Test du Huawei P8 : simple évolution du P7 ?

Le P8 est le nouveau smartphone porte-étendard de Huawei. Faisant la part belle aux matériaux premium et commercialisé à partir de 499 euros, cet appareil ne manque pas d’atouts. Cependant, ces changements n’apportent pas de grande nouveauté par rapport à l’Ascend P7, son prédécesseur.

Se revendiquant troisième constructeur mondial de smartphones, Huawei ambitionne de devenir un acteur majeur dans le haut de gamme, comparant même ses produits à ceux de Samsung ou Apple. Outre le fait d’avoir présenté le P8 dans une capitale européenne, ce smartphone embarque ce que Huawei fait de mieux à l’heure actuelle et s’annonce plein de surprises, du moins sur le papier.

Un packaging élégant qui fait le minimum

Pour son P8, Huawei a apporté un soin tout particulier au packaging, afin qu’il soit un véritable écrin pour son Smartphone. Qu’on se le dise, à défaut d’être aussi orignal que l’emballage d’un Meizu, celui du P8 aura le mérite d’être élégant.

Le packaging du P8 est simple

Pour ce qui est du contenu, Huawei a fait dans le classique en s’alignant sur ce que propose la concurrence. Ainsi, à l’intérieur de la boîte se trouvent le P8, un câble micro USB-USB, un adaptateur secteur, des Earpods d’Apple écouteurs et un trombone pour accéder aux deux ports du mobile.

Le contenu du packaging du P8 est classique par rapport à ce que propose la concurence

Comme toujours au regard du prix du smartphone, il aurait été plaisant que la firme chinoise propose des accessoires en plus (comme une protection d’écran supplémentaire à celle déjà posé sur le smartphone, par exemple). Cela aurait permis au P8 de se démarquer un peu plus de ses concurrents directs.

Caractéristiques : des progrès ici et là

Concernant les spécificités de l’appareil, Huawei améliore la formule employée pour le P7, ne vous attendez donc pas à une grosse révolution, mais plutôt à des caractéristiques qui sont dans la continuité de ce qu’a proposé l’entreprise au cours de l’année 2014.

En effet, le P8 est doté d’un écran IPS FULL HD de 5,2 pouces d’une résolution de 1 080 x 1 920 pixels, d’un processeur HiSilicon Kirin 930 (ou 935 pour la version 64 Go) épaulé par le GPU Mali T624, d’une mémoire interne de 16 à 64 Go, ainsi que d’une batterie de 2680 mAh.

Niveau connectivité, l’appareil n’est pas en reste, puisque qu’il embarque un port nano SIM et un port micro SD (pouvant accueillir des cartes 128 Go), une compatibilité aux réseaux 4G de catégorie 4, au Wi-Fi 802.11 a/b/g/n, NFC et au Bluetooth 4.1, pour un DAS de 0,473W/kg.

En outre, le P8 possède un appareil photo de 13 mégapixels avec stabilisateur optique et Flash à double température de couleur, une caméra frontale de 8 mégapixels. Le tout fonctionnant sous Android 5.0 64 bit (accompagné de la surcouche logicielle EMUI 3.1) et ayant pour dimension 144,9 x 72,1 x 6,4 mm pour un poids de 144 g.

Un design à la hauteur des haut de gamme

À l’instar de Sony et HTC, Huawei fait lui aussi évoluer le design de ses smartphones par petites touches au fil des générations. Même si la firme a fait table rase du design du P7, il n’en reste pas moins que le P8 est dans la lignée du Mate 7 avec un design plus arrondi. Le mobile délaisse donc la plaque en verre à l’arrière, pour un châssis en aluminium brossé qui recouvre pas moins de 90 % du smartphone.

Le P8 délaisse la plaque en verre de son prédécesseur pour de l'aluminium

Sur les différentes tranches, on retrouve les habituelles prises jack 3,5 mm, boutons volume et d’alimentation, les ports micro SD et nano SIM, ainsi que les haut-parleurs stéréos et le port micro USB sur la tranche du bas.

La face avant contient quant à elle un haut-parleur, la LED de notification ainsi que l’écran de 5,2 pouces qui occupe 78% de l’espace (contre 72% pour l’Ascend P7). Le tout est protégé par une dalle en verre Gorilla Glass 3.

Le P8 fait la part belle à l'aluminium

En plus de faire la part belle aux matériaux premium, Huawei a également apporté un soin tout particulier à la finesse de son appareil, permettant à celui-ci d’arborer une épaisseur de seulement 6,4 mm. Certes, ce gain de finesse n’est pas très flagrant par rapport à l’Ascend P7, mais au final cela contribue à donner au P8 un aspect très haut de gamme, qui n’a pas à rougir face à l’iPhone 6 et au Galaxy S6.

Avec 6,4 mm d'épaisseur le P8 est un poil plus fin que l'Ascend P7

Performances encore en deçà du haut de gamme

Huawei est, à l’instar de Samsung, l’un des rares constructeurs à concevoir ses propres SoC. Pour son P8, la firme chinoise a fait le choix d’utiliser le processeur HiSilicon Kirin 930. Derrière ce nom se cache un SoC composé d’un GPU Mali-T628 MP4 et de huit Cortex A-53, 4 sont cadencés à 2 GHz pour les tâches gourmandes tandis que les 4 autres ont une fréquence de 1,5 GHz et seront dédiés principalement aux actions plus légères en ressource.

Cortex A57 ?

Le Cortex A53 est le successeur du Cortex A7, c’est une architecture basse consommation vendue en licence par la société ARM aux autres fondeurs, ces derniers peuvent ensuite faire des modifications d’architecture et logicielles pour mieux répondre à leurs besoins. La plupart des constructeurs couplent les Cortex A53 de leurs SoC avec des Cortex A57 bien plus puissants, mais beaucoup plus gourmands en énergie.

Contrairement à Qualcomm qui a opté pour la puissance au détriment de la chauffe et de l’autonomie, Huawei a fait le choix d’utiliser des composants moins gourmands en énergie et moins puissant également. Ce choix de la part de la firme chinoise est tout à fait louable, puisqu’au final le smartphone ne chauffe pas énormément. Cependant il faut bien avoir en tête que le P8, comme son prédécesseur l’Ascend P7, offre des performances théoriques dignes des haut de gamme de l’année précédente.

Dans les faits, les huit cœurs seront suffisamment véloces pour faire fonctionner des applications gourmandes. Au final, le véritable point faible de l’architecture adoptée par Huawei concerne le choix du GPU. Avec un Mali-T628 MP4 qui commence à dater, préparez-vous à faire des concessions graphiques sous peine d’observer quelques ralentissements dans les gros jeux 3D de 2015, voire 2014. Ainsi sur Alsphat 8, il n’est pas rare de constater quelques baisses de framerate lorsque le smartphone doit afficher beaucoup d’action et d’effet spéciaux.

À titre de comparaison, le P8 a obtenu un score de 4 558 avec le benchmark PCMark, 44 649 sur AnTuTu (le plaçant derrière le OnePlus One) et une moyenne de 49,6 images par secondes avec Epic Citadel. Vous l’aurez compris, le SoC du P8 déçoit un peu et offre des performances moindres par rapport aux autres smartphones haut de gamme Android de 2015.

Encore une fois les performances du SoC de Huawei sont à la traîne par rapport à la concurrence
Le GPU commence à être limite pour un smartphone qui se veut heure de gamme

L’écran et un son au service du multimédia

Huawei a eu la sage idée de ne pas opter pour un écran 4K, mais simplement pour une dalle d’une définition de 1920 x 1080 pixels. Le choix de cet écran par Huawei se révèle judicieux. Le contraste qu’offre la dalle est tout simplement très bon quel que soit l’angle de vision, les couleurs sont justes et ne saturent pas et avec un ppi de 424, les pixels ne sont pas visibles à l’œil nu.

Le seul reproche que l’on peut faire concerne le rétro-éclairage qui aurait pu gagner en puissance pour une meilleure utilisation en plein soleil.

Niveau audio, le P8 se débrouille très bien également. La restitution sonore se révèle très bonne avec un son qui est bien restitué et équilibré. De même, pour ce qui concerne la qualité du haut-parleur stéréo. Malgré leurs petites tailles et la finesse du smartphone, ces derniers arrivent à délivrer un son clair et puissant, seul HTC avec sa technologie BoomSound arrive à faire mieux.

En somme, avec un bel écran FULL HD de 5,2 pouces et de bonne performances audio, le P8 se révèle être un bon compagnon multimédia qui pourra se substituer sans problème à une tablette dans les transports en commun.

Le P8 presque le photophone ultime

Au niveau de la photo, Huawei a réussi à produire l’un des meilleurs photophone android de 2015 (juste derrière le Galaxy S6). Grâce à son capteur de 13 mégapixels et son stabilisateur optique, le smartphone prend de très bons clichés de jour comme de nuit. Les couleurs sont fidèles et la balance des blanc est plutôt bien respectée.

Le capteur du P8 est d'excellente qualité

En outre, Huawei a développé une application photo plutôt complète par rapport à ce que propose Android de base. En plus de proposer différents filtres, il est possible de choisir entre plusieurs modes de prise de vue, d’activer le HDR, de régler la définition de vos clichés, et même le mode peinture légère, derrière ce terme se cache la possibilité de faire du light painting.

Bien entendu, pour un résultat optimal, il ne faudra pas bouger, et avec ce mode ne comptez pas sur le stabilisateur optique pour réussir vos clichés, comme le prouve cette photo.

Le stabilisateur optique n'est pas d'une grande aide avec le mode peinture légère

Du côté de la vidéo, le smartphone ne filme qu’en Full HD contrairement à la plupart de ses concurrents haut de gamme. Globalement, la qualité est bonne et le stabilisateur permet d’avoir des enregistrements fluides (dans la mesure du possible) qui conviendront au plus grand nombre.

EMUI 3.1 des airs de pommes chez Android

Au niveau logiciel, mis à part la version d’Android, le P8 a la même surcouche que l’Ascend P7 et le Mate 7. Avec quelques différences au niveau des paramètres et du panneau de notification qui sont moins austères.

EMUI 3.1 fait l'impasse sur le tiroir d'applications et lorgne du coté d'iOS pour l'esthétisme

On se retrouve donc avec une surcouche qui fait l’impasse sur le tiroir d’applications à l’instar d’un MIUI ou d’iOS et comme pour ces derniers, les icônes arborent des couleurs pastel ainsi qu’un flat design. Bien entendu, le système de thèmes est toujours présent et permet  la personnalisation du design des icônes, des logos et de certains widgets.

Au final,  Huawei ne prend pas trop de risques sur l’interface utilisateur et continue à faire évoluer sa surcouche dans l’ombre d’iOS. Les fans de smartphones chinois et d’Apple seront en terrain conquis, tandis que les autres préféreront se rabattre sur le Play Store pour installer un launcher alternatif.

Téléphonie et autonomie

L’appareil est compatible avec les réseaux Wi-Fi, EDGE, 3G et 4G de catégorie 4 (150 Mbits/s), malheureusement Huawei a fait l’impasse sur la 4G+ qui commence à s’installer en France. La réception de la 4G est bonne et aucun problème d’accroche de réseau n’a été constaté durant l’utilisation du smartphone.

Par contre, en ce qui concerne l’autonomie du P8, le bilan est plus mitigé. Doté d’une batterie de 2 680 mAh et de composants économes en énergie, le P8 pouvait prétendre à une autonomie de plus d’un jour et demi. Il n’en est rien puisque le smartphone tient au plus une journée complète en utilisation normale. Il sera donc impératif de recharger l’appareil tous les soirs, sous peine de se retrouver en rade de batterie le lendemain matin.

Cependant avec une utilisation plus parcimonieuse (notamment en matière de jeux vidéo gourmands), le P8 pourra tenir presque une journée et demie, voire un peu plus en activant le mode de consommation ultra qui, de son côté, ne garde que les fonctions d’appel et de messagerie activées.

Notre avis sur le Huawei P8

Le P8 se veut un smartphone haut de gamme sur le papier. Dans les faits, Huawei livre un mobile au design très réussi avec une taille bien maîtrisée, de bons composants (notamment les appareils photos et les haut-parleurs), et qui peut se targuer d’être une alternative aux haut de gamme Android pour moins cher. Pour peu que vous fermiez les yeux sur le SoC Kirin 930 (dont les performances ont une année de retard par rapport à la concurrence ) et l’absence de compatibilité avec les réseaux 4G+.

Dans le cas contraire, ou si vous êtes possesseur d’un Ascend P7 nous vous conseillons d’attendre la prochaine génération de la gamme P, voire de vous tourner du côté de la concurrence et notamment sur les anciens haut de gamme de 2014 qui restent malgré tout performants par rapport au P8.


Caractéristiques techniques

► Dimensions :

  • Hauteur : 144,9 mm
  • Largeur : 72,1 mm
  • Epaisseur : 6,4 mm

► Ecran : 5,2 pouces
► Poids : 144 grammes
► Autonomie :

  • Annoncée : 1 journée
  • Batterie : 2 680 mAh

► OS : Android 5.0 (Lolipop)
► Mémoire : 16 Go

► Connectivité : 4G LTE Cat 4/ Wi-Fi 2.4GHz b/g/n et Direct Wi-Fi BT 4.1 LE
► Processeur : Kirin 930
► Site : http://www.huaweidevice.fr/smartphones/smartphones-4g/p8
► Appareil photo : 13 mégapixels
► Vidéo : FULL HD

Les notes de notre labo :

Performance

7

Design

9.5

Ergonomie

8

Fonctions

8.5

Qualité/Prix

7

GENERAL

8

LES PLUS
  • Design
  • Capteurs photo
  • Peu de chauffe
LES MOINS
  • Un GPU limite pour un haut de gamme
  • Absence de compatibilité de 4G+