Accueil > Applications Android > Test de The Dark Knight Rises pour Android

Test de The Dark Knight Rises pour Android

Par Pierre Corbinais

A l’occasion de la sortie de The Dark Knight Rises au cinéma, Gameloft nous avait concocté un petit jeu promotionnel pour Android sobrement intitulé The Dark Knight Rises : The mobile game. Parce qu’on ne voulait pas s’exposer à un quelconque spoiler, on a attendu de voir le film pour l’essayer. Eh ben on l’a regretté (de l’essayer, pas d’attendre de voir le film).

Précisons tout d’abord que The Dark Knight Rises est au prix de 5,49€ sur Google Play, soit le prix d’un N.O.V.A 3, de Gameloft également, on peut donc légitimement s’attendre à un jeu de qualité équivalente et on sera en conséquence légitimement déçu.

Mais reprenons depuis le début. Dès le lancement du jeu nous attend une première déception nous attend : l’écran de menu en basse définition. Cela n’aura pas trop d’importance pour les joueurs sur smartphones, mais côté tablettes, désolé mais ça fait tâche. On aurait bien aimé une version HD, quitte à la payer un ou deux euros de plus, mais bon, ce n’est pas si grave : le jeu est tellement sombre qu’on le remarquera à peine.

On oublie donc ce petit inconvénient et on se lance dans l’aventure : tout commence par un tutoriel plutôt bien mené, nous expliquant comment nous mouvoir, utiliser nos poings, notre grappin, nos batarangs… les commandes répondent assez bien, les combats sont amusants et les graphismes paraissent alors assez soignés : Batman comme Gotham City étant admirablement modélisés en 3D. Ajoutez à cela de superbes cinématiques et un doublage réussi et tout sera réuni pour nous donner à ce moment précis l’illusion que ce Dark Knight Rises est un véritable chef-d’œuvre. Tous nos espoirs vont s’effondrer quelques minutes plus tard, avec l’apparition de Selina Kyle.

Si le choix d’Anne Hathaway pour incarner Selina Kyle (Catwoman) a l’écran peut-être discutable, on se demande bien pourquoi le studio Gameloft a quant à lui choisi d’offrir le rôle à un clafoutis. Non, vraiment, la première rencontre avec le personnage provoque immédiatement une crise de rire ou de larmes (au choix) : une face plate sur laquelle a été plaqué un visage difforme digne d’un jeu de Nintendo 64. Espérons que Anne Hathaway ne tombe jamais là dessus, on a déjà intenté des procès pour moins que ça.

À partir de là, les déceptions s’enchainent : Il y a ces caméras qui n’en font qu’à leur tête, nous rappelant au bon souvenir du Batman et Robin sur PlayStation, il y a ces PNJs presque tous identiques et au physique guère plus soigné que Selina, il y a la désagréable manie du jeu à nous prendre par la main pour nous conduire de checkpoint en checkpoint quand la ville de Gotham City a pourtant été conçue comme un environnement ouvert, il y a ces puzzles idiots qui viennent interrompre l’action nous laissant croire que les ennemis de Batman estiment le QI de celui-ci aux alentours de 40, habituels et toujours aussi horripilants achats in app quand on a déjà payé pour le jeu…et puis il y a ce premier boss fight contre Bane…

Bane, tout comme Batman, fait partie de ces heureux élus qui ont bénéficié de graphismes tout à fait corrects, à croire qu’il faut porter un masque pour avoir le droit à un peu de relief. Cette première rencontre au sommet malgré tout laisse sceptique. On fait face à Bane, on a bien conscience qu’il est beaucoup trop tôt pour avoir une chance de lui coller une dérouillée, mais que ce serait quand même dommage de ne pas tenter notre chance. On s’approche, on s’apprête à lancer le point quand BAM : cutscene de Bane nous collant une droite. Bon, très bien, c’est pour nous mettre dans l’ambiance, on reprend notre souffle, on échange quelques coups de points, quand une autre cutscene vient interrompre le combat, juste le temps de se prendre un autre pain. Ça commence à bien faire ! On se la jouer prudent, on s’éloigne en sautillant, on est à présent à une dizaine de mètre de notre adversaire, et vlan, nouvelle cutscene de coup de poing gratuit. Mince, son bras s’allonge ou quoi ?

On comprend bien que ce combat doit être perdu pour coller au scénario, mais était-il si difficile de créer un Bane tout simplement plus fort que Batman et nous laisser perdre le combat à la régulière ? Là, on a juste l’impression que Gameloft cherche à faire passer une machinima pour un jeu vidéo, et c’est extrêmement frustrant, offensant même.

D’accord, on est un peu dur, mais pour le coup Gameloft l’a bien cherché : ce Dark Knight Rises avait tout pour être un très grand jeu : Ambiance soignée, gameplay fun et varié, graphismes parfois superbes… mais il semble avoir été complètement bâclé pour coïncider avec la sortie du film. En résulte un jeu bâtard aux graphismes inégaux, aux raccourcis de gameplay et au soucis du détail quasi nul. On va plutôt se remettre à Batman Arkham Asylum.

comments powered by Disqus
Pierre Corbinais

Auteur : Pierre Corbinais