Accueil > Les News Android > Mieux comprendre son smartphone : la batterie

Mieux comprendre son smartphone : la batterie

Par Thomas Povéda

Li-ion, Li-poly, mAh, Wh… Autant de sigles obscurs qui caractérisent les batteries de nos smartphones et tablettes. On vous explique tout ça, et même un peu plus.

Un jour, peut-être deux. C’est la durée de vie moyenne de nos smartphones à l’heure actuelle. Une batterie plus performante pour une durée de vie accrue est devenue un véritable enjeu pour les constructeurs. Aujourd’hui, les batteries au lithium sont les plus répandues, et parmi elles les Lithiums-ion (Li-ion). Elles sont composées de plusieurs cellules, elles-mêmes constituées de deux électrodes baignant dans un liquide conducteur, l’électrolyse. Quand la batterie (chargée) est branchée à l’appareil, une réaction chimique se déclenche et produit, au final, du courant. Le processus est inversé lors de la charge et la batterie reçoit du courant. Dans les Li-poly, l’électrolyse est remplacée par un film plastique imbibé d’un gel qui améliore le passage du courant. Cela permet notamment de fabriquer des batteries plus fines et de formes variées, tout en augmentant leur durée de vie par rapport aux Li-ion classiques. Le problème, c’est que les Li-poly sont pour l’instant plus chères à produire. Elles équipent d’ailleurs bien plus souvent les appareils haut de gamme comme le LG G2.

 

Mythes et légendes

 

Faisons une petite parenthèse pour tordre le cou à quelques idées reçues concernant les batteries, héritées de l’époque où celles-ci fonctionnaient au nickel. D’abord, les batteries au lithium n’ont pas «d’effet mémoire» (qui peut empêcher une batterie de se recharger à fond si on branche trop souvent le chargeur alors qu’elle n’est pas complètement épuisée). Inutile d’attendre qu’elle atteigne 0 % avant de la recharger donc. Ensuite : laisser brancher le chargeur toute la nuit n’affecte pas la durée de vie de la batterie au lithium. Un système de sécurité empêche la surcharge. Enfin, il n’est pas nécessaire de charger la batterie plusieurs heures avant une première utilisation de l’appareil.

 

De gauche à droite : la tension de chaque cellule composant la batterie (3,8 VDC), sa capacité (1650 mAh) et la quantité de watts délivrée en une heure (6,27 Wh)

 

mAh, VDC et Wh

 

La capacité d’une batterie est exprimée en milliampères-heure (mAh). La relation mAh/durée de vie est directe : plus le nombre de mAh est élevé, plus la batterie est susceptible de tenir longtemps. Susceptible seulement, car tout dépend des autres composants du smartphone ou de la tablette, plus ou moins énergivores, et de l’utilisation qui en est fait.

La valeur VDC donne la tension moyenne pour chaque cellule de la batterie, généralement entre 3,6 et 3,8 Volts. La valeur Wh, ou Watt par heure, indique simplement le nombre de watts que peut fournir la batterie chaque heure. Un chiffre inutile si l’on ne connaît pas précisément la consommation horaire de l’appareil.

 

Les batteries du futur

 

Si les progrès permettent d’augmenter la capacité des batteries sans les agrandir, ce sont surtout les nouveaux modes de recharge qui stimulent les chercheurs. L’idée n’est pas tant de créer des batteries qui tiennent plus longtemps que des modes de recharge quasi permanents. Énergie solaire, éolienne (grâce à des sortes de moulins microscopiques) et même l’urine (si, si) : ce sont peut-être les chargeurs naturels de demain.


comments powered by Disqus
Thomas Povéda

Auteur : Thomas Povéda