Appareils Tablettes

Test de l’Asus Fonepad : Une 7 pouces polyvalente et abordable

Asus s'amuse à franchir les frontières séparant les ordinateurs, les smartphones ou les tablettes. Au milieu des tablettes pouvant accueillir des claviers (la gamme Transformer), du smartphone qui se change en tablette (PadFone), Asus a osé créer une tablette qui téléphone. Le Fonepad est une entrée de gamme permettant de passer des appels. Avec un prix agressif qui attire l'oeil (219 €) et des spécificités techniques qui tiennent la route, le Fonepad est un appareil polyvalent et accessible. Dommage que le côté téléphone ait été mis de côté...
Si Asus possède le savoir-faire pour faire d’excellents appareils mobiles, le fabricant a aussi le mérite de se faire discret et de sortir des produits innovants. Ses compétences en matière de tablettes 7 pouces ne sont plus à prouver. Le constructeur taïwanais (avec Google) est à l’origine de la tablette au rapport qualité-prix imbattable : la Nexus 7. Plus récemment, la firme taïwanaise s’est illustrée avec un appareil difficile à catégoriser : le PadFone Infinity. Un smartphone haut de gamme et puissant qui, grâce à l’intervention extérieure d’un dock (c’est une habitude chez Asus), se change en tablette de 10,1 pouces.

Plus tôt au cours de cette année 2013, Asus proposait la tablette qui fait aussi téléphone, ou le téléphone qui fait aussi tablette (cela dépend de la manière dont vous voyez les choses). Quoi qu’il en soit, avec son écran affichant une diagonale de 7 pouces, le Fonepad dépasse la dimension des phablettes. L’appareil a la particularité de pouvoir accueillir une Micro-SIM. Moyennant un forfait, vous avez la possibilité de passer des appels à vos contacts ou de vous connecter au Web en exploitant le réseau de données mobiles.

À gauche, le Fonepad (7 pouces), à droite le Wiko Darkside qui affiche une diagonale de 5,7 pouces. L'appareil d'Asus ne joue pas dans la catégorie des phablettes.

Design et finitions soignés

L’habillage du Fonepad est d’une manière générale soigné. Vous ne trouverez pas de boutons physiques devant l’appareil, tout est tactile. Les habituels Power, volume haut / bas se situent sur la tranche gauche de la tablette. La coque de l’appareil est en aluminium brossé (on s’éloigne de la Nexus 7). Derrière le cache de la partie supérieure se dissimulent le port de la Micro-SD (un bon point par rapport à la Nexus 7) et celui de la Micro-SIM. Il faut reconnaître qu’Asus est fidèle à son habitude. Une fois de plus, les finitions sont soignées. L’ensemble inspire confiance et une impression de solidité ressort du Fonepad. Faites cependant attention. La coque arrière est assez glissante.

Pour la prise en main, comme pour la Nexus 7, l’appareil est assez bien pensé. Son poids très raisonnable (340 g, autant que la Nexus 7) vous permet de tenir l’appareil à une seule main. Le poids ne vous fera pas plier le bras ni souffrir de ce dernier. De plus, la coque en aluminium brossé est assez agréable à toucher.

Le format 7 pouces ravira ceux qui recherchent la mobilité. Idéal pour lire, consulter ses mails, regarder des films ou encore jouer… dans les transports en commun, le matin en partant au travail.

Le point fort : l’écran

Le gros point fort de l’appareil, c’est son écran. La dalle de 7 pouces ici proposée affiche la résolution de 1280 x 800 pixels (pour une densité de pixels de 216 ppi). Vous aurez du mal à dénicher les pixels à l’oeil nu. L’écran offre un confort de lecture optimal. Les angles de vision sont étendus. À noter que le Fonepad est assez salissant. Munissez-vous d’un chiffon pour effacer les traces qui viendront rapidement couvrir votre écran.

Le point faible : Le micro et le haut-parleur

Passé le côté « j’ai l’air ridicule avec mon paquebot collé sur l’oreille » (des écouteurs existent) le niveau sonore proposé par le Fonepad (en émission et en réception) est décevant. Pour une tablette censée permettre de passer des appels dans des conditions « smartphone », le résultat est loin d’être impressionnant. Le son est brouillé et parasité, notre interlocuteur à du mal à nous entendre. Pas vraiment une réussite de ce côté-là. Mieux vaut regarder le Fonepad comme une vraie tablette polyvalente et accessible pour les petits budgets.

Des performances honorables

La tablette-téléphone a la particularité d’intégrer un processeur simple cœur Intel. L’Intel Atom Z2420 cadencé 1,2 GHz auquel se conjugue 1 Go de RAM. Le Fonepad a les tripes nécessaires pour rendre votre expérience Android fluide et réactive, même lorsque vous éprouvez l’appareil avec plusieurs applis gourmandes (en multitâche.) Pour le jeu, en revanche, le résultat est beaucoup moins convaincant. Les jeux en 3D bien optimisés tourneront sans problème (Dead Trigger, Into the Dead, Vector…). En revanche, les récents demandant beaucoup de ressources (Dungeon Hunter 4, Death Dome) fonctionneront, mais avec des ralentissements et de l’aliasing. Si vous recherchez une bête de course, le Fonepad n’est pas la tablette qu’il vous faut. Si vous êtes un gamer raisonnable, qui se détend avec une petite partie de temps en temps, la Fonepad conviendra pour assouvir votre soif vidéoludique.

Pas d’APN en France :

Vous l’avez sans doute remarqué, le Fonepad ne possède pas de capteur photo. L’Héxagone n’a pas été gâté. La tablette devait à l’origine accueillir un APN de 3 Mégapixels. Certains de nos voisins étrangers peuvent prendre des clichés avec leur Fonepad…. ce qui n’est pas le cas chez nous. Nous nous contenterons du capteur frontal d’1,3 Mégapixels.

Android presque pur, mais…

La tablette tourne sur la version 4.1 d’Android (Jelly Bean). Les utilisateurs n’ont ici pas le droit à la dernière mouture du système d’exploitation de Google. Ceux qui souhaitent être à jour dans les mises à jour investiront plus dans la gamme Nexus (Nexus 7, Nexus 10). Le Fonepad conviendra pour les utilisateurs qui veulent profiter de Google Now. En revanche, ils devront se passer de Photosphère, de la possibilité d’installer des Widgets sur l’écran de déverrouillage… jusqu’à la mise à niveau de l’appareil.

Le Fonepad embarque tout un lot d’applications. Comme à l’accoutumée, certaines trouveront leur utilité (App Locker, pour verrouiller l’accès à vos applis, Gestionnaire de fichiers, liste rouge, Screenshot Editor…). Les autres ne sont pas très « sexy » (My Painter, Sticky Memo, Memo…). Vous trouverez sans nul doute des alternatives plus intéressantes sur le Google Play Store.

Verdict

Asus propose ici un appareil avec un très bon rapport qualité-prix. En l’échange de 219 €, vous pourrez profiter de ce Fonepad qui vous fournira une expérience Android presque pure. L’appareil a les épaules pour vous assurer une navigation sans ralentissement, et ce quel que soit votre usage (bureautique, navigation Web, ebook, jeu vidéo pas trop gourmand…). Les accros aux jeux 3D hyper détaillés, mais attachés au format 7 pouces pourront se tourner vers la Nexus 7 (et la nouvelle). Ceux qui recherchent un appareil avec un grand écran et capable de passer des appels (en qualité acceptable) se tourneront vers les phablettes qui déferlent sur le marché depuis quelque temps (Wiko Darkisde, Huawei Ascend Mate, LG Optimus G Pro ou encore le Samsung Galaxy Mega).

Prise en main du Fonepad

[youtube id= »_swVxInOucQ » mode= »normal » align= »center »]
Caractéristiques techniques
► Dimensions :

  • Hauteur : 196,4 mm
  • Largeur : 120,1 mm
  • Epaisseur : 10,4 mm

► Ecran : 7 pouces

► Poids : 340 g

► Autonomie :

  • Annoncée : 9 h
  • Batterie : Li-Poly 4250 mAh

► OS : Android 4.1 Jelly Bean

► Mémoire : 16 Go + 1 Go RAM

► Connectivité : Bluetooth ; Wi-Fi ; Micro-USB ; Micro-SD
► Processeur : Intel Atom Z2420 simple coeur 1,2 GHz
► Site : https://www.asus.com/fr
► Appareil photo : x
► Vidéo : x

LES NOTES DE NOTRE LABO

Performance

7

Design

8

Ergonomie

8

Fonctions

7.5

Qualité/Prix

8

GENERAL

7.7

LES PLUS
  • Format
  • Écran
  • Finitions soignées
LES MOINS
  • Android 4.1
  • Les applis préinstallées
  • Micro et haut-parleur
Etiquettes