Accueil > Applications Android > Le jeu Android de la semaine : Mais où est Perry ?

Le jeu Android de la semaine : Mais où est Perry ?

Par Pierre Corbinais

Après le succès de Where is my water, Disney nous sort un jeu du même acabit : Mais où est Perry. On y retrouve les même graphismes cartoons et la même physique des fluides…seulement…Mais où est Perry est encore meilleur.

Dans Mais où est Perry, il faudra tout comme dans Where’s my water ? creuser la terre avec son doigt pour acheminer de l’eau ou de la vapeur d’eau vers un endroit précis. Un gameplay physique qui a déjà fait ses preuves donc, et qui ouvre la voie à un très grand nombre d’énigmes.

On pourrait alors se demander pourquoi acheter Mais, où est Perry quand on a terminé Where’s my water ?. C’est une excellente question, dont la réponse est on ne peut plus simple : Mais ,où est Perry ? est meilleur, c’est tout.

Les développeurs se sont déjà fait les dents sur le gameplay du précédent, ont eu l’occasion de s’améliorer, de rendre le tout plus fluide, plus agréable, certes, mais c’est surtout au niveau de l’univers que tout se joue.

Alors que l’univers de Where’s my water ? bénéficiait d’une certaine cohérence, alternant de la salle de bain à l’égout, celui de Mais, où est Perry est juste totalement absurde. Imaginez une minute…un agent secret ornithorynque bleu qui déjoue les plans d’un professeur complètement marteau en lui dérobant toute son eau (tandis que lui veut la changer en cotillons), tout en prenant soin de ramasser un maximum de nains de jardin…non, ça ne rime strictement à rien, et c’est ça qui est drôle ! Les dialogues eux-même ne manquent pas d’humour, et multiplient les mauvais jeux de mots comme dans un OSS117 (le voice-acting est en anglais, mais sous-titré en français).

Bref, alors que Where’s my water ? était fun, Mais, où est Perry ? se paye le luxe d’être fun et drôle à la fois. Pour moins d’un euro, ça ne se refuse pas !

Télécharger Mais, où est Perry ? sur Google Play.



comments powered by Disqus
Pierre Corbinais

Auteur : Pierre Corbinais