sur le MobiWire Pegasus : Un smartphone pas mauvais en soit, mais pas au niveau de la concurrence

MobiWire signe un appareil en demi-teinte. Le design, l’écran et la fluidité globale de l’appareil sont les points forts de l’appareil. Il ne s’encombre pas d’une surcouche et laisse le choix au consommateur curieux de s’amuser à personnaliser l’interface d’Android. Toutefois même si la marque l’avait voulu, avec 4 Go de mémoire, il aurait été difficile de proposer une expérience utilisateur plus poussée. Le capteur arrière fait partie des sacrifices et il sera sans doute plus judicieux de regarder du côté de la concurrence au même prix, si ce critère est important pour vous. Le Pegasus a de bons arguments comme son écran ou sa fluidité, mais certains adversaires ont aussi ça en stock comme Archos ou Acer. Proposée à 150 euros le MobiWire Pegasus est une alternative sur laquelle vous pouvez vous pencher, mais sans oublier de regarder un peu aux alentours.

Caractéristiques techniques
? Dimensions :

  • Hauteur : 143 mm
  • Largeur : 73 mm
  • Epaisseur : 8,2 mm

? Ecran : 5 pouces

? Poids : 146 g

? Autonomie :

  • Annoncée : 14h00 en communication
  • Batterie : 2020 mAh

? OS : 4.4 KitKat

? Mémoire : 4 Go

? Connectivité : 4G (LTE) ; WiFi ; Bluetooth 4.0 ; GPS ; Micro SD
? Processeur : MédiaTek MT6582T quadruple-coeur 1,3 GHz
? Site : http://mobiwire.fr/
? Appareil photo : 8 Mégapixels arrière, 5 Mégapixels avant
? Vidéo : 1080 p Full HD

LES NOTES DE NOTRE LABO

Performance

6.5

Design

7

Ergonomie

7

Fonctions

7

Qualité/Prix

6.5

GENERAL

6.8

LES PLUS
  • Un écran agréable
  • La fluidité de l’appareil
  • Ergonomie et design
LES MOINS
  • Le stockage trop insuffisant
  • Le capteur photo

Auteur
Mathieu Dos Santos

Fan de mobilité et de notre petit Android, j'aime vous faire partager les news, tests et débats. Mon but susciter l'échange.

Retrouvez-moi sur Twitter @mathdossantos

Excellente lecture en notre compagnie sur AndroidMT !

Tous les articles
Auteur Mathieu Dos Santos