• Rechercher
Accueil ► Appareils ► Smartphones ► Milieu de gamme ► Test du Meizu MX5 : le presque flagship-killer

Test du Meizu MX5 : le presque flagship-killer

Le constructeur chinois Meizu compte se faire une bonne place sur le segment des appareils de milieu de gamme. Son MX5 ne manque pas d’atouts : un grand écran Full HD confortable, une assise technique apte à répondre à tous les usages… une copie presque parfaite.

Le Meizu MX5 se décline en trois propositions  : 16, 32 et 64 Go de stockage. En France, le fabricant chinois fait le choix de commercialiser uniquement le modèle intermédiaire (32 Go, si vous suivez) au tarif de 399 €. Au vu de ses spécifications techniques et de son prix, le constructeur compte bien évidemment se tailler une part de gâteau sur le segment des smartphones XXL de milieu de gamme, mais également titiller les luxueux mobiles haut de gamme. Le Meizu MX5 tente de gommer les défauts de ses prédécesseurs (MX3 et MX4). Si les spécifications techniques ont été revues à la hausse, le prix de lancement reste le même : 399 €. Est-ce le flagship-killer que vous attendez ?

LES MEILLEURS PRIX

Design et ergonomie

Sobre et classe. Un véritable iPhone… le Meizu MX5 adopte un look misant sur les matériaux métalliques. Cette matière noble recouvre l’essentiel du smartphone. La qualité des finitions est au rendez-vous et le tout respire la solidité (y compris les boutons physiques Power et volume haut/bas). Un choix de conception premium qui n’est pas sans rappeler les modèles haut de gamme de HTC ou encore les smartphones de la firme à la pomme.

Seule ombre au tableau côté design : le capteur photo qui ressort. Ainsi, faites preuve de prudence lorsque vous posez votre smartphone sur une table. Pour ne pas l'endommager.

Notez que le bon côté de la finition métallique n’est pas à mettre uniquement au crédit du design. Ce matériau est relativement efficace quand il s’agit de repousser les traces de doigts et les salissures.

Meizu MX5
Un smartphone qui restera propre.

Fin et léger, le MX5 reste quand même un smartphone XXL. En ce sens, même si l’usage à une main est possible, pour plus de confort, il est recommandé d’utiliser les deux. Votre pouce n’aura aucun mal à atteindre les boutons physiques Power et volume haut/bas. En revanche, ce n’est pas la même histoire avec la partie supérieure de l’écran.

De par sa finesse et son poids plume, le Meizu MX5 est presque à ranger dans la catégorie des smartphones compacts... pourtant, il dispose d'un écran de 5,5 pouces.

Deux bandes de plastiques sont cependant présentes en haut et en bas de la coque arrière. Pour autant, elles se fondent parfaitement dans le smartphone qui conserve sa classe.

Ajout notable de la part du constructeur : la présence d’un capteur d’empreintes digitales apportant un niveau de sécurité supplémentaire pour déverrouiller son appareil mobile. Notez que ce dernier est placé sur l’unique bouton physique à l’avant du mobile. Très réactif, il suffit de frôler ce dernier pour voir le MX5 se déverrouiller instantanément. Bien évidemment, vous n’êtes pas forcé de l’utiliser.

C'est derrière ce bouton que se cache le lecteur d'empreintes digitales.

Rien à reprocher à ce Meizu MX5 du côté esthétique. Le smartphone respire la qualité et se révèle facile à appréhender, sur le plan de la prise en main.

Écran

Le fabricant chinois opte ici pour une dalle 5.5 pouces AMOLED jouissant d’une définition Full HD. La résolution atteint les 400 ppi. À l’usage, la dalle offre un bon niveau de luminosité et, de ce fait, une résistance certaine aux reflets, que ce soit un éclairage fort ou la lumière du soleil, en extérieur. Les angles de vision sont étendus, permettant ainsi à plusieurs personnes de s’installer devant la dalle pour visionner une petite vidéo confortablement. Même s’il est en deçà de l’AMOLED que vous retrouvez sur les appareils Samsung (notamment en termes de luminosité maximale), l’ardoise ici choisie par Meizu est loin d’être une déception.

Une diagonale d'écran de 5.5 pouces est le format idéal car offrant un certain niveau de compacité tout en permettant les usages multimédias dans de bonnes conditions.

Autre bon point à attribuer à ce Meizu MX5 : les bordures noires qui ceinturent l’écran se révèlent ici assez fines (sur les côtés notamment).

Interface et performances

Bien que réactive, la surcouche du fabricant (Flyme OS) est déroutante pour un utilisateur habitué à un Android plus traditionnel. Comme souvent avec les appareils venant de Chine, le lanceur d’applis est à oublier. Chaque application vient se nicher sous forme d’icône sur le bureau que vous organisez comme bon vous semble en rajoutant des panneaux. Étant donné qu’il n’y a ni touche Retour ni bouton mutltitâches, comment se passe la navigation ? Vous obtenez l’effet de Retour en pressant une fois le bouton central tandis que vous accédez aux applications en cours d’utilisation en faisant glisser du bas le haut votre doigt, à gauche ou à droite de ce même bouton. Les applis ouvertes sont ici symbolisées par le logo. Impossible ainsi de se rappeler ce que l’on était en train de faire sur telle ou telle application. Rajoutez à cela l’impossibilité de faire d’un seul coup toutes les applis ouvertes et vous avez deux points sur lesquels Meizu gagnerait à faire un peu plus confiance à Android de base.

Hormis cela, Meizu livre ici une surcouche offrant quelques possibilités sur le terrain de la personnalisation via le changement de thèmes (création d’un compte Flyme obligatoire). Autre bonne pioche : la facilité déconcertante avec laquelle le capteur d’empreintes digitales se configure et s’utilise. À noter que l’appareil joue la carte du strict minimum en ce qui concerne les applications préinstallées. Pour le plus grand bonheur de ceux qui fuient les bloatwares comme la peste…

Une surcouche déroutante qui arrive à compenser ses lacunes en termes d'ergonomie par quelques petites trouvailles.

Côté performances, le Meizu MX5 dispose de l’assise technique nécessaire pour satisfaire tous les usages en assurant un niveau de réactivité optimal. Que ce soit pour la lecture de vidéo en Full HD ou les jeux vidéo en 3D gourmands, aucun ralentissement n’est à prévoir. Notez que le smartphone vous donne accès à un stockage interne de 23 Go (sur les 32 Go, promis sur le papier, ne jamais oublier la place prise par l’OS). En d’autres termes, vu que le mobile ne dispose pas de slot Micro SD, il faudra vous contenter de cet espace de stockage ou alors vous orienter vers des solutions alternatives comme les clefs USB OTG ou le Cloud. Pour assouvir votre soif de fichiers volumineux…

Si l’autonomie, sur le papier, se révèle prometteuse (batterie supérieure à 3000 mAh), à l’usage, c’est dans la moyenne. Comptez une journée en utilisation normale… le passage au stand la nuit est inévitable, l’écran est gourmand.

Pour la photo, le capteur Sony de 20.7 Mégapixels fait son office. Les rendus sont naturels et l’application d’appareil photo permet de corriger les aléas du terrain (notez la présence d’un mode manuel). En basse luminosité, le Meizu MX5 peine à s’adapter et les couleurs se font un peu plus fantaisistes. Bref, mieux vaut profiter de bonnes conditions de capture.

Il est évidemment possible de jouer sur le flou d'arrière-plan avec cet APN de qualité.

Notre avis sur le Meizu MX5 :

Bien que s’appuyant sur de bonnes bases (performances globales, design réussi, bonne préhension…), le Meizu MX5 souffre de quelques défauts importants qui le pénalisent et, ainsi, qui rendent son prix quelque peu fantaisiste (à cheval entre le haut ou le milieu de gamme). Tout d’abord, le Meizu MX5, du point de vue de la connexion au réseau 4G, accuse une absence des fréquences sur les bandes 800 et 2600 MHz. En termes d’usage, dans certains endroits, vous ne pourrez tout simplement pas capter le signal. Même si cela ne pose aucun problème suivant l’opérateur que vous utilisez, c’est quand même dommage de voir encore des smartphones proposant des connectivités 4G incomplètes. Autre écueil : son interface logicielle qui n’est pas des plus ergonomiques.

Pénalisé par son prix élevé, le Meizu MX5 n’est pas un mauvais smartphone. Il a le défaut d’entrer en confrontation directe avec des mobiles comme le Moto X Play ou encore le Zenfone 2 qui sont plus polyvalents et surtout moins onéreux.

Caractéristiques techniques
? Dimensions :

  • Hauteur : 149,9 mm
  • Largeur : 74,7 mm
  • Epaisseur : 7,6 mm

? Ecran : 5,5 pouces

? Poids : 149 g

? Autonomie :

  • Annoncée : N.C
  • Batterie : 3150 mAh Li-Ion

? OS : Android 5.0 Lollipop

? Mémoire : 32 Go + 3 Go RAM

? Connectivité : Wi-Fi ; Bluetooth ; Micro-USB ; 4G (LTE) ; Dual-SIM (nano-SIM)
? Processeur : MediaTek Helio X10 octuple-coeur
? Site : https://www.meizu.com
? Appareil photo : 20,7 Mégapixels + 5 Mégapixels avant
? Vidéo : 2160 p

LES NOTES DE NOTRE LABO

Performance

8.5

Design

8.5

Ergonomie

7

Fonctions

7.5

Qualité/Prix

7

GENERAL

7.7

LES PLUS
  • Finitions
  • Écran
  • Lecteur d’empreintes réactif
LES MOINS
  • 4G incomplète
  • Pas de slot Micro-SD
  • Surcouche

Auteur
Yann Peyrot

Mon téléphone : Samsung Galaxy Nexus
Ma tablette Android : La Samsung Galaxy Tab 7.7 parce qu'elle est petite
Mon jeu préféré : Temple Run
Mon appli préférée : 9gag ça fait passer le temps
Mon robot préféré : Bishop dans Alien 2 (j'avoue il y a mieux)
Mon objet fétiche : Ma clef USB, toujours sur moi.
Citation : « Smokey on est pas au Vietnam, on est au Bowling, on joue selon les règles » Walter, the Big Lebowsky.

Tous les articles
Auteur Yann Peyrot