• Rechercher
Accueil ► Appareils ► Tablettes ► Test de la Touchlet SX7 : Une 7 pouces dual-SIM qui manque d’endurance et de polyvalence

Test de la Touchlet SX7 : Une 7 pouces dual-SIM qui manque d’endurance et de polyvalence

La Touchlet SX7 est une 7 pouces permettant de passer les appels. À mi-chemin entre la phablette et la tablette (tout de même plus proche de cette dernière), l’appareil est commercialisé dans le catalogue Pearl. Le résultat laisse perplexe. Malgré un design intéressant, l’appareil souffre du mal qui touche la plupart des tablettes d’entrée de gamme. La limite se situe du côté des spécificités techniques… l’appareil aura du mal à assouvir votre soif de multimédia.

Pas de découverte incongrue lors du déballage de la tablette 7 pouces. L’appareil est accompagné, dans sa boîte, d’une notice, d’un câble Micro-USB, d’un adaptateur pour la recharge au secteur et, enfin, d’un adaptateur Micro-USB (au cas où vous n’auriez que de l’USB standard, cela peut dépanner). Un petit plus dans la boîte de la SX7, le reste des accessoires vous aidera à survivre dans de bonnes conditions avec la tablette. Sachez que cette dernière annonce une autonomie de 6 heures (en communication) sur le papier. Si vous l’éprouvez avec un usage multimédia poussé (jeux vidéo, musique, film…), cette dernière fondra comme neige au soleil… ne vous éloignez pas trop d’un point de rechargement.

Quelle est donc cette excroissance en haut à gauche de la SX7 ? Non, vous ne rêvez pas, il s'agit bien d'une antenne... une antenne sur une tablette, cela mérite bien une photo collector.

La tablette à antenne

La SX7 est une tablette robuste qui tient bien en main. Du fait de son poids (310 g), l’appareil confère une sensation de solidité. La prise en main se fait donc naturellement. La surface granuleuse qui recouvre l’arrière de la 7 pouces est agréable au toucher. Le capteur photo ressort un peu de cette dernière, mais il ne tranche pas avec le design global de l’appareil qui reste cohérent. Comme prévu, l’appareil se situant dans le segment de l’entrée de gamme, c’est donc le plastique qui domine. La SX7 peut cependant se vanter de posséder des finitions de qualité. Pas de grosse faute de goût.

Vous noterez la présence, sur la tranche gauche, des boutons physiques Home et Volume haut/bas. Sur la tranche supérieure vous retrouverez le bouton Power permettant d’allumer la tablette ainsi que la prise casque et le port Micro-USB. En parcourant cette même tranche, vous aurez l’agréable surprise de découvrir ce qui ressemble (de l’extérieur) à un stylet. En tirant (comme pour dégainer un stylet sur une phablette habituelle) sur cette partie, vous déplierez…une antenne. Cette dernière fait la moitié de la hauteur de la tablette. Autant dire qu’une fois dépliée et l’appareil porté à l’oreille (comme pour téléphoner) vous aurez du mal à passer inaperçu (et à rester crédible par la même occasion). Pourquoi avoir mis une antenne sur la SX7 ? Certes, cette dernière peut accueillir une carte SIM (même deux…), mais d’autres tablettes permettent de passer des appels via le réseau téléphonique, ce n’est pas pour autant qu’elles arborent une antenne externe tout sauf sexy. Le mystère reste entier.

Un écran confortable

La SX7 propose une dalle 7 pouces affichant une résolution 1024 x 600 pixels. En mode paysage, vous pourrez lire des vidéos dans de bonnes conditions. Attention à ne pas trop vous excentrer par rapport à la tablette. L’angle de vision est assez faible. De plus, en condition de forte luminosité, il vous sera difficile de distinguer ce qui s’affiche sur l’écran. À vous d’ajuster la luminosité de l’écran pour corriger ce défaut. En navigation sur le Web ou dans les menus, quelques petits pixels viendront vous chatouiller la rétine, rien de bien handicapant cependant. Pour résumer, un écran taillé pour regarder des bandes-annonces ou pour profiter de ses e-books en étant installé dans son canapé, à la maison.

Des spécificités techniques au rabais

Malgré les points forts abordés précédemment, la SX7  a du mal à convaincre côté Hardware. L’appareil est propulsé par un processeur double-coeur cadencé à 1,2 GHz auquel s’ajoute une mémoire vive (RAM) d’un Go. Votre utilisation sera vite limitée du fait de l’espace disponible. Moins de 2 Go… quelques applications, films ou chansons installés ou transférés sur votre SX7 et c’est terminé. Le constructeur oblige l’utilisateur à effectuer l’achat supplémentaire d’une carte-SD (jusqu’à 64 Go). Ce qu’il fera sans doute s’il souhaite profiter à 100 % de son appareil. Passé la faible mémoire interne, le problème de la fluidité vient pointer le bout de son nez. Lorsque vous changerez de bureau, de légers à-coups se feront ressentir, idem si vous utilisez le multitâche. En lançant plusieurs applications gourmandes en même temps, vous ressentirez rapidement les limites de l’appareil. Pour passer de l’une à l’autre, les transitions seront laborieuses et saccadées.

La bonne surprise vient de la manière dont la SX7 se comporte avec les jeux vidéo. Les jeux bien optimisés et/ou pas trop gourmands (Temple Run 2, Into The Dead, Angry Birds…) seront parfaitement jouables (si vous mettez de côté les très légers ralentissements qui apparaissent parfois). D’autres plus demandeurs de ressources (Dragon Slayer…) resteront encore jouables dans de bonnes conditions. En revanche, oubliez les jeux les plus travaillés, avec de beaux graphismes en 3D (Nova 3, Dungeon Hunter 4…), la tablette ne sera pas en mesure de vous fournir une expérience de qualité…

Un capteur photo/ vidéo dispensable

La tablette SX7 possède un capteur permettant de capturer des clichés en 2 Mégapixels. Le rendu est flou sur certains points, et ce malgré la réalisation de la mise au point. Il n’a jamais été très pratique de filmer avec une tablette. Il aurait été préférable d’enlever le capteur et de proposer la SX7 à un prix plus raisonnable.

Cliché capturé avec le capteur 2 Mégapixels du SX7.

Le SX7 enregistre en 720p. La vidéo capturée a du grain et l’image est fortement ralentie. Au même titre que le capteur photo, l’enregistrement vidéo est loin d’être convaincant. La preuve en image :

Conclusion

Malgré son prix attractif (169,90 €) et sa fonctionnalité Dual-SIM, la SX7 peine à convaincre. Une faible mémoire interne, une autonomie inférieure à la concurrence et des caractéristiques techniques limitées… la tablette 7 pouces est, au même titre que la one touch Evo 7 ou encore la Memup SlidePad 704 CE bien en dessous du rapport qualité-prix de la Nexus 7 ou, plus récemment, de l’Acer Iconia A1.

Où sont les ports ?

La tablette SX7, en plus d’être compatible avec une carte SIM, est dotée des connectivités habituelles. Seulement lorsque vous prendrez en main l’appareil, pour la première fois, vous vous demanderez sans doute comment démonter la coque arrière. Sachez que cette dernière n’est pas amovible, vous ne pouvez pas accéder à la batterie. Seule la partie située au-dessus du capteur photo peut être démontée. Derrière le petit cache la protégeant vous retrouverez les deux emplacements SIM ainsi que le port Micro-SD. Assez inhabituel !

Caractéristiques techniques
? Dimensions :

  • Hauteur : 192 mm
  • Largeur : 119 mm
  • Epaisseur : 9,8 mm

? Ecran : 7 pouces

? Poids : 310 g

? Autonomie :

  • Annoncée : 6 h
  • Batterie : Li-Ion 3600 mAh

? OS : Android 4.1 Jelly Bean

? Mémoire : 2 Go + 1 Go RAM

? Connectivité : Micro-SD ; Bluetooth ; Wi-Fi ; Micro-USB ; Dual-SIM
? Processeur : double-coeur 1,2 GHz
? Site : https://www.pearl.fr
? Appareil photo : 2 Mégapixels
? Vidéo : 720p HD

LES NOTES DE NOTRE LABO

Performance

4.5

Design

6

Ergonomie

5

Fonctions

5.5

Qualité/Prix

5

GENERAL

5.2

LES PLUS
  • Dual SIM
  • Les finitions soignées
  • Le format
LES MOINS
  • Des ralentissements
  • Faible mémoire interne
  • Autonomie

Auteur
Yann Peyrot

Mon téléphone : Samsung Galaxy Nexus
Ma tablette Android : La Samsung Galaxy Tab 7.7 parce qu'elle est petite
Mon jeu préféré : Temple Run
Mon appli préférée : 9gag ça fait passer le temps
Mon robot préféré : Bishop dans Alien 2 (j'avoue il y a mieux)
Mon objet fétiche : Ma clef USB, toujours sur moi.
Citation : « Smokey on est pas au Vietnam, on est au Bowling, on joue selon les règles » Walter, the Big Lebowsky.

Tous les articles
Auteur Yann Peyrot