Appareils Haut de gamme Smartphones

Test du Huawei Ascend P6 : Un smarpthone haut de gamme abordable pénalisé par sa surcouche

La gamme Ascend du constructeur chinois Huawei a accueilli à la fin de l'été 2013 un nouveau modèle : le P6. Ce dernier se vante d'être le smartphone le plus fin du monde (6,18 mm). L'appareil ne joue pas uniquement sur cet avantage. En plus d'être compact, l'Ascend P6 a le mérite d'être performant et d'être fait de matériaux nobles.
Le constructeur chinois au nom difficile à prononcer (essayez « ua oueille ») persiste et signe dans le haut de gamme à petit-prix. Il y a plus d’un an, le fabricant commercialisé le premier smartphone quadruple-coeur abordable (Ascend D Quad XL) et un autre appareil qui se présentait comme une référence du milieu de gamme (l’Ascend P1). Plus récemment, Huawei a proposé une des phablettes les plus imposantes du marché (l’Ascend Mate avec son écran géant de 6,1 pouces).

L’Ascend P6 vient directement concurrencer les smartphones « mini » commercialisés par les ténors du marché (Galaxy S4 Mini, HTC One Mini). L’avantage du modèle d’Huawei réside dans son processeur (quadruple-coeur au lieu du double-coeur des minis) et son prix, agressif (399 €, au lieu des 449 € des deux modèles suscités). Le constructeur chinois conserve une de ses valeurs : commercialiser des smartphones que le consommateur peut acquérir sans avoir besoin de débourser l’équivalent d’un loyer.

Le Huawei Ascend P6 est proposé avec une housse de protection en caoutchouc.
Vous trouverez dans la boîte du Ascend P6 tous les accessoires habituels (chargeur, câble USB, écouteurs...). Vous aurez également le plaisir de découvrir une housse de protection en caoutchouc. Une bonne surprise.

Dès le déballage, vous serez certainement frappé par le design de l’appareil. Les finitions sont soignées, l’appareil arbore un look haut de gamme qui laisse la part belle au métal (de l’aluminium), léger comme une plume. Les tranches sont également cerclées de ce même métal. Vous retrouverez sur la tranche droite les habituels boutons volume haut/bas et Power. L’ensemble confère un aspect classe à l’Ascend P6.

Ouvrir les ports de l’Ascend P6 :

Vous remarquerez sans doute une petite excroissance en bas à gauche de l’appareil. Non, il ne s’agit pas d’un stylet mais d’un petit pic qui vous aidera à ouvrir les ports SD et SIM (qui se trouvent sur la tranche droite). À ne surtout pas perdre si vous ne voulez pas utiliser une aiguille pour ouvrir les ports.

Les plus Androfans d’entre vous remarqueront sans doute la ressemblance de l’Ascend P6 avec… un smartphone de la firme à la pomme (iPhone). Passé ce gros détail, vous serez agréablement surpris par le confort de prise en main que propose l’appareil. L’écran de 4,7 pouces est ici très facile à apprivoiser, vous n’aurez aucun mal à vous servir du smartphone de Huawei avec une seule main.

Des performances honorables

L’écran de 4,7 pouces (résolution de 1280 x 720 pixels) apporte un certain confort de vision. Vous devrez cependant ajuster la luminosité manuellement si l’éclairage fait un peu trop sentir sa présence (qu’il soit naturel à l’extérieur ou artificiel avec un néon à l’intérieur). Dans des situations comme celle-là, les reflets rendront l’écran illisible. Heureusement les angles de vision sont assez étendus. Pratique si vous souhaitez éviter les reflets indésirables, en inclinant verticalement ou horizontalement le P6, vous verrez tout de même ce qu’affiche l’écran.

Le smartphone abrite un processeur quadruple-coeur maison s’appuyant sur une architecture quatre-coeurs auquel s’ajoute 2 Go de RAM (ce qui est assez rare pour un modèle de cette gamme de prix). Ce dernier a les arguments pour vous proposer une navigation fluide, que ce soit en navigation Web ou avec plusieurs applications ouvertes simultanément. Bien que l’appareil ne soit pas une machine de guerre en termes de spécificités techniques, ce dernier a de quoi faire tourner les jeux récents biens optimisés (Dead Trigger 2, Death Dome), avec un niveau d’aliasing loin d’être insupportable. L’expérience vidéoludique sera fluide et sans bug majeur. Le Huawei Ascend P6 est capable d’être utilisé comme un véritable couteau suisse multimédia (pour lire des ebooks, écouter de la musique, regarder des vidéos ou encore retoucher vos photos). À noter que la batterie est prévue pour tourner une journée entière en utilisation normale (appels, consultation de mails, écoute de musique sur le trajet du travail et quelques vidéos pour se détendre le soir).

L’appareil photo numérique, de son côté, réalise des captures en 8 Mégapixels. Les rendus sont propres, l’APN saisit bien les détails du modèle. Le capteur du Huawei se classe dans le haut du panier pour les smartphones de sa catégorie de prix.

Cliché capturé en 8 Mégapixels avec le Huawei Ascend P6.
Cliché capturé en 8 Mégapixels avec le Huawei Ascend P6.

Pour la vidéo, le Huawei Ascend P6 propose un enregistrement Full HD 1080p. La capture réalisée se révèle un peu sombre et l’APN a tendance à exagérer les contrastes des couleurs claires. D’une manière générale l’enregistrement vidéo est plutôt de bonne facture.

[youtube id= »CYOOZlOIFyQ » mode= »normal » align= »center »]

Une surcouche très envahissante

C’est là le gros point noir de l’appareil. Emotion UI (la surcouche maison de Huawei) tourne conjointement avec la version 4.2.2 d’Android. Or l’interface d’Huawei est tellement étouffante que vous aurez du mal à retrouver l’essence même d’Android à savoir la liberté de personnaliser son téléphone comme l’utilisateur l’entend. Tout est cloisonné, l’utilisateur aura certainement l’impression de tenir entre les mains un appareil tournant sous iOS. Pas de lanceur d’applications, peu de thèmes préinstallés (les couleurs des icônes sont très vieillottes…). Tout, même les transitions animées, fait penser à un appareil de la firme à la pomme. Bien évidemment vous pourrez pallier ce défaut majeur en téléchargeant un launcher alternatif (comme Nova Launcher ou ADW Launcher), mais il est dommage de brider l’expérience Android à ce point. Une surcouche à fuir si vous aimez la pureté des Nexus. Le root et l’installation d’une Rom Custom peuvent être envisagés comme porte de sortie pour profiter de ce bel appareil tout en évitant la surcouche.

Verdict

Huawei repousse une fois de plus les limites du rapport qualité-prix. Pour moins de 400 € vous aurez la possibilité d’acquérir un smartphone quadruple-coeur très réactif (2 Go de RAM !), agréable à regarder et facile à prendre en main et qui assurera dans toutes les conditions. Le gros point noir reste cependant la surcouche, étouffante et peu intuitive (dommage, c’était presque un sans faute), et aussi le fait que le smartphone ne soit pas équipé pour les réseaux de demain (ne prend pas en charge la 4G). Passé ces deux gros défauts, le Huawei Ascend P6 a le mérite de proposer un rapport-qualité prix imbattable. Seuls les Nexus (4 ou 5) sont capables de rivaliser sur ce plan là.

Caractéristiques techniques
► Dimensions :

  • Hauteur : 132,65 mm
  • Largeur : 65,5 mm
  • Epaisseur : 6,18 mm

► Ecran : 4,7 pouces

► Poids : 120 g

► Autonomie :

  • Annoncée : N.C
  • Batterie : 2000 mAh

► OS : Android 4.2 Jelly Bean

► Mémoire : 8 Go + 2 Go RAM

► Connectivité : Bluetooth ; Wi-Fi ; Micro-USB ; Micro-SD ; DLNA
► Processeur : Huawei K3V2 quadruple-coeur 1,5 GHz
► Site : https://www.huawei.com
► Appareil photo : 8 Mégapixels
► Vidéo : 1080p Full HD

LES NOTES DE NOTRE LABO

Performance

7.5

Design

8

Ergonomie

7

Fonctions

6.5

Qualité/Prix

8

GENERAL

7.4

LES PLUS
  • Finitions soignées
  • Performant
  • Prise en main
LES MOINS
  • La surcouche
  • Pas de 4G
  • Chauffe
Etiquettes