Accueil > Applications Android > Le jeu Android de la semaine : NBA 2K13

Le jeu Android de la semaine : NBA 2K13

Par Pierre Corbinais

Ou comment le basket devient racket.

Avant de commencer cette review de NBA2K13, mettons les choses au clair : l’humble testeur que je suis n’a pas touché à un jeu de basket depuis NBA Jam sur mégadrive (1994…) et n’a jamais vu d’autre match de basket que celui opposant Michael Jordan et les Looney Toons à une horde d’aliens bodybuildés dans Space Jam (1996), c’est vous dire mon niveau de connaissance sur le sujet. Ceci étant dit, lançons-nous une petite partie de NBA 2K13.

 

Si ce n’est pas la frustration de ne pas avoir un terminal équipé d’un processeur Tegra, puisqu’il est réserve à ces derniers, le premier sentiment suscité par NBA2K13 sera d’abord de l’impatience. Oui, parce que NBA 2K13 pèse tout de même ses 654Mo. Alors certes, ce n’est pas les 2Go de N.O.V.A, mais le temps nécessaire au téléchargement des données supplémentaires sera suffisant pour les 15minutes permettant d’annuler une commande vous passent sous le nez. Mais peu importe, puisque du haut de ses 7,42€, le jeu va être excellent et nous n’aurons aucune envie de nous faire rembourser…n’est-ce pas… ?

 

Les 15 minutes sont écoulées, et le jeu se lance enfin ! C’est un morceau de Jay-Z qui nous accueille et, quand bien même on n’aimerait pas le personnage ou même le hip-hop, on ne peut être qu’admiratif devant le soin de cette bande son. C’est accrocheur, c’est excitant, cela nous plonge tout de suite dans l’ambiance et nous donne violemment envie de dunker. Ni une, ni deux, on se lance un « Quick game ».

 

Nouvelle claque : les graphismes sont superbes. On comprend tout à coup pourquoi le jeu est réservé aux processeurs Tegra et pèse son bon gros demi-giga. Vraiment, pour l’instant, on ne peut pas dire qu’on s’est moqué de nous. Par contre, d’ici peu, vous lecteurs, allez pouvoir vous moquer.

 

Le jeu est donc lancé, et les yeux rivés sur l’écran, j’envoie mes Lakers vers le ballon à grands glissements de doigts. Un premier panier est marqué, puis un deuxième, dunk, 3 points, l’équipe adverse est terrassée par mes joueurs et mon habileté. Je ne suis pas encore certain d’avoir tout saisi aux commandes, mais en tout cas, je m’en sors déjà bien, preuve que celles-ci sont suffisamment instinctives. Je me réjouis déjà de pouvoir féliciter cet impressionnant usage de l’écran tactile sur Android-MT (ha ha ha…).

 

Certains d’entre vous croient sans-doute voir venir le gag, « cet idiot joue en fait l’autre équipe » pensez-vous, eh bien non, c’est pire que ça : je ne joue aucune équipe du tout ! Incroyable mais vrai : d’emblée, NBA 2K13 me met face à un match de basket opposant deux équipes virtuelles, et il me faut aller faire un tour dans les options pour finalement prendre le contrôle de mes Lakers. J’ai rarement vu plus déconcertant. Je ne suis pas un grand fan de basket mais même si je l’étais, je suis à peu près persuadé que je préférerais regarder n’importe quel vieux match sur Youtube plutôt qu’un autre opposant deux équipes virtuelles…

 

Tout en me demandant à quoi cette feature peut bien servir, je prend pour la première fois le contrôle de mon équipe. Tout de suite, on voit la différence : d’abord le score se resserre, puis l’équipe adverse prend carrément l’avantage tandis que je suis en train de me battre avec un stick et 4 boutons virtuels…qui changent selon si j’ai la balle ou non. Refaisons le calcul, au total cela nous fait : un stick, et 7 boutons virtuels. Mon Asus Transformer Pad n’ayant de Transformer que le nom, elle est dans l’incapacité de se changer en manette de PS3 à la demande, et moi donc dans l’incapacité de jouer à NBA 2K13 correctement.

 

J’essaye de m’entraîner pourtant, je m’acharne, mais je me rend compte que je passe mon temps à faire des fautes. Forcément aussi…personne ne s’est donné la peine de m’expliquer les règles du basket. Ce n’est pas inné vous savez. Résultat : je suis obligé de me cogner les (superbes [mais néanmoins douloureusement ennuyeuses]) animations de l’arbitre qui vient me prendre la balle, et au final, j’ai l’impression de moins jouer encore que quelques minutes plutôt, quand je ne contrôlais aucune équipe.

 

Je retourne alors sur le menu d’option et découvre un autre mode de contrôle purement tactile. Je me dis que je viens enfin de trouver les contrôles instinctifs évoqué plus tôt…quelle blague ! Là, je ne suis même plus capable de faire une passe, ni de garder le ballon plus de 8 secondes (de toute façon, apparemment, j’ai pas le droit). Ce mode de contrôle a juste l’air complètement arbitraire.

Ce n’est pas possible, NBA 2K13 ne peut pas me laisser ramer à ce point…! Je retourne sur l’écran principal : Ha : Practice Mode ! Parfait, je vais pouvoir m’entraîner avant de relancer un match. Me voilà donc seul sur le terrain avec un ballon à la main. Ok, donc pour tirer c’est comme ça ! Je marque quelques paniers, je pige comment ça marche, j’essaye de passer à la suite…mais il n’y a pas de suite. On me reconduit seulement vers un tutoriel texte qui m’explique à quoi servent les boutons et que j’avais déjà lu de toutes façons. Et si je veux m’entraîner aux passes ? Aux dribbles ? Aux interceptions ? Si je veux apprendre les règles du basket ? Les stratégies ? Bref : Et si je veux jouer à NBA 2K13 je fais comment ?

 

Il m’aura fallu une heure pour le comprendre : NBA 2K13 ne veut pas de moi, il me méprise, il possède déjà son petit cercle de joueurs habitués au genre et se fout bien des débutants comme moi. Quand j’essaye de jouer à NBA 2K13, j’ai juste l’impression de me retrouver au collège, en train d’essayer de gratter l’amitié aux grands balaises du terrain de basket et de me faire rejeter comme une moins-que-rien. En plus, ils m’ont taxé 7,42€. Je leur met 3/5 parce que j’ai peur qu’ils me tapent.

comments powered by Disqus
Pierre Corbinais

Auteur : Pierre Corbinais